Culture et Société

Strasbourg. Le FARSe déploie son énergie sous un soleil éclatant – DNA – Dernières Nouvelles d’Alsace


Avec ses 80 représentations sur trois jours et sa trentaine de compagnies invitées, le Festival des arts de la rue de Strasbourg (FARSe) s’invite jusqu’à dimanche dans la torpeur estivale, entre cour de la HEAR et place de la Cathédrale.

Valérie WALCH

Aujourd’hui à 20:49

| mis à jour aujourd’hui à 20:55

Prenez un tabouret de camping, une natte de plage, un sac en plastique ou… rien du tout, et installez-vous dans l’herbe à l’ombre des arbres séculaires de la Haute école des arts du Rhin.

Au pied du majestueux bâtiment de la HEAR, derrière une cabane à livres offrant le choix entre un Guide de l’entrepreneur social , une partition de piano et une pile de fascicules Favoriser la pratique du vélo dans l’Eurométropole (mais sont-ils vraiment là par hasard ?), le comédien et metteur en scène Jean-Pierre Ledivain, alias Luc Miglietta, a installé ses micros. Le spectacle de la Cie Bruitquicourt, Amphitryon tu perds ton sang-froid , donne le coup d’envoi du FARSe 2023 et campe l’ambiance.

Entre solo cocasse et fable mythologique tarabiscotée, « l’acteur issu du théâtre subventionné se réinvente », se bat avec une colle de moustache récalcitrante pour cause de regain de chaleur estivale ; interagit (beaucoup) avec le public et désigne même un « maître du temps » ; jongle avec les perruques et les rôles (Amphitryon, mais aussi Alcmène, Sosie, Jupiter, Mercure…), emporte tout et tout le monde sur son passage et réitérera l’exploit ce samedi à 15 h.

D’une surprise à l’autre

Mais déjà, il est temps d’enfourcher son vélo – sans doute l’influence du fascicule —, pour vaquer vers le spectacle suivant. Car ainsi va le FARSe… À peine le temps de profiter d’une performance que déjà, la prochaine se profile !

Place du Château, il fait encore un peu chaud pour emboîter le pas des danseurs en plein lâcher-prise, emmenés par le collectif ussé inné. Place Saint-Pierre-le-Jeune, c’est La volonté des cuisses qui est mise à l’épreuve en musique, avec culbutes et portés acrobatiques.

Partout, déjà, mêlant Strasbourgeois et touristes, le public est au rendez-vous ; équipé (de crème solaire, d’un chapeau, d’une bouteille d’eau), parfois ; surpris, souvent.

Comme place de la Cathédrale, où les six danseurs circassiens de la compagnie britannique Motionhouse – qui se produira encore ce samedi à 16 h et 19 h au même endroit — ont déployé une énergie folle et enchaîné les chorégraphies acrobatiques dans leur spectacle Wild.

L’énergie de Motionhouse

Le tout prenant place dans une forêt urbaine faite d’échafaudages, avec Notre-Dame en fond et le ciel bleu pour horizon. De quoi lancer magnifiquement cette huitième édition du FARSe, organisée par la Ville et dont la programmation a été concoctée par Axel Goepfer, le nouveau directeur artistique. Elle se poursuit ce samedi dès 10 h du côté (au choix) du quai Turckheim, avec le spectacle Plume , ou du parc du Heyritz, le temps d’une sieste éveillée proposée par No panification

Le FARSe se poursuit ces samedi 12 et dimanche 13 août de 10 h à 22 h au centre-ville de Strasbourg. Programme complet : ete.strasbourg.eu/programmes



Source link

Elodie Dumas

Bonjour, je suis Elodie Dumas, une rédactrice d'articles en ligne qui dévoile le monde à travers ses mots. Ma formation à l'École Centrale de Nantes a façonné ma plume et éveillé ma passion pour l'écriture. Je parcours la toile avec des récits internationaux, explorant la culture, la société, et le monde du crime. Passionnée de sport et de voyages, j'explore aussi les coins les plus reculés. Mon engagement envers la transparence guide chacun de mes articles, apportant une authentique lumière à chaque sujet. Rejoignez-moi dans cette aventure où les mots peignent des images vives de cultures lointaines, de mystères criminels et d'horizons lointains.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button