Actualités internationales

Nestlé placé sur la liste des «soutiens internationaux de la guerre … – Le Temps


Fin du suivi

Notre suivi en continu des événements de la journée du jeudi 2 novembre est terminé. Retrouveztous nos articles consacrés à la guerre en Ukraine.

L’offensive de Kiev est un échec, assume le commandant en chef de l’armée ukrainienne

Après cinq mois d’offensive, la situation est bloquée sur les fronts ukrainiens. Kiev constate l’échec de sa tentative et le début d’une nouvelle phase de la guerre. En d’autres mots, l’offensive devait produire des résultats avant le début de l’hiver. Cela n’a pas été le cas et les Russes ont repris l’initiative.

Pour Valeri Zaloujny, le commandant en chef de l’armée ukrainienne, qui se montre habituellement très discret et qui ne parle jamais pour ne rien dire, la situation est inquiétante: en l’état actuel, aucun des deux camps n’est capable d’avancer et ce blocage est plus favorable à la Russie qu’il ne l’est à l’Ukraine.

Lire l’article complet

En Ukraine, une nouvelle affaire de corruption à 2,3 millions de francs

L’Ukraine a émis jeudi un mandat d’arrêt à l’encontre d’un député accusé de détournements de fonds d’un montant supérieur à 2,3 millions de francs au détriment de la compagnie nationale des chemins de fer. «La Haute Cour anticorruption a partiellement accédé à la demande du procureur du Bureau spécialisé dans la lutte contre la corruption et a déclaré comme personne recherchée au niveau international un membre du Parlement ukrainien», a indiqué cette instance dans un communiqué.

Achat de matériel d’aiguillage surévalué

Selon le Bureau anticorruption, ce député est accusé d’avoir détourné 93,27 millions de hryvnias (environ 2,3 millions de francs) aux dépens de la compagnie nationale exploitant les chemins de fer ukrainiens, des faits remontant à 2015-2017.

«L’enquête a révélé qu’entre décembre 2015 et mars 2017, le député a organisé l’achat de matériel d’aiguillage pour les besoins d’Ukrzaliznytsia à des prix surévalués et avec la participation de deux sociétés, dont l’une était sous son contrôle», a précisé le Bureau anticorruption dans un communiqué.

Nestlé accusée de soutenir la guerre en Ukraine par Kiev

L’Ukraine, via son Agence nationale pour la lutte contre la corruption (NAZK), a classé jeudi Nestlé dans sa liste des «soutiens internationaux de la guerre» à cause de ses activités en Russie, accusant le géant suisse de l’agroalimentaire de «nourrir l’agresseur». Cette désignation, attribuée par l’agence à des entreprises internationales, n’a toutefois pas de conséquences légales.

«Malgré l’agression russe contre l’Ukraine, Nestlé continue d’opérer dans le pays agresseur, en fournissant des produits à la population et en développant sa production dans le pays», a déclaré l’agence dans un communiqué la. Selon elle, en plus de «nourrir l’agresseur», le groupe «montre aussi à la Russie elle-même qu’elle continue à être intégrée au marché mondial, malgré les nombreux crimes de guerre commis en Ukraine».

Nestlé réagit

Interrogé sur l’annonce de l’agence ukrainienne, Nestlé a renvoyé vers un communiqué antérieur dans lequel il assure se tenir «aux côtés du peuple ukrainien et de (ses) 5500 employés dans le pays».

«Depuis le début de la guerre en Ukraine, nous avons réduit de manière drastique notre portefeuille en Russie et mis en œuvre les actions que nous avions annoncées en mars 2022», affirme Nestlé. Le groupe dit avoir notamment «suspendu la grande majorité des offres de produits» disponibles avant la guerre et «interrompu toutes les importations et exportations non essentielles de et vers la Russie».

Poutine signe la sortie de la Russie du traité interdisant les essais nucléaires

Le président russe Vladimir Poutine a signé la loi sur la révocation de la ratification du Traité d’interdiction des essais nucléaires (TICEN). Le document, qui a été publié sur le portail officiel d’information juridique, avait été approuvé par la chambre haute du Parlement russe fin octobre.

Le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires a été ouvert à la signature en 1996, mais il n’est jamais entré en vigueur car il n’a pas été ratifié – étape nécessaire pour son entrée en vigueur – par un nombre suffisant d’Etats, parmi les 44 pays qui détenaient des installations nucléaires au moment de sa création.

Moins d’attaques russes autour de la ville disputée d’Avdiïvka, selon l’armée ukrainienne

Le nombre d’attaques russes a «légèrement baissé» autour de la ville d’Avdiïvka, dans l’est de l’Ukraine, où les forces de Moscou menaient d’intenses assauts depuis plusieurs semaines, a déclaré jeudi un porte-parole de l’armée ukrainienne. «L’ennemi continue d’essayer d’encercler Avdiïvka, mais de façon moins active pour l’instant», a ajouté Oleksandre Chtoupoune. Mais, selon lui, cette très relative accalmie pourrait n’être que temporaire. «L’ennemi rassemble ses forces, se regroupe, peut-être que dans un avenir proche il tentera d’avancer avec une nouvelle vague.»

L’aide à l’Ukraine: début des débats aujourd’hui au Congrès américain

Le principal soutien à Kiev va-t-il décider de réduire la voilure? Dès aujourd’hui, le Congrès américain discutera de son soutien à l’effort militaire ukrainien sur fond de désaccord entre Chambre des représentants et Sénat – qui en revanche sont d’accord pour adopter au plus vite des mesures d’aide à Israël.

Washington est le fournisseur le plus important d’aide militaire à Kiev, ayant engagé des dizaines de milliards de dollars depuis l’invasion russe en février 2022. Mais la promesse de Joe Biden de continuer à appuyer financièrement l’Ukraine, réitérée lors de la visite du président Volodymyr Zelensky à Washington en septembre, est mise en péril.

Au Congrès américain, il y a d’un côté la Chambre des représentants, dominée par les conservateurs et où une poignée d’élus de droite appellent à cesser immédiatement l’aide à Kiev. Il y a de l’autre le Sénat, à majorité démocrate et où l’opposition républicaine est majoritairement favorable à l’aide à l’Ukraine.

Conscient du risque de lassitude d’une partie de la classe politique américaine, le président Joe Biden a décidé de coupler sa demande d’aide pour l’Ukraine – plus de 61 milliards de dollars – avec celle pour Israël, environ 14 milliards.

Joe Biden veut aussi des fonds pour tenir tête à la Chine sur le plan militaire en investissant dans les sous-marins, et sur le plan économique en concurrençant les gros projets chinois dans les pays en développement. Le démocrate de 80 ans estime par ailleurs qu’il lui faudrait un peu plus de 9 milliards pour répondre à des crises humanitaires internationales, y compris dans la bande de Gaza. Le tout pour un total de près de 106 milliards de dollars.

Le général Valeri Zaloujny admet que la guerre est dans «une impasse»

Le chef d’état-major de l’armée ukrainienne, confie au magazine The Economist que, cinq mois après son lancement, la contre-offensive ukrainienne n’est pas satisfaisante. L’Ukraine n’a gagné que 17 kilomètres estime Valeri Zaloujny, qui rappelle que l’armée russe s’était battue durant dix mois à Bakhmout «pour prendre une ville de six kilomètres sur six». Le général compare le champ de bataille en Ukraine à la «première Guerre mondiale». «Nous avons atteint un niveau technologique tel que nous nous trouvons dans une impasse», dit-il. «Il est très probable qu’il n’y aura pas de percée profonde et magnifique», ajoute Valeri Zaloujny, qui estime qu’il faudrait un saut technologique massif pour sortir de cette guerre de position. «Le fait est que nous voyons tout ce que fait l’ennemi et qu’il voit tout ce que nous faisons. Pour sortir de cette impasse, nous avons besoin de quelque chose de nouveau», explique-t-il. C’est pourquoi “nous devons exploiter la puissance des nouvelles technologies”, poursuit le général.

Il convient par ailleurs s’être trompé en pensant pouvoir arrêter la Russie en lui infligeant des pertes importantes. «C’était mon erreur. La Russie a perdu au moins 150 000 hommes. Dans n’importe quel autre pays, de telles pertes auraient mis fin à la guerre». Mais pas en Russie, où les deux conflits mondiaux avaient causé de millions de morts.



Source link

Elodie Dumas

Bonjour, je suis Elodie Dumas, une rédactrice d'articles en ligne qui dévoile le monde à travers ses mots. Ma formation à l'École Centrale de Nantes a façonné ma plume et éveillé ma passion pour l'écriture. Je parcours la toile avec des récits internationaux, explorant la culture, la société, et le monde du crime. Passionnée de sport et de voyages, j'explore aussi les coins les plus reculés. Mon engagement envers la transparence guide chacun de mes articles, apportant une authentique lumière à chaque sujet. Rejoignez-moi dans cette aventure où les mots peignent des images vives de cultures lointaines, de mystères criminels et d'horizons lointains.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button