Économie

Tourisme en Corse: pas de désaffection mais des changements de … – Le Point


En Corse, les touristes sont venus plus nombreux qu’en 2019, dernière saison pré-Covid, mais l’inflation pèse et modifie les modes de consommation, avec moins de dépenses au restaurant et une préférence pour les gîtes ou location d’appartements.

“Les touristes sont là (..) mais ils font des arbitrages importants dans leur consommation de séjour. Ils sont un peu plus regardants sur leur budget restauration”, explique à l’AFP, Nathalie Cau, présidente de l’office du tourisme d’Ajaccio.

“Il y a moins de monde” attablé, estime de son côté Caroline Gauthier, une touriste de 40 ans de Loire-Atlantique habituée de la Corse et qui, elle, “fait pas mal de restaurants” avec sa famille pendant les vacances.

Elle sort avec ses deux filles et son mari du musée Naporama d’Ajaccio, qui retrace les moments forts de la vie de Napoléon en Playmobil customisés. Cet espace culturel profite en revanche d’une excellente fréquentation: “On n’a pas désempli en juillet”, se félicite Frédéric Pierrot, créateur de ce lieu insolite.

Car paradoxalement, si les professionnels de l’hôtellerie-restauration ont alerté sur “la baisse de fréquentation des établissements”, dès juin, le nombre de touristes arrivés sur l’île méditerranéenne en juillet par bateau ou par avion, près de 1,5 million, est en hausse de 3,8 % par rapport à juillet 2019, la dernière saison pré-Covid qui faisait office d’année de référence, selon la chambre de commerce.

Le chiffre est certes en baisse par rapport à 2022 (-4,3 %), une année que tous les professionnels jugeaient toutefois “exceptionnelle”.

“L’inflation pèse sur les dépenses”, a expliqué cette semaine l’Agence du tourisme de la Corse (ATC) dans sa note de conjoncture pour juillet. Les visiteurs sont ainsi tentés par des locations de maison ou d’appartements, notamment via des plateformes type AirBnB ou Booking, ce qui leur permet de cuisiner à la maison, au détriment des hôtels, notent les professionnels, pointant du doigt ce secteur du “paratourisme”.

“Les Gîtes de France et les meublés touristiques ont les taux de réservation les plus hauts: respectivement 82 % et 74 %. Ils sont suivis des résidences de tourisme et villages de vacances (72 %). Des modes de logements de plus en plus recherchés par les touristes”, note l’Agence du tourisme.

A Ajaccio, “beaucoup de Airbnb ont été sollicités” en juillet et “bon nombre d’hôtels avaient des disponibilités anormalement hautes par rapport aux années précédentes”, confirme Nathalie Cau.

Les acteurs du tourisme pointent aussi “une inflation généralisée” ou “l’augmentation du coût des transports” qui forcent à des arbitrages. Depuis quatre ans, le mois de septembre est meilleur que celui de juillet” à Ajaccio, note ainsi Mme Cau

Certaines activités nautiques sont aussi impactées. “Les stages de voiliers Optimist qui étaient quasiment complets l’année dernière ne sont cette année remplis qu’à moitié”, relève Christophe Demoulin, chef de base de la Société nautique.

“Schizophrénie”

En Corse, le secteur du tourisme est crucial, il représente 39 % du Produit intérieur brut (PIB), selon l’Insee.

Le climat politique a peut-être également joué.

En revendiquant 16 attentats le 1er août, le Front de libération nationale corse (FLNC, indépendantiste) a ainsi évoqué une saison touristique “insupportable, irrespirable, parfois dénoncée publiquement par les +nôtres+, mais encouragée discrètement par les mêmes”.

Le Journal de la Corse regrette la multiplication de “témoignages” rapportant des insultes contre les Français. “Ca n’est pas en les traitant de +Français de merde+” que la Corse parviendra à donner envie aux touristes de revenir, estime le plus vieux journal de l’île, fondé en 1817.

D’autant que 66 % de la clientèle touristique en Corse vient du continent, selon la note de conjoncture.

Le quotidien “Corse-Matin” a également publié un reportage sur le malaise des touristes devant les tags antifrançais.

En mai, la présidente autonomiste de l’Assemblée de Corse, Marie-Antoinette Maupertuis, avait pointé “la schizophrénie” de certains Corses: “On ne peut pas, en même temps, vouloir du tourisme, louer des meublés, être critique vis-à-vis des touristes et ne pas les supporter pendant un mois et demi”.

13/08/2023 11:34:44 – 
        Ajaccio (AFP) – 
        © 2023 AFP

dmp



Source link

Theo Lefevre

Dans le vaste océan du cyberespace, je suis Théo Lefèvre, un Journaliste Web captivé par les histoires qui se tissent à travers les fils numériques. Mon parcours à l'Université Américaine de Paris a façonné ma plume, tandis que mes curiosités se dévoilent à travers la science et la technologie, le monde des affaires, et l'athlétisme. Porté par mon passé de passionné de sport et d'économie, chaque article que je compose est un reflet transparent de mon engagement envers l'authenticité. Joignez-vous à moi pour explorer les méandres de l'innovation scientifique, les intrications du monde des affaires et les défis du terrain d'athlétisme, tout en partageant un voyage honnête et stimulant à travers mes écrits.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button