Divertissement

À Calais, découvrez le street art le temps d’une balade guidée – La Voix du Nord


Depuis 2020, Calais accueille un festival de street art au cours de l’été transformant la ville en musée à ciel ouvert. L’office de tourisme participe à cet événement chapeauté par la municipalité et géré par les Ateliers du graff en proposant des visites guidées pour mieux comprendre et apprécier les œuvres de graffeurs venus des quatre coins de la planète. Trois guides assurent cette mission : Marie-Laure Dumont-Fourmanoir, Émilie Ternon et Corneille Lavoye. « Chaque guide élabore sa visite, choisit les fresques en fonction de ses affinités », précise Corneille avant de faire un rapide historique de « cet art qui va occuper l’espace public pour être accessible à tous ».

Corneille Lavoye fait partie des trois guides de l’office de tourisme à proposer la visite street art cet été.

Apprécier, réfléchir, s’engager

« Ce n’est pas un cours magistral », prévient ce dernier au pied du portrait intriguant de Kagaone, près de la gare. C’est la première étape de ce parcours d’une dizaine de fresques accessible à tous, petits et grands, et qui durera deux heures. Deux heures qu’on ne verra pas passer. « Je vois trois yeux », lance ce petit garçon devant le visage qui se dédouble peint par Kogaone. « On se sent espionné par cette fille qui nous regarde. On ressent un certain malaise. C’est de l’hyperréalisme », explique Corneille. Quelques mètres plus loin, au détour d’une rue, on tombe nez à nez avec cet orang-outan en feu qu’on doit à Kalouf, un artiste gabonais qui alerte sur l’urgence climatique. « Il crame à cause de la déforestation ». Là, sur un mur d’une résidence d’appartements, c’est un Hermès, le messager des Dieux, livré par Mister Copy, artiste sud-africain. « Un Hermès moderne, loin de l’image antique qu’on connaît, explique le guide. Il a des baskets ailées, a la peau noire. C’est de la mythologie moderne ». Boulevard Jacquard, on croise ce vendeur à la sauvette et à la barbe de cannabis. Il est signé Maye. « On retrouve tous les éléments de la culture street art : les wagons de train sur lesquels on fait des graffitis, les disquettes, les cassettes, le Nokia, les préservatifs ».

Seule œuvre abstraite visible dans la ville,cette fresquesignée XKUZ se situe rue du Temple.
Seule œuvre abstraite visible dans la ville,cette fresquesignée XKUZ se situe rue du Temple.

Dix nouvelles œuvres

Rue du Temple, ce n’est pas moins de quatre œuvres à découvrir : l’abstraite de XKUZ, le Spraycaps de l’artiste calaisienne Agathe Verschaffel, la pieuvre en anamorphose de Sweo et Nikita et ce jeune graffeur perché sur les toits de Paris par Emoy. À la Cité de la dentelle et de la mode, on est happé par le motif de l’artiste polonaise NeSpoon, trouvé dans les collections du musée et qu’elle a reproduit de nuit en projetant un calque sur le mur. Au pied, No One a ajouté une petite fille qui vient tisser. Le parcours s’achève avec ce portrait de vieux marin, tout en bleu, d’Aero qui a obtenu en 2021 le second prix au Golden Street Art. Pour autant, une soixantaine d’œuvres sont disséminées dans toute la ville, dont 10 nouvelles cet été. Pour les plus curieux, la visite peut se poursuivre…





Source link

Hugo Dupuis

Dans un monde peint de nuances d'encre et d'imagination, je suis Hugo Dupuis, un Spécialiste du Blogging, en équilibre à la croisée de l'exploration et de l'expression. Avec les salles de l'Institut Catholique de Toulouse comme ma creuset créatif, j'ai forgé un chemin où les mots deviennent des fenêtres ouvertes sur des contrées indomptées. Du plateau géopolitique à la délicate tapisserie de la nature, de l'arène rugissante aux couloirs secrets du divertissement, mon clavier danse au rythme des histoires en attente d'être racontées. La transparence est mon étoile guide, illuminant chaque récit de la brillance de l'authenticité. Alors, entrez dans ce royaume d'encre et d'idées, alors que nous nous embarquons ensemble dans un voyage à travers le labyrinthe de la politique mondiale, la symphonie de l'environnement, le frisson du sport et l'énigme du showbiz.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button