Économie

Littérature – Dans “Chaleur humaine”, Serge Joncour retisse les … – Le Journal du Centre


Le dernier roman de Serge Joncour, “Chaleur humaine”, est la vraie vie. Il n’a rien inventé pour cette période coincée entre janvier et mars 2020. Tout nous ressemble dans ce confinement où les émotions sont réelles.

Après Nature humaine, (Prix Femina 2020), Serge Joncour remet en scène, dans Chaleur humaine (2023), les mêmes personnages vingt années plus tard.

Alexandre, le fils, est resté dans la ferme familiale à proximité des parents en retraite, et élève des bovins. Mais les trois sœurs, Agathe, Caroline et Vanessa, ont fui la campagne pour les lumières de la ville au début des années 2000.

“Il y a un fossé culturel”

“Elles avaient tourné le dos à la ferme. Mais j’avais envie de les faire se retrouver vingt ans après. Alexandre vit au grand air, il a une forme de liberté dans cet espace. Les sœurs ont besoin d’être en ville. Il y a un fossé culturel entre eux”, dit Serge Joncour qui connaît parfaitement la ruralité puisqu’il a passé son enfance et adolescence dans la Nièvre où ses parents vivent toujours.

“Elles reviennent les unes après les autres, dans un confinement que je n’ai pas inventé. Tout cela était difficilement prévisible.

On a vécu le mouvement inverse de l’exode rural. C’est presque irréel. 

Irréel pourtant, “la réalité [m’]a servi de prétexte pour faire revenir tout ce petit monde dans un espace où la liberté est tangible. Dans ce Lot, aux Bertranges, nul besoin d’autorisations à remplir pour sortir. Cette liberté n’a pas de prix”, insiste celui qui défend la nature et le rôle des paysans.

“La terre, la base de notre civilisation”

“Les gens ont alors compris qu’avec le blé, on fait des pâtes. C’est une revanche. On avait juste oublié qu’on a besoin des paysans. On a redécouvert cette profession nourricière et que la terre est la base de notre civilisation.”

Cette fratrie éparpillée en France se retrouve donc et doit composer avec chacun d’entre eux.

Ils ne se parlaient plus, sans être fâchés, ils étaient indifférents.

Mais, vivant pendant ce confinement au même endroit, ils échangent, tentent même parfois de comprendre l’autre. Sans, toutefois, trop s’approcher, car le Covid est là, rôde… Le monde vit alors au ralenti.

 

‘Chaleur humaine’ nous montre le chemin

Recevez par mail notre newsletter loisirs et retrouvez les idées de sorties et d’activités dans votre région.

Pour Serge Joncour, ce roman est une manière d’alerter, avec ses mots simples et efficaces, que “nous sommes rattrapés par cette mondialisation qui nous apporte aussi le frelon asiatique, le moustique tigre… Où que l’on soit, même bien planqué, on n’y échappe pas. Aujourd’hui, on le sait. On est un peu plus préparés, on sait que ça peut arriver. Beaucoup ont changé de mode de vie. Le temps s’est réorganisé, on l’a aménagé différemment. En 1976, avec la sécheresse, on a pensé que c’était une fois ; en 1999, avec la tempête, on a pensé la même chose. Le regard a changé sur la nature, et cela semble durable.”

Il y a une prise de conscience universelle. On ne peut plus faire comme à la fin du XXe siècle.

Et au milieu de ces retrouvailles, trois chiots blancs qui “sont la démonstration d’une parfaite innocence et qui va permettre à ces adultes de créer du lien, d’avoir un côté spontané, un peu fou. Quand ils plantent des patates ensemble, avec ces chiens qui les volent, ils se remettent à rire ensemble.”

Ce Covid a bien séparé le monde, mais la ruralité a permis des rapprochements et “nous a fait vivre dans un monde à deux vitesses”.

Pratique. Chaleur humaine. De Serge Joncour (Albin Michel) ; 350 pages, 21, 90 €.

Sylvie Anibal

sylvie.anibal@centrefrance.com



Source link

Theo Lefevre

Dans le vaste océan du cyberespace, je suis Théo Lefèvre, un Journaliste Web captivé par les histoires qui se tissent à travers les fils numériques. Mon parcours à l'Université Américaine de Paris a façonné ma plume, tandis que mes curiosités se dévoilent à travers la science et la technologie, le monde des affaires, et l'athlétisme. Porté par mon passé de passionné de sport et d'économie, chaque article que je compose est un reflet transparent de mon engagement envers l'authenticité. Joignez-vous à moi pour explorer les méandres de l'innovation scientifique, les intrications du monde des affaires et les défis du terrain d'athlétisme, tout en partageant un voyage honnête et stimulant à travers mes écrits.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button