Affaires

Trois lauréats pour le Prix vaudois des entreprises internationales – lfm.ch


Si après chaque tir régulé de loups en Suisse, l’autopsie de l’animal se fait à Berne, c’est à l’Université de Lausanne que s’effectue son identification génétique. A la tête du seul laboratoire helvétique analysant l’ADN du grand prédateur, le professeur Luca Fumagalli a déjà répertorié plus de 500 loups individuels dans sa base de données.

Les spécialistes de l’hôpital vétérinaire de l’Université de Berne s’occupent de déterminer les conditions de la mort de l’animal ou son état de santé. L’analyse plus pointue, elle, se déroule au Laboratoire de biologie de la conservation (LBC) créé en 1998 au Département d’écologie et évolution de l’Université de Lausanne (UNIL). Elle se fait sur la base d’un prélèvement direct de tissus du carnivore.

Mais ce labo a d’abord été pionnier dans les analyses génétiques dites non invasives, c’est-à-dire sans prélèvements directs sur les animaux sauvages. Un avantage lorsqu’il s’agit d’espèces presque invisibles, comme le loup.

Echantillons anonymes

“Nous travaillons principalement sur la base d’échantillons trouvés sur le terrain, déposés lors du passage d’un animal, comme des déjections, des poils ou de la salive. Et donc non pas sur des animaux capturés ou observés. Ces échantillons sont ensuite envoyés anonymement chez nous, toutes espèces confondues”, explique à Keystone-ATS son créateur et directeur Luca Fumagalli.

“Ce sont d’ailleurs les analyses les plus compliquées et longues à faire car l’ADN est très dégradé. C’est l’opposé d’une prise de sang ou d’un prélèvement d’un tissu musculaire par exemple”, illustre le professeur de biologie.

Depuis 1999, le Tessinois et son équipe ont reçu un mandat de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) portant plus particulièrement sur le loup, avec environ 300 à 400 échantillons à analyser en moyenne par année, toujours non invasifs. Le nombre est passé à 2000 environ depuis trois ans.

Son labo travaille avec la fondation Kora pour la gestion de la faune sauvage, chargée du suivi des grands carnivores. C’est elle qui supervise les populations de loups en Suisse et les documente.

Loups tirés: analyses simples

L’analyse génétique des loups tirés dans les cantons ne représente, elle, qu’une infime partie par rapport à celle dite “non invasive”, souligne le directeur du LBC. “Ce sont en revanche les analyses les plus faciles à faire car nous recevons un échantillon biologique riche en matériel génétique, soit un bout de muscle ou un autre tissu de l’animal”, dit-il.

Ces échantillons de loups abattus se glissent anonymement parmi une huitantaine envoyée au total chaque deux semaines pour analyses au LBC. Quel que soit l’échantillon envoyé, aucune indication n’est donc donnée sur le jour, le lieu et les circonstances du tir pour ne pas fausser les résultats.

“Ils sont mélangés avec les autres échantillons à analyser”, relève M. Fumagalli. Comme pour les analyses non invasives, le professeur doit déterminer si les traces qui lui sont soumises proviennent bien d’un loup et s’il s’agit d’un individu déjà détecté ou non. Il lui arrive donc d’analyser plusieurs échantillons d’un même loup.

En bientôt 25 ans, il a déjà inventorié quelque 530 loups dans sa banque de données. Il s’agit d’individus qui ont transité en Suisse, qui sont toujours sur sol helvétique actuellement, qui sont partis ou qui sont morts, spécifie-t-il.

Même lignée génétique d’Italie

Le LBC est un laboratoire de recherche fondamentale. Son équipe d’une dizaine de personnes, dont trois personnes à temps partiel exclusivement pour le loup, travaille sur la génétique des populations sauvages. L’objectif est de reconstruire l’histoire de l’évolution génétique d’une espèce, comme par exemple le loup.

“Les loups rencontrés en Suisse appartiennent pratiquement tous à la même lignée génétique, à savoir celle qui caractérise la population sauvage italienne et qui est présente uniquement dans cette dernière, dont il restait une population résiduelle de petite taille, comme en Espagne ou dans les Balkans, après l’extermination du loup presque partout au 20e siècle”, explique le professeur. “Il y a environ un siècle, il était voué à disparaître”.

“Puis il est revenu tout seul par une recolonisation naturelle du centre-sud au nord de l’Italie, et est arrivé dans le massif alpin à la fin des années 80”, poursuit-il. “Il est donc toujours important de rappeler que le loup n’a jamais été ni réintroduit ni introduit”, aime insister Luca Fumagalli.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats



Source link

Theo Lefevre

Dans le vaste océan du cyberespace, je suis Théo Lefèvre, un Journaliste Web captivé par les histoires qui se tissent à travers les fils numériques. Mon parcours à l'Université Américaine de Paris a façonné ma plume, tandis que mes curiosités se dévoilent à travers la science et la technologie, le monde des affaires, et l'athlétisme. Porté par mon passé de passionné de sport et d'économie, chaque article que je compose est un reflet transparent de mon engagement envers l'authenticité. Joignez-vous à moi pour explorer les méandres de l'innovation scientifique, les intrications du monde des affaires et les défis du terrain d'athlétisme, tout en partageant un voyage honnête et stimulant à travers mes écrits.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button