Rugby

Stade Toulousain : une victoire face à Montpellier toujours bonne à prendre – LaDepeche.fr


l’essentiel
Si tout n’a pas été parfait, le Stade Toulousain l’a emporté en match amical ce jeudi 10 août face à Montpellier à Béziers, à 8 jours de la reprise du Top 14 à Bayonne.

Même si ce n’est pas le plus important, le Stade a engrangé un peu plus de confiance avant le début du Top 14 à Bayonne. Pas le plus important, puisque dans ces matchs de préparation, la victoire n’est qu’accessoire. Aucune des équipes ne tentant les pénalités par exemple, y compris celles sous les poteaux. Ou celle dans les 22 mètres pour Montpellier alors qu’il restait une poignée de secondes à jouer.
Après Colomiers, le Stade a pu continuer à bosser, tout en cherchant la cohésion d’équipe. Pas simple, quand un XV complet prépare au même moment la Coupe du monde… Mais globalement, si la copie est loin d’être parfaite, Toulouse a montré des choses intéressantes au milieu du turn-over qui ne facilite pas les automatismes.

23 pénalités concédées

Défensivement, d’abord, le Stade a globalement répondu présent face à des Montpelliérains essayant d’aérer le ballon. Les Toulousains ont craqué trois fois, la troisième pour du beurre puisque l’essai de Rocher fut annulé logiquement pour un en-avant de passe. Mais dans ce domaine, il faudra beaucoup plus de rigueur en Top 14. Car les 23 pénalités concédées, si elles l’étaient à Jean-Dauger, par exemple, auraient des conséquences beaucoup plus fâcheuses. À voir si les Rouge et Noir joueront autant avec le feu…
En termes d’enchaînements, Toulouse a globalement manqué de fluidité, ce qui finalement n’a rien de surprenant à ce moment de la présaison et dans ces circonstances particulières. Mais il a tout de même frappé à quatre reprises… dont une annulée pour un passage en touche de Bituniyata, la seule fois où l’ailier à l’impressionnant profil s’est retrouvé en position d’essai. Le joker Coupe du monde, contrairement à Searle, Elstadt, Faasalele et Franks, titularisés, n’a foulé pelouse qu’après la pause.
À défaut de grandes envolées, Toulouse en revanche a montré de belles choses sur les mauls, pour les déployer, comme pour les bloquer. Une bonne nouvelle. La mauvaise, c’est la blessure de Reilhes qui vient s’ajouter à celles en première ligne de Néti, Ainu’u, Cramont et Meafou. Le Stade s’en serait bien passé.


Montpellier 14 – Toulouse 17

À Béziers (Raoul-Barrière). MT : 12-14.
Vainqueurs : 3E A. Retière (16), Graou (27), Descube (62), 1T Searle (27)
Vaincus : 2E Coly (13), Forletta (38), 2T Carbonel
Évolution du score : 0-7, 5-7, 12-7, 12-14 ; 17-14
TOULOUSE : Lebel – Tauzin, Costes, Barassi, A Retière – (o) Searle, (m) Graou – Elstadt, Roumat, Placines (cap.) – Faasalele, Brennan – Franks, Boubila, Reilhes
Sont entrés en jeu : Duprat, Verge, Banos, T. Ntamack, Germain, Guitoune, Merkler, Sentubery, castro-Ferreira, Bituniyata, E. Retière, Gourgues, Auriac, Lacombre, Descube, Delpy.
Exclu. tempo. : Merkler (36)
MONTPELLIER : Tisseron – Ngandebe, Darmon, Cadot, Bridge – (o) Carbonel, (m) Coly – Doumenc, Becognée (cap.), Van Rensburg – Duguid, Stooke – Mulipola, Latu, Erdocio
Exclu. tempo. : Erdocio (25)



Source link

Theo Lefevre

Dans le vaste océan du cyberespace, je suis Théo Lefèvre, un Journaliste Web captivé par les histoires qui se tissent à travers les fils numériques. Mon parcours à l'Université Américaine de Paris a façonné ma plume, tandis que mes curiosités se dévoilent à travers la science et la technologie, le monde des affaires, et l'athlétisme. Porté par mon passé de passionné de sport et d'économie, chaque article que je compose est un reflet transparent de mon engagement envers l'authenticité. Joignez-vous à moi pour explorer les méandres de l'innovation scientifique, les intrications du monde des affaires et les défis du terrain d'athlétisme, tout en partageant un voyage honnête et stimulant à travers mes écrits.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button