Divertissement

Divertissement populaire au Théâtre Rialto – L’Express – L’Express – Drummondville


Yolande Allard – Société d’histoire de Drummond

SOCIÉTÉ D’HISTOIRE DE DRUMMOND. Au début du 20e siècle, trois théâtres tentent de s’implanter à Drummondville, soit le Bijou rue Heriot, le Rialto rue Cockburn et le Royal rue Saint-Marcel, dans le haut de la ville.

Yolande Allard. (Photo gracieuseté)

L’aventure du Rialto commence bien modestement en 1915. Ephrem Archambault a converti une partie de son magasin général en salle de projection. C’est l’époque du cinéma muet. Un pianiste amateur interprète des pièces à la mode : valse, polka, fox-trot, en suivant l’allure plus ou moins rapide du film. En 1922, devant l’engouement pour les vues animées, monsieur Archambault réduit la portion occupée par son magasin au bénéfice du théâtre. Un piano automatique déroule les pièces de répertoire devant les spectateurs s’émerveillant des prouesses des cowboys sur fond de montagnes Rocheuses.

En janvier 1927, les propriétaires du Rialto et du Royal forment une société du nom de Théâtre Rialto & Cie. Le Royal est converti en salle publique. L’avènement des films sonores entraîne des investissements importants, tel l’achat d’un nouveau projecteur diffusant 24 images par seconde, plutôt que 16 pour les films muets. Le théâtre est fermé le dimanche, jour du Seigneur oblige, comme partout ailleurs en province. L’entrée est de 40¢, duquel montant sont retranchés 5¢ pour la taxe sur les divertissements, partagée entre la Ville de Drummondville et le gouvernement du Québec.

Théâtre Royal, rue Saint-Marcel, Drummondville, 1916. (Société d’histoire de Drummond, Collection régionale ; IC-2.1C8)

Le Rialto accueille à l’occasion des troupes locales qui mettent en scène des comédies, des drames et des opérettes, telles Les cloches de Corneville et La fille du Tambour-Major. Des artistes professionnels de Montréal se produisent également au Rialto. Ainsi, le 18 décembre 1931, les Drummondvillois sont-ils invités à venir entendre les chansons interprétées par la Bolduc, «en personne» comme le dit la publicité. Elle est accompagnée de ses musiciens et d’un gigueur, M. Doiron. «Deux heures et demie de rire assurées», dit-on.

Le Rialto ne connaît jamais de relâche ; les entrées au box-office indiquent que 150 personnes en moyenne se présentent au guichet, six soirs par semaine, 52 semaines par année. À la une de son édition du 2 mars 1933, le journal La Parole rapporte : «Le théâtre Rialto était archicomble, à tel point qu’on dut refuser d’admettre une foule de gens […] l’assistance comptant près de 800 personnes.»

Les cloches de Corneville, Théâtre Rialto, Drummondville, 1936. (Société d’histoire de Drummond, Collection régionale ; IC-8.3L84)

En 1937, deux salles de cinéma, le Capitol et le Drummond, ouvrent leurs portes rue Lindsay. Le Rialto est complètement éclipsé par la qualité de l’acoustique et des appareils de projection de ses concurrents. À l’hiver de 1940, la toiture, recouverte d’une épaisse couche de neige, s’effondre. Sous cette pression, les murs cèdent. Le bâtiment est une perte totale.

Théâtre Capitol, rue Lindsay, Drummondville, 1938. (Société d’histoire de Drummond, Fonds Lorne Cavell Elder ; P181, D5, P8)

 





Source link

Hugo Dupuis

Dans un monde peint de nuances d'encre et d'imagination, je suis Hugo Dupuis, un Spécialiste du Blogging, en équilibre à la croisée de l'exploration et de l'expression. Avec les salles de l'Institut Catholique de Toulouse comme ma creuset créatif, j'ai forgé un chemin où les mots deviennent des fenêtres ouvertes sur des contrées indomptées. Du plateau géopolitique à la délicate tapisserie de la nature, de l'arène rugissante aux couloirs secrets du divertissement, mon clavier danse au rythme des histoires en attente d'être racontées. La transparence est mon étoile guide, illuminant chaque récit de la brillance de l'authenticité. Alors, entrez dans ce royaume d'encre et d'idées, alors que nous nous embarquons ensemble dans un voyage à travers le labyrinthe de la politique mondiale, la symphonie de l'environnement, le frisson du sport et l'énigme du showbiz.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button