Technologie et Science

Le Moyen Âge était-il plus chaud qu’aujourd’hui ? De nouvelles … – Futura


L’optimum climatique médiéval est connu comme étant une phase de réchauffement climatique naturel survenu au cours des années 1200. Celle-ci a donné lieu à beaucoup de débats ces dernières années, sur le caractère inédit, ou non, de notre réchauffement climatique actuel. De nouvelles découvertes scientifiques remettent en cause l’existence de cet optimum climatique au Moyen-âge, même dans les zones où cela semblait fiable.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] L’histoire du réchauffement climatique en 35 secondes En intégrant graphiquement les mesures de températures dans presque tous les pays du Globe entre…

Puisque les relevés météométéo fiables n’existaient pas à l’époque, entre le Xᵉ au XIVᵉ siècle, les scientifiques ont utilisé des reconstitutions effectuées à partir de modèles climatiques. Mais les résultats n’ont jamais mis en évidence des températures réellement plus élevées, malgré les conclusions d’autres scientifiques. D’une manière générale, les climatologues étaient déjà d’accord sur le fait que le Moyen Âge n’était globalement pas plus chaud qu’aujourd’hui, hormis sur certaines régions spécifiques du monde, comme autour de l’Atlantique nord : les terresterres situées autour de cet océan auraient connu une surchauffe de manière difficilement explicable.

L’étude des arbres montre que le réchauffement du Moyen Âge est plus faible l’actuel

Jusqu’à maintenant, les scientifiques pensaient que la Scandinavie faisait partie des zones ayant justement connu une période très chaude à l’ère médiévale. Mais de nouvelles analyses effectuées sur les cernes des arbres montrent que la période médiévale était finalement moins chaude que prévu selon une étude publiée dans Nature, y compris en Scandinavie. Les cernes des pins (vivants ou morts) prélevés en Suède et Finlande sont le plus précis des indicateurs : plus elles sont épaisses et sombres, plus cela témoigne de périodes anormalement chaudes. Celles-ci montrent que les cernes les plus récentes sont bien plus épaisses que celles des années 1200.

Plus la science progresse, et plus cet optimum climatique médiéval localisé se révèle bien moins chaud que ce que l’on croyait, contredisant toutes les théories du passé sur le fait que notre Planète avait déjà connu un réchauffement plus fort que celui actuel.



Source link

Theo Lefevre

Dans le vaste océan du cyberespace, je suis Théo Lefèvre, un Journaliste Web captivé par les histoires qui se tissent à travers les fils numériques. Mon parcours à l'Université Américaine de Paris a façonné ma plume, tandis que mes curiosités se dévoilent à travers la science et la technologie, le monde des affaires, et l'athlétisme. Porté par mon passé de passionné de sport et d'économie, chaque article que je compose est un reflet transparent de mon engagement envers l'authenticité. Joignez-vous à moi pour explorer les méandres de l'innovation scientifique, les intrications du monde des affaires et les défis du terrain d'athlétisme, tout en partageant un voyage honnête et stimulant à travers mes écrits.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button