Culture et Société

« Sept jours sur Mars », sur Ushuaïa TV : dans le sillage des six … – Le Monde


USHUAÏA TV – SAMEDI 12 AOÛT À 20 H 45 – DOCUMENTAIRE

Alors que la Nuit des étoiles incite amateurs, scientifiques et simples curieux à scruter le ciel du vendredi 11 au dimanche 13 août, rappelons que Mars est une des cinq planètes de notre système solaire observable à l’œil nu. Mais pour y voir de plus près, le rover Perseverance s’est posé à sa surface, le 18 février 2021, avec un double objectif : y chercher des preuves de vie ancienne – selon la NASA, il y a de trois à cinq milliards d’années, un tiers de la Planète rouge était couvert d’eau – et poser les jalons d’une future mission humaine à partir de 2030.

Lire le récit : Article réservé à nos abonnés Le rover Perseverance explore le passé de la planète Mars

De la persévérance, le réalisateur Michael Lachmann a dû en faire preuve pour obtenir l’autorisation de filmer une partie de cette cinquième mission martienne de la NASA depuis le centre névralgique du Jet Propulsion Laboratory (JPL) de Pasadena, en Californie. Brièvement certes, mais suffisamment pour découvrir l’ambiance qui règne au sein des équipes de chercheurs et voyager à la surface de Mars.

Ces sept jours correspondent à une mission spécifique du petit 4 × 4 suréquipé : il doit parcourir environ 1 kilomètre en direction du cratère Jezero et prélever une carotte de roche grâce à sa foreuse au carbure de tungstène. Cet échantillon devra ensuite être rapporté par un rover de récupération avant d’être envoyé, par une capsule, sur Terre.

Lot d’imprévus

Cela pour la théorie. Lorsque l’on voit la netteté des images 3D, on a tendance à oublier que Mars se situe à environ 225 millions de kilomètres de la Terre (distance moyenne qui peut varier). Ce qui complique la mise en pratique, que le documentaire suit chronologiquement, depuis le « Jour 1 » où la fiche technique du rover est détaillée. Chaque jour recèle son lot d’imprévus.

Au « Jour 2 », l’ingénieure en chef Vandi Verma explique notamment comment, en chaussant ses lunettes 3D, elle voit le paysage qui entoure Perseverance comme si elle se trouvait à bord, et peut ainsi établir l’itinéraire optimal, sachant qu’il roule à la vitesse de pointe de 150 mètres par heure.

Au « Jour 3 », direction le « centre de l’Univers », la salle où la NASA centralise la communication avec tous les engins spatiaux, avant une digression (« Jour 4 ») vers le lac artificiel et toxique de Salton Sea, en Californie, pour son analogie présumée avec les anciens lacs martiens. Au « Jour 5 », c’est au tour d’Ingenuity, minihélicoptère capable de voler dans une atmosphère cent fois moins dense que sur Terre, de livrer ses secrets. « Au jour 6 »…

Les hommes et femmes du JPL savent gérer le stress. Perseverance est tout de même un joujou à 2 milliards de dollars (1,8 milliard d’euros). « Chaque jour, il y a un problème à régler, c’est normal », assure Ken Farley, un scientifique associé à la mission. Al Chen, responsable des manœuvres d’atterrissage, confie leur méthode pour rester optimiste : « On envisage toujours le pire. »

Sept jours sur Mars, documentaire de Michael Lachmann (RU, 2022, 52 min).



Source link

Elodie Dumas

Bonjour, je suis Elodie Dumas, une rédactrice d'articles en ligne qui dévoile le monde à travers ses mots. Ma formation à l'École Centrale de Nantes a façonné ma plume et éveillé ma passion pour l'écriture. Je parcours la toile avec des récits internationaux, explorant la culture, la société, et le monde du crime. Passionnée de sport et de voyages, j'explore aussi les coins les plus reculés. Mon engagement envers la transparence guide chacun de mes articles, apportant une authentique lumière à chaque sujet. Rejoignez-moi dans cette aventure où les mots peignent des images vives de cultures lointaines, de mystères criminels et d'horizons lointains.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button