Environnement

Sapin naturel ou artificiel, lequel est le plus écologique ? – Le Figaro


Certains apprécient le sapin naturel pour l’odeur qu’il dégage. D’autres, préfèrent l’artificiel car il ne sème pas d’aiguilles. En 2022, l’Association Française du Sapin de Noël Naturel et VALHOR (L’Interprofession Française de l’Horticulture, de la Fleuristerie et du Paysage) ont mené l’enquête afin de déceler les grandes tendances du marché. Verdict ? «Parmi les Français ayant acheté un sapin, 89 % ont privilégié un sapin naturel contre 11 % pour l’artificiel», souligne l’étude. Bien que l’arbre naturel soit plus populaire, à l’ère d’une prise de conscience générale sur l’environnement, la question se pose : lequel est plus écologique ? Inutile de faire durer le suspense plus longtemps, il s’agit bien du sapin naturel, d’après une étude publiée par la firme Ellipsos, datant de 2009.

Le sapin artificiel épinglé pour son bilan carbone

Pour déceler le sapin le plus polluant, la firme québécoise Ellipsos a minutieusement comparé le cycle de vie d’un sapin naturel faisant 150 km de transport, à celui d’un produit artificiel originaire de Chine, conservé 6 ans. Résultat, sur la balance du CO2 émis par an, le premier s’élève à 3,1 kg contre 8,1 kg pour le second. Pour cause, celui qui pousse dans la terre est facilement recyclable et stocke le CO2 lors de sa croissance. Les sapins artificiels sont, pour leur part, composés de matériaux issus de modes de production très polluants, entre les teintures employées, les déchets qu’ils engendrent et les transports qu’ils nécessitent. Sans parler de leur composition, où l’on décèle des matériaux issus du pétrole. Ainsi, si un arbre artificiel trône dans votre salon, celui-ci nécessitera 20 ans avant que son bilan carbone ne devienne positif.

Une volonté collective

Bonne nouvelle pour la planète ! Selon un bilan consommateurs KANTAR, 67 % des Français interrogés déclarent être prêts à payer plus cher un sapin d’origine française. Cette bonne volonté collective découle également sur la fin de vie de l’arbre. Selon les moyens mis à disposition sur le lieu d’habitation, en France, 83 % des acheteurs recyclent leur décor festif, 5 % le replantent et 2% le rapportent sur le lieu d’achat, selon VALHOR. Désormais, si l’on sait que l’arbre naturel est moins polluant, une autre question se dégage : faut-il dire au revoir à cette tradition ?



Source link

Hugo Dupuis

Dans un monde peint de nuances d'encre et d'imagination, je suis Hugo Dupuis, un Spécialiste du Blogging, en équilibre à la croisée de l'exploration et de l'expression. Avec les salles de l'Institut Catholique de Toulouse comme ma creuset créatif, j'ai forgé un chemin où les mots deviennent des fenêtres ouvertes sur des contrées indomptées. Du plateau géopolitique à la délicate tapisserie de la nature, de l'arène rugissante aux couloirs secrets du divertissement, mon clavier danse au rythme des histoires en attente d'être racontées. La transparence est mon étoile guide, illuminant chaque récit de la brillance de l'authenticité. Alors, entrez dans ce royaume d'encre et d'idées, alors que nous nous embarquons ensemble dans un voyage à travers le labyrinthe de la politique mondiale, la symphonie de l'environnement, le frisson du sport et l'énigme du showbiz.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button