Environnement

La Rixouse. Plus de 11 800 signatures contre le projet d’installation … – Le Progrès


Depuis 2022, la société Valeco, spécialisée dans le développement de projets d’implantation d’énergies renouvelables, s’intéresse à un terrain situé à la Rixouse. Un mât de mesure doit être installé à l’automne, mais déjà des voix s’élèvent. Une pétition en ligne enregistre plus de 11 800 signatures.

Jamila CHAFII

Aujourd’hui à 18:30

« Oui à l’éolien mais pas n’importe où ! Il est important d’enquêter pour mesurer l’impact sur la faune, la flore, les milieux et la vie des habitants avant toute autorisation. Ne donnons pas la priorité à l’économie, à l’industriel et aux intérêts financiers locaux ou internationaux ! » C’est l’un(e) des signataires de la pétition «  Non aux éoliennes dans le Parc naturel du haut Jura  » qui donne le ton. Mise en ligne le 18 juillet, elle cumule au 10 août, 11 865 signatures, « et il y a aussi les signatures papiers, au moins 2 000 », affirme Didier Perez, habitant de La Rixouse et secrétaire d’une association s’opposant à cette implantation créée tout récemment. Malgré de nombreuses relances, Gérard Duchêne, président de cette association, habitant lui aussi le village, n’a pas répondu aux sollicitations du Progrès.

Un mât de mesure installé à l’automne

Dans le descriptif de la pétition, ils expliquent : « Contre l’implantation d‘éoliennes industrielles à la Rixouse située en plein cœur du Parc naturel du haut Jura. Seul le poids de l’engagement populaire pourra nous sortir de cette spirale infernale. Ce projet se situerait dans un milieu préservé, naturel et sauvage avec une biodiversité incomparable. La concrétisation de ce projet pourrait mettre en péril la faune et la flore de ce site. »

Mis au fait de cette pétition, Pascal Bonin, le maire veut rassurer : « Nous n’en sommes qu’aux prémices du projet, l’étude de faisabilité a commencé mais nous n’avons pas encore d’éléments , un mât de mesure va être installé à l’automne. » Il n’est donc pas encore question d’enquête publique, mais les membres de l’association prennent les devants, notamment parce que la zone étudiée est à proximité immédiate de leurs logements.

« Il n’est pas permis de dénaturer ces espaces »

Ils mettent en avant le risque environnemental qui pèse sur ce projet. « Bien conscient que pour l’environnement, l’investissement dans ce type d‘énergie est nécessaire, il n’est pas pour autant permis de détruire ou dénaturer des espaces préservés car isolés et donc favorables au bon développement de toute la végétation typique du haut Jura et de tous les animaux qui y trouvent un habitat stable et serein.» Mais ce n’est pas le projet retenu.

Pour se défendre, le maire précise qu’il est en contact avec le Parc naturel régional du haut Jura qui le conseille, ainsi que le bureau d’études.



Si vous avez manqué le début

En novembre 2022 le conseil municipal de La Rixouse vote en faveur d’un projet d’implantation d’un parc éolien sur le territoire communal. Pascal Bonin, le maire, explique alors : « Nous avons reçu un bureau d’études qui nous a présenté un avant-projet d’implantation d’éoliennes à La Rixouse. Il y a eu un zonage de fait par rapport aux zones Natura 2 000, aux zones humides, aux distances des habitations et au champ aérien. Le projet consiste en l’installation de quatre à six éoliennes au niveau du lieu-dit du bois de Ban. » Mais le vote favorable du conseil municipal ne fait pas tout. La route sera longue avant d’envisager un éventuel chantier. Après l’installation d’un mât de mesure, il faudra au minimum 12 à 18 mois d’enquête d’impact sur la faune, la flore, la géologie, etc. Si et seulement si cette première étape est concluante, alors il faudra encore attendre 4 ans pour sa mise en place.



Le groupe Tétras Jura vigilant sur la protection de la gélinotte des bois

Il s’agit d’une petite espèce, mais la gélinotte des bois pourrait bien habiter la zone retenue dans le projet. Les gélinottes vivent en couple ou en petits groupes familiaux qui se dispersent en automne. Discrète de manière générale, elle l’est aussi du point de vue vocal, bien qu‘à longueur d’année, le mâle pousse des cris qui ressemblent à des sifflements aigus. « Nous avons eu un appel du maire pour nous informer de ce projet, on a pu avoir le bureau d’études qui dans ses premières observations ne mentionnait pas la gélinotte des bois, explique Alexandra Depraz du Groupe Tétras Jura. Il n’est pas impossible que cette espèce habite la forêt de La Rixouse, donc nous restons vigilants sur la suite du projet. »



Source link

Hugo Dupuis

Dans un monde peint de nuances d'encre et d'imagination, je suis Hugo Dupuis, un Spécialiste du Blogging, en équilibre à la croisée de l'exploration et de l'expression. Avec les salles de l'Institut Catholique de Toulouse comme ma creuset créatif, j'ai forgé un chemin où les mots deviennent des fenêtres ouvertes sur des contrées indomptées. Du plateau géopolitique à la délicate tapisserie de la nature, de l'arène rugissante aux couloirs secrets du divertissement, mon clavier danse au rythme des histoires en attente d'être racontées. La transparence est mon étoile guide, illuminant chaque récit de la brillance de l'authenticité. Alors, entrez dans ce royaume d'encre et d'idées, alors que nous nous embarquons ensemble dans un voyage à travers le labyrinthe de la politique mondiale, la symphonie de l'environnement, le frisson du sport et l'énigme du showbiz.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button