Environnement

PORTRAIT. Au sommet des arbres avec Aurélien pour comprendre la biodiversité et les écosystèmes de nos forets – France 3 Régions


Dans la forêt domaniale de Vierzon, Aurélien Sallé, docteur en biologie forestière grimpe à la cime des arbres pour observer et découvrir la biodiversité spécifique de la canopée.

Aurélien Sallé est maître de conférences en biologie animale et écologie à l’Université d’Orléans, mais aussi coordinateur du projet régional Canopée. Canopée est un projet ambitieux, financé par la Région Centre-Val de Loire, qui vise à observer et connaître la biodiversité spécifique de nos forêts. La canopée reste un milieu assez méconnu étant difficile d’accès et par conséquent largement sous échantillonné. 

La canopée c’est la strate supérieure d’une forêt, composée de feuillages qui sont directement exposés aux rayons du soleil. Elle est un véritable écosystème qui abrite une riche biodiversité. C’est ce qu’étudient Aurélien et de nombreux scientifiques impliqués dans ce beau projet. Ce milieu particulier des écosystèmes forestiers présentent des microclimats et abrite une multitude d’insectes. Par exemple dans la forêt de Vierzon, on peut retrouver de nombreuses espèces patrimoniales. Mais avec les changements climatiques, les dépérissements forestiers sont malheureusement de plus en plus fréquents et cela impacte évidemment la canopée et toute sa biodiversité.

Un certain niveau de dépérissement, en modifiant les microclimats et les micro-milieux de la canopée, pourrait ainsi favoriser ou altérer la biodiversité forestière.

Le projet Canopée utilise de nombreuses méthodes innovantes grâce à de nombreux outils, moyens techniques et humains pour étudier au mieux ces changements. Il associe, laboratoires académiques, muséum d’histoire naturelle, associations naturalistes, et l’ONF.

“L’objectif général est l’exploration des liens entre l’état sanitaire des chênes pédonculés et la biodiversité des insectes associés à ce milieu particulier. Le projet s’intéresse à la diversité des insectes présents dans les canopées de chênaies plus ou moins dépérissantes de la région Centre-Val-de-Loire, en terme de communautés et de populations, et en utilisant des outils d’identification classiques et innovants, comme l’ADN environnemental. Le projet s’intéresse aussi aux effets de dépérissements sur deux facteurs susceptibles de moduler cette biodiversité : les microclimats de la canopée et la prédation exercée par les oiseaux insectivores…”

Parce qu’un dépérissement s’accompagne d’une détérioration de l’état de santé des arbres, ce qui entraîne forcément une transformation de cette canopée. Par exemple, les arbres commencent à dépérir perdent leur feuillage. Certains montrent une accumulation de branches mortes dans le houppier, d’autres un développement de champignons opportunistes, ou une apparition de suintements de sève et  des formations de cavités. “Et tous ces changements d’habitats et de ressources alimentaires s’accompagnent de modifications de microclimats et peuvent potentiellement avoir des effets en cascade ! Ces effets positifs ou négatifs, temporaires ou durables, sur les communautés d’insectes inféodées aux canopées ou les visitant occasionnellement…”

Le projet Canopée s’intéresse justement à toute cette biodiversité des insectes de canopées notamment celle de chênes et à l’effet des dépérissements sur celles-ci : “L’objectif principal est d’étudier comment un dépérissement affecte les communautés d’insectes circulant dans les canopées, notamment en fonction de leur groupe taxinomique et de leur guilde fonctionnelle. Dans le cadre de ce projet, des inventaires sont menés dans plusieurs forêts domaniales à l’aide de différents systèmes de piégeage placés dans le sol au plus près des canopées.”

Si vous souhaitez en savoir plus et connaître les espèces associées aux canopées n’hésitez pas à vous documenter auprès de L’INRAE, l’université d’Orléans, l’IRBI (Institut de Recherche sur la Biologie de l’Insecte) et le CNRS. Vous trouverez de nombreux documents et renseignements et pourrez suivre l’évolution de cette vaste étude.

► À retrouver dans l’émission “Des Fourmis dans les jambes” ce dimanche 3 décembre à 12h55 et à voir ou à revoir notre site de replay France.tv.





Source link

Hugo Dupuis

Dans un monde peint de nuances d'encre et d'imagination, je suis Hugo Dupuis, un Spécialiste du Blogging, en équilibre à la croisée de l'exploration et de l'expression. Avec les salles de l'Institut Catholique de Toulouse comme ma creuset créatif, j'ai forgé un chemin où les mots deviennent des fenêtres ouvertes sur des contrées indomptées. Du plateau géopolitique à la délicate tapisserie de la nature, de l'arène rugissante aux couloirs secrets du divertissement, mon clavier danse au rythme des histoires en attente d'être racontées. La transparence est mon étoile guide, illuminant chaque récit de la brillance de l'authenticité. Alors, entrez dans ce royaume d'encre et d'idées, alors que nous nous embarquons ensemble dans un voyage à travers le labyrinthe de la politique mondiale, la symphonie de l'environnement, le frisson du sport et l'énigme du showbiz.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button