Politique Internationale

Transition du leadership au Cambodge : tel père, tel fils – Issues.fr


À la suite des récentes élections législatives au Cambodge, entachées d’allégations généralisées de manipulation, le Parti du peuple cambodgien (PPC) du Premier ministre Hun Sen a remporté une nouvelle victoire. Hun Sen, qui a dirigé le Cambodge pendant plus de 38 ans, a effectivement mis en place un plan de succession qui passera le pouvoir à son fils aîné, Hun Manet. Ce rapport explore les conséquences de l’élection et ses implications plus larges pour l’Asie du Sud-Est.

L’opposition cambodgienne à l’ère Sen

Pendant le mandat du Parti du peuple cambodgien, les groupes d’opposition ont été confrontés à des restrictions législatives, à des manipulations judiciaires et même à des menaces physiques, telles que l’exil forcé ou l’emprisonnement. La récente élection a été marquée par la disqualification du principal parti d’opposition, le Candlelight Party, par la Commission électorale nationale. Cette décision, soutenue par le Conseil constitutionnel du Cambodge, souligne la répression politique qui a limité l’efficacité et les capacités d’organisation des groupes d’opposition. La disqualification du Candlelight Party a effectivement assuré le monopole du CPP sur l’Assemblée nationale, faisant écho au résultat des élections de 2018. Cette consolidation du contrôle par le CPP étouffe les voix d’une population croissante de jeunes urbains éduqués déçus par le régime autocratique.

Perspectives économiques : diversifier les industries et les investisseurs

L’économie cambodgienne s’est considérablement transformée au cours des dix dernières années, évoluant vers un modèle de plus en plus diversifié et industrialisé. L’un des principaux moteurs de ce changement a été l’industrie florissante du textile et de l’habillement, qui représente plus d’un tiers du PIB et 57 % des exportations totales. Le tourisme, autre pilier de l’économie, a également connu une croissance et une reprise post-pandémique impressionnantes, stimulant l’emploi et les revenus dans les secteurs de l’hôtellerie et des services.

Sous la direction de Hun Sen, le Cambodge a adopté l’initiative chinoise Belt and Road (BRI), entraînant un afflux d’investissements chinois dans les secteurs des infrastructures, de l’immobilier et du tourisme. Bien que ces investissements aient stimulé la croissance économique, ils ont également entraîné une augmentation du fardeau de la dette. À l’heure actuelle, plus de 40 % de la dette extérieure publique du Cambodge est due à la Chine. En outre, la dépendance excessive du pays à l’égard de quelques secteurs cycliques l’expose à des chocs externes et à des vulnérabilités économiques, comme on l’a vu lors de la pandémie de COVID-19. Alors que Hun Manet succède à son père, il doit relever le défi de gérer cette dette tout en continuant à stimuler la croissance économique.

La vision économique de Hun Manet penchera probablement vers un modèle économique plus diversifié. Le secteur manufacturier léger du Cambodge est sur le point de bénéficier de la modernisation industrielle et de la montée en flèche des frais généraux du Vietnam voisin. Cependant, les coûts de main-d’œuvre au Cambodge représentent toujours le double des salaires mensuels des travailleurs de l’habillement au Bangladesh. De telles conditions suggèrent que Hun Manet donnera la priorité au renforcement de secteurs tels que la fabrication lourde et l’agriculture tout en explorant également la croissance de la technologie et des services numériques. Le mandat de Hun Manet sera évalué en fonction de son efficacité à relever ces défis tout en préservant la dynamique économique du Cambodge dans un contexte de ralentissement prévu des nouvelles dépenses de la BRI et du financement chinois.

Impact régional pour l’ANASE

Tout au long du règne de Hun Sen, le rôle du Cambodge au sein de l’ASEAN a subi des changements importants. Au départ, le Cambodge a agi comme un pont entre l’ASEAN et la Chine, se rangeant du côté de Pékin sur plusieurs questions controversées et bloquant fréquemment le consensus au sein de l’ASEAN sur des questions préjudiciables aux intérêts chinois. Cependant, Hun Sen a également fait preuve de pragmatisme, favorisant parfois des relations plus solides avec les voisins de l’ASEAN pour équilibrer la dépendance à l’égard de la Chine.

La montée des régimes autoritaires au sein de l’ASEAN, y compris au Cambodge, a mis à l’épreuve la fonctionnalité de l’organisation, érodant l’approche consensuelle de l’ASEAN. Il est donc difficile pour le groupe de traiter des questions régionales controversées, telles que les différends territoriaux et maritimes en mer de Chine méridionale. Alors que les nations de l’ASEAN se tournent vers la Chine pour un soutien économique et politique, l’organisation a du mal à présenter un front unifié dans ses interactions avec les puissances occidentales, notamment les États-Unis. La tension entre les tendances autoritaires des États membres et l’objectif de l’ASEAN de maintenir des relations équilibrées avec les puissances mondiales influencera sans aucun doute la trajectoire et l’efficacité du groupe.

Conclusion

La passation du pouvoir de Hun Sen à son fils aîné, Hun Manet, est une phase cruciale de la politique cambodgienne. À 45 ans, Hun Manet, diplômé de l’Académie militaire américaine et économiste formé au Royaume-Uni, apporte un mélange de poids militaire et économique à son leadership malgré sa jeunesse relative. Ayant gravi les échelons au sein de l’armée cambodgienne, Hun Manet est sur le point d’hériter d’un pays que son père a largement stabilisé, quoique par des moyens autoritaires.

Alors que l’éducation occidentale de Hun Manet peut suggérer un changement possible vers les valeurs démocratiques libérales, il convient de mentionner que les parcours d’autres dirigeants éduqués en Occident, en particulier dans des contextes politiques similaires, n’ont pas nécessairement abouti à la libéralisation. Par conséquent, tout écart par rapport à l’approche de son père est loin d’être garanti. La position de Hun Manet en matière de politique étrangère reste floue, ce qui entraîne une incertitude quant aux futures interactions du Cambodge avec la Chine et les puissances occidentales. Son expérience militaire, tout comme celle de son père, pourrait faire allusion à une prédisposition à maintenir une emprise ferme sur les structures de pouvoir de la nation.

En conclusion, les récentes élections nationales et la transition au pouvoir au Cambodge représentent un tournant important pour l’avenir du pays. La transition imminente du leadership, la désillusion croissante des jeunes, les vulnérabilités économiques et l’évolution géopolitique contribuent tous à une trajectoire incertaine pour le Cambodge.



Source link

Hugo Dupuis

Dans un monde peint de nuances d'encre et d'imagination, je suis Hugo Dupuis, un Spécialiste du Blogging, en équilibre à la croisée de l'exploration et de l'expression. Avec les salles de l'Institut Catholique de Toulouse comme ma creuset créatif, j'ai forgé un chemin où les mots deviennent des fenêtres ouvertes sur des contrées indomptées. Du plateau géopolitique à la délicate tapisserie de la nature, de l'arène rugissante aux couloirs secrets du divertissement, mon clavier danse au rythme des histoires en attente d'être racontées. La transparence est mon étoile guide, illuminant chaque récit de la brillance de l'authenticité. Alors, entrez dans ce royaume d'encre et d'idées, alors que nous nous embarquons ensemble dans un voyage à travers le labyrinthe de la politique mondiale, la symphonie de l'environnement, le frisson du sport et l'énigme du showbiz.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button