Économie

Le golf n’est plus compatible avec les enjeux écologiques – Mr Mondialisation


À l’heure des grandes sécheresses et des multiples crises sociales, le coût environnemental du golf pose question. Et même s’il n’est évidemment pas le problème écologique le plus important, il symbolise un système irresponsable à deux vitesses. Mise au point.

Historiquement connu comme l’un des sports prisés par les plus fortunés, le golf, même s’il s’est ouvert à un public plus large, reste lié dans l’imaginaire collectif au luxe et à l’excès. Il faut dire que par bien des aspects, il continue de créer la polémique.

Un loisir de riches ?

À l’origine et pendant longtemps, le golf était bien réservé aux aristocrates et pratiqué dans des associations privées. Dans une certaine mesure, il a tout de même fini par accepter une population plus contrastée. Malgré tout, lorsque l’on débute, entre le matériel (clubs, chaussures, équipements…), l’accès au parcours et les leçons pour apprendre, la facture peut vite grimper jusqu’à plusieurs centaines d’euros. Une dimension qui, ajoutée au sentiment d’entre-soi historique généré par ce sport, en fait une discipline excluante des classes les plus populaires.

À l’échelle mondiale, là aussi, ce sport est loin d’être aussi populaire que le football. Ainsi, même s’il existe des terrains dans 82 % des États du monde,  les 38 000 zones réservées à cette activité sur la planète sont essentiellement concentrées sur une dizaine de nations développées, dont près de la moitié aux États-Unis. Au niveau de l’humanité, il en va de même pour ses 90 millions de pratiquants qui habitent pour la plupart un pays riche.

Une discipline gourmande en eau

Si le débat sur le niveau social des pratiquants du golf ouvre aux questions sociales, c’est surtout en le mettant en perspective avec son empreinte environnementale que le véritable problème apparaît.

A l’heure du dérèglement climatique et des sécheresses de plus en plus répétitives, comme de l’observation que les plus 1% des plus riches du monde polluent plus que la moitié la plus pauvre de l’humanité, un des plus grands enjeux que devra affronter notre siècle est celui des inégalités et de la privatisation des ressources rares (et vitales). 

chaque parcours nécessiterait 25 000 m³ d’eau par an, par tranche de 9 trous.

La consommation en eau des terrains réservés à ce sport a, par exemple, de quoi poser question. Même s’il est compliqué de faire des moyennes puisque certains établissements abusent beaucoup plus que d’autres, la fédération de Golf admet elle-même que chaque parcours nécessiterait 25 000 m³ d’eau par an par tranche de 9 trous.

Sachant que le pays compte 11 058 trous, on peut donc déduire que l’ensemble des parcours de France utilisent au minimum 30,7 millions de mètres cubes d’eau par an.

l’ensemble des parcours de France utilisent au minimum 30,7 millions de M3 d’eau par an.

soit la consommation annuelle de 565 000 habitants

Un chiffre qui, il est vrai, se situe très loin d’autres secteurs comme l’agriculture, mais qui représente tout de même la consommation annuelle de 565 000 habitants, soit un peu plus de l’équivalent de la population d’une ville comme Lyon. Certes, l’eau employée pour le golf n’est pas toujours potable, mais elle aurait pu servir à des domaines plus essentiels comme l’alimentation…

La polémique avait par ailleurs enflé encore plus en 2022 lorsque les français avaient appris que certains parcours avaient bénéficié de dérogations pour continuer à arroser les greens (la zone autour du trou) malgré les arrêtés régionaux restreignant l’usage de l’eau à cause de la sécheresse.

En dehors de la France, des situations bien pires sont observables dans des pays où le climat peut-être bien plus dur. Aux États-Unis, qui abritent 42 % des parcours du globe, il n’est pas rare de trouver des golfs en plein désert. En outre, en 2006, l’étude Une perspective mondiale sur l’impact environnemental du golf menée par Kit Wheeler (Université technologique du Tennessee) et Jean Nauright (Université Lock Haven de Pennsylvanie) indiquait déjà que :

« 9,5 millions de m3, c’est la quantité d’eau utilisée, par jour, pour irriguer les golfs du monde ; c’est aussi la quantité d’eau qu’il faudrait, par jour, pour subvenir aux besoins de 4,7 milliards de personnes. Répondant ainsi aux besoins quotidiens minimum des Nations Unies en 2005. »

La fête des pesticides

Le problème de l’eau n’est, en outre, pas le seul enjeu écologique engendré par le golf. L’immense surface mondiale occupée par les parcours formatés (22 018 kilomètres carrés dans le monde) nécessite une énorme quantité de produits phytosanitaires.

Ce sont spécifiquement le départ et le green qui font l’objet d’une attention particulière au sein de l’ensemble du complexe. Sur ces zones qui représentent en moyenne deux hectares par circuit, on utilise environ 18 kg de pesticides par hectare, sept fois plus que dans l’agriculture conventionnelle. Cet usage excessif n’est bien sûr pas sans souiller les sols, l’air et les cours d’eau, au même titre que l’emploi abusif d’engrais.

chaque année dans le monde, 450 millions de balles s’égarent dans la nature, ce qui correspond à 14 balles par seconde.

Les balles de golf perdues représentent aussi une pollution non négligeable. Ainsi, rien qu’en Europe et aux États-Unis, chaque année, près d’un demi-milliard d’entre elles s’égarent dans la nature, ce qui correspond à 14 balles par seconde. Et en se dégradant, ces objets peuvent laisser échapper des métaux lourds très nocifs pour l’environnement. 

Coup dur pour la biodiversité

La pollution n’est pas la seule à provoquer des dommages à la faune et à la flore. Les terrains occupent en effet des espaces qui pourraient rester naturels et abriter une biodiversité foisonnante. De la même manière, ce sont également de potentielles terres fertiles perdues pour l’agriculture.

Les nouveaux projets de golf qui sont portés chaque année par de riches entrepreneurs sont d’ailleurs le témoignage de cette mainmise territoriale et environnementale non-régulée. En effet, si la pratique sportive s’est quelque peu popularisée, l’élite propriétaire qui finance les terrains est quant à elle toujours la même : cet été, entre villas, hôtel, héliport et autres fastes… le projet de golf de l’héritière Lacoste dans un petit village de la Montagne noire fait par exemple polémique.

A cela s’ajoute l’impact non négligeable du type de mobilité employée pour rejoindre les complexes sportifs, bien souvent isolés des zones urbaines et non desservies par les transports en commun. Certains pratiquants n’hésitent pas, en outre, à voyager très loin pour essayer un nouveau parcours. Les plus riches d’entre eux vont même jusqu’à s’y rendre en jet privé ou en hélicoptère. 

C’est encore une fois en ce sens que le golf incarne les excès injustement autorisés d’une minorité qui pollue plus que les populations les plus précaires, pourtant les plus invectivées.

Comme une extension de ce constat, un véritable tourisme de luxe s’est par ailleurs constitué autour de certains circuits. Les infrastructures qui se bâtissent à proximité des terrains (hôtels, villa, piscine, etc.) peuvent également poser d’énormes problèmes environnementaux : construction, bétonnisations, artificialisation des sols…

Quelles solutions possibles ?

Devant un tel tableau, il semble évident que ce modèle n’a aucun avenir dans un monde soutenable. Bien sûr, même si cela s’apparente souvent à du greenwashing, certains acteurs de ce sport tentent d’améliorer la situation.

Commencent par exemple à être développées des balles biodégradables et certains parcours ont décidé d’arrêter les pesticides. D’autres ont pu supprimer les tondeuses grâce à l’écopastoralisme, c’est-à-dire la complicité de moutons ou de chèvres pour brouter l’herbe. Certains organismes vivants, comme les nématodes, pourraient aussi être utilisés pour remplacer certains produits phytosanitaires.

Ce sont des actions positives et honorables, mais qui restent toutefois isolées et qui ne remettent pas en question le modèle même du golf, à savoir une étendue vidée de vies  et énergivore pour le divertissement d’une minorité. 

Une sobriété nécessaire

Pour autant, avant toute chose, comme pour toute activité humaine, la solution inévitable réside sans aucun doute dans la sobriété. Peut-être pourrions-nous ainsi abaisser considérablement le nombre de parcours, en particulier dans les zones les plus chaudes, ce qui permettrait de diminuer la consommation en eau.

Il va probablement devenir essentiel de renoncer à jouer à certaines périodes de l’année et peut-être même songer à faire évoluer les règles de ce sport. S’il faut aujourd’hui réaliser 18 trous pour terminer une partie, on pourrait réduire ce nombre pour utiliser moins d’espace (comme on le fait sur les circuits à 9 trous répétés deux fois).

Enfin, pour imposer une gestion raisonnable et pour ne plus laisser les plus riches faire ce qu’ils veulent sans aucune décence, il serait de bon ton d’instaurer une administration commune de ces infrastructures. Des complexes privés démesurés au coût environnemental astronomique ne peuvent en effet plus être aux mains de quelques-uns mais doivent faire l’objet de décisions citoyennes communes. 

Une chose est certaine, que l’on parle de golf ou non, nos loisirs, eux aussi, vont devoir s’adapter très rapidement aux modifications majeures que subit la planète. Et pour cela, il ne faudra sans doute pas attendre que l’initiative vienne des plus fortunés.

Les pouvoirs publics devront prendre leurs responsabilités, et d’ici-là, de nombreuses personnes sont déterminées à les interpeller via des actions de sabotage contre l’inaction habituelle et les privilèges.

– Simon Verdière

Donation





Source link

Theo Lefevre

Dans le vaste océan du cyberespace, je suis Théo Lefèvre, un Journaliste Web captivé par les histoires qui se tissent à travers les fils numériques. Mon parcours à l'Université Américaine de Paris a façonné ma plume, tandis que mes curiosités se dévoilent à travers la science et la technologie, le monde des affaires, et l'athlétisme. Porté par mon passé de passionné de sport et d'économie, chaque article que je compose est un reflet transparent de mon engagement envers l'authenticité. Joignez-vous à moi pour explorer les méandres de l'innovation scientifique, les intrications du monde des affaires et les défis du terrain d'athlétisme, tout en partageant un voyage honnête et stimulant à travers mes écrits.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button