Rugby

Tournoi : pourquoi l’arbitre n’a pas accordé l’essai écossais contre les Bleus – L’Équipe


C’est une action qui aurait pu faire basculer le match entre l’Écosse et la France en faveur du quinze du Chardon. À la 80e+1, alors que les Bleus comptent quatre points d’avance, ils perdent le ballon dans leurs 22 mètres. Les Écossais vont alors pilonner la défense tricolore, enchaînant les picks and go près de la ligne française.

Sur la neuvième phase de jeu, Sam Skinner avance face à Sébastien Taofifenua et Yoram Moefana, il atterrit ballon en main dans l’en-but français, mais plusieurs Tricolores sont aussi présents au sol (dont les deux défenseurs précités et Posolo Tuilagi, notamment venu en renfort). A-t-il aplati le ballon dans l’en-but des Bleus et inscrit un essai décisif ?

La décision terrain de l’arbitre Nic Berry est de ne pas accorder l’essai. Mais il va confronter sa décision à la vidéo. Durant de longues minutes, lui et l’arbitre vidéo (l’Irlandais Brian MacNeice) vont revoir l’action sous plusieurs angles et échanger à distance.

Berry : « Ma décision sur le terrain, c’est « pas essai ». Le ballon est tenu, je veux que tu vérifies tous les autres angles pour voir si le ballon touche le sol ou non. »

MacNeice : « C’est très difficile à distinguer. Le ballon est tenu à ce moment-là, et là il est posé au sol. »

Berry : « Le ballon est initialement sur le pied. Et il aplatit sur un autre angle. Donc je change ma première décision, pour un essai. »

De longues secondes d’hésitation

À ce moment-là, Nic Berry semble donc avoir pris la décision d’accorder l’essai. Mais son arbitre vidéo lui répond rapidement qu’il doit revoir une nouvelle fois les images : « Je dois avoir une preuve que le ballon touche bien le sol. Je dois revenir à cet angle pour voir clairement le ballon sur le sol.

Trente-neuf secondes plus tard, MacNeice revient vers Berry : « Je ne peux pas dire, je ne vois pas assez clairement le ballon au sol. » Réponse de l’arbitre de champ : « Donc je reste sur ma décision terrain »

L’Australien se dirige alors vers les capitaines Charles Ollivon (qui a pris le relais de Grégory Alldritt, blessé) et Finn Russell, pour leur donner sa décision et expliquer qu’aucune image ne lui permet d’affirmer qu’il y a essai.
« Ma décision terrain était : pas d’essai, le ballon était tenu en l’air, dit-il. On a regardé l’action sous tous les angles possibles, il n’y a pas de preuve que l’essai a été marqué, donc pas d’essai. » Les Bleus l’ont donc emporté 16-20.



Source link

Theo Lefevre

Dans le vaste océan du cyberespace, je suis Théo Lefèvre, un Journaliste Web captivé par les histoires qui se tissent à travers les fils numériques. Mon parcours à l'Université Américaine de Paris a façonné ma plume, tandis que mes curiosités se dévoilent à travers la science et la technologie, le monde des affaires, et l'athlétisme. Porté par mon passé de passionné de sport et d'économie, chaque article que je compose est un reflet transparent de mon engagement envers l'authenticité. Joignez-vous à moi pour explorer les méandres de l'innovation scientifique, les intrications du monde des affaires et les défis du terrain d'athlétisme, tout en partageant un voyage honnête et stimulant à travers mes écrits.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button