Football

PSG – Lorient : la vie sans Kylian Mbappé ! – Foot Mercato


La suite après cette publicité

Les enseignements de ce premier match officiel du PSG version 2023-2024 sont multiples. Si tout n’est clairement pas à jeter et que la patte Luis Enrique se fait d’ores et déjà ressentir au sein de cet effectif new look, l’un des principaux constats reste malgré tout ce manque de tranchant offensif. Opposés au FC Lorient, samedi soir, pour le compte de la première journée de Ligue 1, les champions de France en titre sont, en effet, tombés sur un mur. Incapable de faire la différence dans les trente derniers mètres, et ce malgré quelques situations chaudes, le club de la capitale a finalement concédé le nul (0-0) malgré une domination outrageuse, notamment en première période.

Un onze de départ avec six nouvelles recrues !

En l’absence de Marco Verratti, Neymar et donc Kylian Mbappé, Luis Enrique a débuté cette rencontre face aux Merlus en 4-3-3. Devant Gigio Donnarumma, Achraf Hakimi, Milan Skriniar, Danilo et Lucas Hernandez formaient la défense parisienne. Dans l’entrejeu, le jeune Warren Zaïre-Emery et Vitinha accompagnaient l’étincelant Manuel Ugarte. Enfin, le technicien espagnol alignait ses trois recrues estivales sur le front de l’attaque. Lee Kang-In et Marco Asensio entouraient, à ce titre, Gonçalo Ramos. Oui mais voilà, malgré un pressing intense dès les premières secondes de ce match et une possession de balle impressionnante (97% après 10 minutes), les pensionnaires du Parc des Princes ne parvenaient pas à se montrer dangereux.


À lire
Lorient : Régis Le Bris salue le travail de Luis Enrique

Résultat ? Une belle frappe de Ramos repoussée par Mvogo (9e) et pas grand chose d’autres à se mettre sous la dent jusqu’à la pause. Au retour des vestiaires, Vitinha (53e), Fabian Ruiz (77e), Ramos (79e), Soler (90+3e) ou encore Ugarte (90+5e) tentaient bien d’enfiler le costume de héros mais rien n’y changeait et le tableau d’affichage n’évoluait pas. Au total, Paris aura donc frappé 20 fois au but pour seulement quatre petites tentatives cadrées… De quoi entraîner une légère frustration du côté de Luis Enrique. «Il y a un sentiment contradictoire», avouait tout d’abord l’ancien coach du Barça en conférence de presse avant d’argumenter.

La suite après cette publicité

Un rendement offensif problématique…

«J’ai apprécié l’attitude des joueurs et le comportement de la défense. Les Lorientais jouent très bien au foot et ils n’ont passé que trois fois le milieu de terrain. L’adversaire a défendu énormément, on a été meilleurs qu’eux mais on ne s’est pas créé assez d’occasions. Il a manqué un jeu sans ballon plus intense, du jeu en diagonale et dans l’intervalle et de l’efficacité. Mais on méritait de gagner». Un constat lucide sur la performance de ses joueurs, en souffrance au moment de faire la différence face au bloc bas des Merlus. Et pour cause. Avec un Gonçalo Ramos, globalement intéressant pour sa grande première au poste de numéro 9, un Marco Asensio, très excentré mais souvent proche de ses milieux, et un Lee Kang-In, volontaire, provocateur mais lui aussi dans la percussion, le PSG a manqué de profondeur et de verticalité.

Pourtant, à quelques mètres de cette vérité implacable se trouvait un certain Kylian Mbappé. Réputé pour ses prises de profondeur dévastatrices et sa capacité à faire la différence par sa vitesse, l’ancien prodige de l’AS Monaco aurait très certainement apporté ce génie manquant. Et que dire de son nouveau coéquipier, Ousmane Dembélé, présent à ses côtés pour assister à la première de ses partenaires… Sans ses habituelles stars (Neymar, Marco Verratti, Nuno Mendes, Kylian Mbappé…), le PSG a finalement manqué d’insouciance. Incapable de créer des différences individuelles ou d’apporter de réels changements de rythme dans la création, le club de la capitale s’est finalement assez logiquement casser les dents sur le bloc compact des Merlus.

La suite après cette publicité

Mbappé et Dembélé, pour un avenir meilleur ?

Un manque d’allant offensif qui pourrait, cependant, rapidement disparaître avec l’intégration à venir d’Ousmane Dembélé, capable de déséquilibrer, à lui seul, une défense. Et ce, sans parler d’un éventuel come-back de Kylian Mbappé dans le onze de départ de Luis Enrique. Si cette possibilité reste encore assez utopique, la présence de l’international français (70 sélections, 40 buts) face aux Merlus a, malgré tout, laissé entrevoir une petite éclaircie pour le futur du numéro 7 parisien dans la Ville Lumière. Une chose est sûre, dans les semaines à venir, le nouvel architecte du PSG va devoir trouver les clés pour venir à bout de ces défenses regroupées.

Conscient des difficultés rencontrées face aux Lorientais, Luis Enrique ne perdait cependant pas son optimiste et promettait ainsi des jours meilleurs aux supporters parisiens. «C’est la phase de jeu que je connais le mieux. C’est une chose à laquelle je suis habituée et on va réussir à passer ces gros blocs, je n’ai aucun doute. On va trouver des solutions et ça dépendra des joueurs que l’on aura à disposition», assurait notamment l’ancien sélectionneur de la Roja face aux journalistes. La tâche pourrait forcément s’avérer plus aisée avec le retour du meilleur buteur de l’histoire du club…

Pub. le
MAJ le



Source link

Hugo Dupuis

Dans un monde peint de nuances d'encre et d'imagination, je suis Hugo Dupuis, un Spécialiste du Blogging, en équilibre à la croisée de l'exploration et de l'expression. Avec les salles de l'Institut Catholique de Toulouse comme ma creuset créatif, j'ai forgé un chemin où les mots deviennent des fenêtres ouvertes sur des contrées indomptées. Du plateau géopolitique à la délicate tapisserie de la nature, de l'arène rugissante aux couloirs secrets du divertissement, mon clavier danse au rythme des histoires en attente d'être racontées. La transparence est mon étoile guide, illuminant chaque récit de la brillance de l'authenticité. Alors, entrez dans ce royaume d'encre et d'idées, alors que nous nous embarquons ensemble dans un voyage à travers le labyrinthe de la politique mondiale, la symphonie de l'environnement, le frisson du sport et l'énigme du showbiz.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button