Affaires

Drogue. La Silicon Valley carbure aux substances psychédéliques … – Courrier international


Elon Musk prend de la kétamine. Sergueï Brin, cofondateur de Google, s’autorise parfois le plaisir de champignons hallucinogènes. Les cadres de la société de capital-risque Founders Fund, connue pour ses investissements dans SpaceX et Facebook, organisent des soirées psychédéliques.

La consommation régulière de stupéfiants n’est plus cantonnée aux soirées : elle est aujourd’hui répandue dans la vie en entreprise, ce qui pousse conseils d’administration et patrons à s’interroger sur leurs responsabilités vis-à-vis des équipes qui en consomment fréquemment. À l’avant-garde de cette tendance se trouvent les cadres et employés du milieu des nouvelles technologies, qui voient les composés hallucinogènes, en particulier la psilocybine, la kétamine et le LSD, comme le moyen de susciter des innovations révolutionnaires dans leur travail.

“Il y a des millions de personnes actuellement sous microdoses de substances psychédéliques, affirme Karl Goldfield, ancien consultant en vente et marketing à San Francisco, qui conseille de manière informelle ses amis et collègues de la Silicon Valley sur le dosage idéal pour atteindre la pleine conscience. C’est selon lui le “chemin le plus rapide pour ouvrir son esprit et voir avec lucidité, par soi-même, ce qui se passe”.

Karl Goldfield n’est pas médecin et précise qu’il a appris à doser au fil de ses essais. Selon lui, le nombre de questions qu’on lui pose sur le microdosage a radicalement augmenté ces derniers mois.

Une pratique qui ne va pas sans risques

La consommation d’Elon Musk est confirmée par des personnes qui l’ont vu prendre de la kétamine et par d’autres qui savent de première main qu’il consomme des stupéfiants. Au sujet de Sergueï Brin et des soirées du Founders Fund, les informations proviennent de personnes proches de ces milieux.

Elon Musk, son avocat et l’un de ses principaux conseillers n’ont pas souhaité répondre à nos questions. Une porte-parole de Sergueï Brin n’a pas non plus souhaité nous répondre.

Dans un tweet faisant suite à la publication de cet article, Elon Musk a déclaré que la kétamine lui paraissait un meilleur moyen de traiter la dépression que les antidépresseurs plus fréquemment prescrits, qui “zombifient” les patients.

Ce mouvement n’est pas une expérimentation médicale ou un potentiel investissement dans ce domaine, mais une pratique qui fait désormais partie intégrante de la conduite des affaires. Elle comporte des risques liés aux dépendances et aux surdoses ; la majorité de ces stupéfiants sont illégaux. Avant d’être tué en avril à San Francisco, Bob Lee, fondateur de CashApp, était membre d’un mouvement underground appelé “The Lifestyle”, dont les soirées étaient généralement associées à la consommation de substances psychédéliques. L’autopsie a révélé que Bob Lee avait ingéré des stupéfiants, dont de la kétamine, avant sa mort.

La Silicon Valley a toujours toléré la consommation de drogues – de nombreuses entreprises ne dépistent pas régulièrement leur personnel –, mais le phénomène inquiète certaines sociétés et leurs conseils d’administration, qui craignent d’être tenus responsables d’activités illégales.

Accords de confidentialité

Ce sont des dealeurs qui fournissent l’ecstasy et la plupart des autres composés psychédéliques, ou des pharmaciens pour certains des clients les plus haut placés. Un gros dealeur de San Francisco, fournissant largement le milieu des nouvelles technologies, est surnommé “Costco” [une entreprise américaine de grande distribution], car ses clients peuvent acheter en grande quantité à prix réduit.

Certains s’essaient aux substances psychédéliques parce qu’ils recherchent une lucidité mentale ou veulent remédier à des troubles médicaux, et finissent par en consommer plus souvent lors des soirées ou raves de la Silicon Valley, où ces hallucinogènes jouent le même rôle que l’alcool dans les soirées mondaines.

Les invitations à des fêtes psychédéliques sont souvent envoyées par la messagerie cryptée Signal plutôt que par courriel ou SMS, afin de ne pas être diffusées facilement. Dans certaines soirées privées fastueuses, les usagers doivent signer des accords de confidentialité et paient parfois leur entrée des centaines de dollars.

“On ne naît pas extraordinaire”

Spencer Shulem, PDG de la start-up BuildBetter.ai, affirme qu’il prend du LSD tous les trois mois environ, parce que le composé améliore sa concentration et l’aide à être plus créatif. Quand il travaille seul en soirée, il ingère par



Source link

Theo Lefevre

Dans le vaste océan du cyberespace, je suis Théo Lefèvre, un Journaliste Web captivé par les histoires qui se tissent à travers les fils numériques. Mon parcours à l'Université Américaine de Paris a façonné ma plume, tandis que mes curiosités se dévoilent à travers la science et la technologie, le monde des affaires, et l'athlétisme. Porté par mon passé de passionné de sport et d'économie, chaque article que je compose est un reflet transparent de mon engagement envers l'authenticité. Joignez-vous à moi pour explorer les méandres de l'innovation scientifique, les intrications du monde des affaires et les défis du terrain d'athlétisme, tout en partageant un voyage honnête et stimulant à travers mes écrits.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button