Football

Football | Coupe du monde féminine. Ophélie Meilleroux (FC … – JSL – le Journal de Saone et Loire


À 39 ans, Ophélie Meilleroux n’a pas totalement raccroché les crampons. L’ex-capitaine de l’équipe de France féminine de football, aux 67 sélections nationales, a rejoint pour la saison 2023-24 le banc des U16 du FC Gueugnon. Comme en 2011, en Allemagne, la Montluçonnaise voit une équipe de France aller en demi-finale. Et même au-delà.

Estelle Pelletier

Aujourd’hui à 12:00

| mis à jour aujourd’hui à 12:05

Ophélie, on imagine que vous suivez les matches de la Coupe du Monde. Que pensez-vous du parcours des Bleues avant leur quart de finale samedi contre l’Australie ?

“Oui je regarde les matches, même si les horaires ne sont pas évidents (rires). Par rapport à leur statut et leur classement FIFA, leur parcours est pour moi logique. Je pense que les objectifs vont au-delà. J’ai lu les commentaires d’Hervé Renard, qui espère faire aussi bien que nous (en 2011, demi-finale de la Coupe du monde en Allemagne), voire mieux. Elles sont sur le bon chemin mais il y a encore un match à jouer samedi. On a tous vu les éliminations surprises : l’Allemagne, les États-Unis, le Brésil sont passés à la trappe. Il n’y a plus trop de favorites. C’est vrai que l’on a pu voir une entrée timide dans la compétition mais on sent une équipe de France qui monte en puissance, des joueuses de talent pour les connaître. Il y a cette possibilité d’aller au bout, maintenant il va falloir le prouver sur le terrain.”


Mercredi, début de l’entraînement pour Ophélie Meilleroux au stade du Vieux-Fresne.   Photo Estelle Pelletier

Avez-vous encore des contacts avec les filles de l’équipe de France ?

“Pas forcément. J’ai joué avec certaines comme Wendy Renard, Eugénie Le Sommer, Sandie Toletti, et Sakina Karchaoui que j’ai côtoyé à Montpellier. J’ai eu la chance l’année dernière, avec Yzeure, de faire la finale de Coupe de France où on a rencontré le PSG. On a pu voir leur talent sur le terrain, des joueuses à fort potentiel.”


Ophélie Meilleroux, les yeux rivés sur ses nouveaux joueurs.   Photo Estelle Pelletier

En 2014, pour vos 30 ans, vous arrêtez votre carrière à Montpellier (D1). En 2017, vous intégrez le staff de l’équipe féminine d’Yzeure (D2), où vous exercez pendant 4 ans en tant qu’entraîneure-adjointe puis un an et demi comme entraîneure principale jusqu’à la saison dernière. Cette année, vous rejoignez le groupe U16 du FC Gueugnon. Pourquoi ce choix ?

“J’ai arrêté mon projet avec les féminines à Yzeure car le club a été administrativement rétrogradé en R1. Avec des joueuses beaucoup plus amateurs que celles que j’ai pu connaître, ce n’est pas quelque chose qui me correspondait. Même si j’ai eu des discussions sur un ou deux projets féminins, ça ne s’est pas fait. Gueugnon a fait appel à moi. Je trouvais le projet intéressant, avec des jeunes joueurs qui ont envie de progresser. À ce stade-là, la compétition devient importante dans leur cursus de formation.”

Avez-vous aussi un rôle dans l’école de football féminine de Gueugnon ?

“Avec Alexandre Lavigne (responsable du pôle féminin du FC Gueugnon), je vais les suivre et essayer de les aider à développer la section féminine. Ils ont créé déjà de belles bases, ils sont passés de 14 à 38 joueuses mais le reste va se faire progressivement. Leur apporter mon expérience, ça peut leur être utile.”


Ophélie Meilleroux s’adresse à ses U16, programme et chronomètre en mains. Photo Estelle Pelletier

Comment votre carrière dans le football a-t-elle débuté ?

“J’ai grandi à Montluçon où mes parents étaient ouvriers chez Dunlop. Dans la cité, tout près du stade, j’assistais avec mon père aux matchs de l’EDSM. Je jouais avec les garçons. Un jour, je les ai suivis à l’entraînement et j’ai demandé à participer. J’y ai joué de 7 ans à 15 ans, jusqu’à ne plus pouvoir être avec les garçons et il n’existait pas d’équipe féminine à l’époque. Je suis partie jouer 2 ans à Yzeure. Puis j’ai été repérée dans les tournois et je suis rentrée au centre de formation de Clairefontaine en 2002. En parallèle, j’ai intégré les sélections jeunes et, en U19, on est devenues vice-championnes d’Europe en 2002 puis championnes d’Europe en 2003.”


Ophélie Meilleroux donne les consignes aux jeunes joueurs gueugnonnais. Photo Estelle Pelletier

Que pensez-vous du football féminin aujourd’hui ?

“Je suis un peu du même avis que certaines joueuses qui se sont exprimées dans les médias. C’est-à-dire que la France a pris du retard par rapport à d’autres pays européens qui ont professionnalisé la ligue féminine depuis quelques années. Les dirigeants ont vu l’importance de se lancer dans le grand bain et mettent des choses en place pour la saison qui commence. Si on veut atteindre des objectifs comme celui de la Coupe du monde, il faut aussi mettre les moyens pour que les joueuses puissent travailler dans de bonnes conditions au quotidien.”

Il y a cette possibilité d’aller au bout. Maintenant, il va falloir le prouver sur le terrain.

Ophélie Meilleroux

Bio express

Ophélie Meilleroux

Née le 18 janvier 1984 à Montluçon (Allier)

Parcours

Joueuse : FCF Nord-Allier Yzeure (2000-02) ; CNFE Clairefontaine (2002-03) ; ASJ Soyaux (2003-08) ; FCF Nord-Allier Yzeure (2008-10) ; Montpellier HSC (2010-14).

Entraîneure : FCF Nord-Allier Yzeure Filles (2017-23) ; FC Gueugnon U16 (2023-).

67 sélections en équipe de France, championne d’Europe U19 en 2003.



Source link

Hugo Dupuis

Dans un monde peint de nuances d'encre et d'imagination, je suis Hugo Dupuis, un Spécialiste du Blogging, en équilibre à la croisée de l'exploration et de l'expression. Avec les salles de l'Institut Catholique de Toulouse comme ma creuset créatif, j'ai forgé un chemin où les mots deviennent des fenêtres ouvertes sur des contrées indomptées. Du plateau géopolitique à la délicate tapisserie de la nature, de l'arène rugissante aux couloirs secrets du divertissement, mon clavier danse au rythme des histoires en attente d'être racontées. La transparence est mon étoile guide, illuminant chaque récit de la brillance de l'authenticité. Alors, entrez dans ce royaume d'encre et d'idées, alors que nous nous embarquons ensemble dans un voyage à travers le labyrinthe de la politique mondiale, la symphonie de l'environnement, le frisson du sport et l'énigme du showbiz.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button