Actualités internationales

Une étude répond au besoin mondial de coexistence entre l’homme … – Espèces Menacées


L’ours brun marsican, une sous-espèce rare de l’ours brun européen, vit dans la forêt à environ deux heures de la ville animée de Rome. Avec leur population oscillant autour de 70, ces ours en voie de disparition ont une coexistence fragile avec les humains.

Les développements récents dans les mesures de protection, combinés aux efforts d’éducation et de prévention des dommages, ont stimulé la population d’ours bruns de Marsican, mais des problèmes subsistent.

« Les autoroutes et les appâts empoisonnés, ces derniers disposés par les chasseurs de truffes pour protéger leurs actifs des chiens renifleurs de truffes de leurs concurrents, sont devenus de graves menaces pour les ours », note un récent communiqué de presse. Malheureusement, l’attitude envers ces grands ours n’est pas uniformément empathique dans leur habitat.

Interactions homme-ours

Paula Mayer, étudiante en master à l’ETH Zurich, a développé un modèle de coexistence, traçant les zones d’interaction homme-ours sur une carte. Son travail a été soutenu et encadré par la professeure Adrienne Grêt-Régamey.

« Ce projet est une tentative de jeter un regard rationnel sur le paysage et de déterminer où et dans quelles circonstances les humains et les grands carnivores coexistent avec succès et où ils ne le font pas », a expliqué Mayer.

Mayer a minutieusement cartographié 21 municipalités entourant le parc national des Abruzzes. Elle s’est concentrée sur trois municipalités pour enquêter plus en détail.

Des attitudes différentes dans la région

Certaines régions affichaient une relation harmonieuse avec les ours, mais d’autres – même à proximité – affichaient des vues très contrastées.

« Cela dépend de choses comme si les habitants de la municipalité ont été en contact avec des ours pendant longtemps, ou s’ils ne connaissent ces animaux que par ouï-dire », a déclaré Mayer. Des informations trompeuses ont souvent joué un rôle important dans la formation de ces perceptions.

La coexistence homme-ours est également liée à des facteurs économiques. Les régions prospères grâce au tourisme considèrent les ours comme des attractions potentielles, compte tenu de l’essor du tourisme animalier dans le parc national des Abruzzes.

En revanche, les habitants des zones rurales qui dépendent de l’agriculture se sentent souvent vulnérables aux interactions avec les ours. « Si vous ne possédez que dix moutons et qu’un ours en tue un, vous sentez que votre gagne-pain est menacé », a déclaré Mayer.

Un problème mondial

Mayer pense que le « problème des grands carnivores » est le même partout. Elle a dit qu’il s’agissait principalement d’un conflit urbain-​rural chargé d’émotion et avec beaucoup de symbolisme projeté sur les animaux. « Mais il s’agit davantage de problèmes interpersonnels et de contrôle ; les animaux sauvages n’ont qu’une fonction symbolique.

Pour Mayer, la solution réside dans une meilleure compréhension des besoins locaux, soutenue par un soutien gouvernemental rapide. « Certaines personnes sont en colère parce qu’elles n’ont jamais été indemnisées pour les dommages causés par des ours individuels, malgré les promesses du contraire. »

Le modèle de coexistence de Mayer n’est pas seulement un outil analytique. Il offre une méthode concrète pour évaluer l’efficacité des mesures locales dans la promotion de l’harmonie entre les humains et les ours.

En saisissant des données en temps réel, le modèle peut prédire les zones de coexistence potentielles et identifier les lacunes dans les mesures existantes. Remarquablement, tous ces calculs complexes ont eu lieu sur l’ordinateur portable personnel de Mayer.

Un modèle de coexistence adaptable

Le modèle assimile divers facteurs du point de vue de l’homme et de l’ours. Mayer a intégré des informations cruciales en collaborant avec des experts de divers domaines et en interrogeant des habitants locaux.

Les variables centrées sur les ours vont de leurs habitats préférés aux menaces potentielles. Du point de vue humain, le modèle tient compte d’une gamme d’aspects divers allant de l’agriculture aux émotions concernant les ours.

Mayer pense que la véritable force de son modèle est sa capacité d’adaptation. « Il est crucial de travailler avec les personnes sur le terrain pour intégrer les informations spécifiques du contexte local dans le modèle. » Elle a noté qu’il peut être appliqué à d’autres animaux qui coexistent avec les humains, comme les loups.

La recherche est publiée dans le Journal de biologie de la conservation.

En savoir plus sur la coexistence homme-faune

La coexistence homme-faune fait référence à la vie pacifique et durable des humains et de la faune dans des environnements partagés. À mesure que les populations humaines croissent et s’étendent dans de nouvelles zones, les interactions avec la faune deviennent plus courantes et ces interactions peuvent entraîner des conflits.

Les stratégies de coexistence peuvent inclure la création d’aires protégées pour la faune, la mise en œuvre de mesures visant à réduire les conflits entre l’homme et la faune (comme des clôtures appropriées, des conteneurs à l’épreuve des ours et des passages supérieurs pour le passage de la faune), l’éducation des communautés locales sur la faune et le soutien de moyens de subsistance alternatifs qui ne nuisent pas aux animaux. .

En favorisant la compréhension, le respect et une gestion responsable, les humains et la faune peuvent partager les paysages d’une manière qui répond aux besoins des deux.

Ours brun marsicain

L’ours brun marsicain, également connu sous le nom d’ours brun des Apennins, est une sous-espèce de l’ours brun que l’on trouve dans les montagnes des Apennins en Italie. C’est l’une des sous-espèces d’ours bruns les plus menacées au monde. Voici quelques informations à ce sujet :

Habitat

Ces ours habitent principalement le parc national des Abruzzes-Latium-Molise et ses environs. Cet habitat offre un mélange de forêts et de prairies ouvertes, qui soutiennent le régime alimentaire varié de l’ours.

Régime

Les ours bruns marsicains sont omnivores. Leur régime alimentaire comprend des baies, des fruits, des insectes, de petits mammifères et parfois du bétail, ce qui peut entraîner des conflits avec les agriculteurs locaux.

Des menaces

Les principales menaces à leur survie sont la fragmentation de l’habitat, les conflits homme-faune (notamment avec les éleveurs), le braconnage et les accidents de la route. De plus, leur petite population entraîne des problèmes génétiques.

Efforts de conservation

Plusieurs initiatives de conservation ont été mises en place pour protéger l’ours brun marsican. Celles-ci comprennent l’augmentation de la connectivité de l’habitat, la mise en œuvre de programmes d’indemnisation pour les agriculteurs qui perdent du bétail au profit des ours, des programmes éducatifs pour accroître le soutien local à la conservation des ours et une application stricte de la loi contre le braconnage.

La survie de l’ours brun marsican est une préoccupation importante pour les défenseurs de l’environnement. Assurer leur survie nécessite des efforts locaux et internationaux pour atténuer les menaces et augmenter leur nombre.





Source link

Elodie Dumas

Bonjour, je suis Elodie Dumas, une rédactrice d'articles en ligne qui dévoile le monde à travers ses mots. Ma formation à l'École Centrale de Nantes a façonné ma plume et éveillé ma passion pour l'écriture. Je parcours la toile avec des récits internationaux, explorant la culture, la société, et le monde du crime. Passionnée de sport et de voyages, j'explore aussi les coins les plus reculés. Mon engagement envers la transparence guide chacun de mes articles, apportant une authentique lumière à chaque sujet. Rejoignez-moi dans cette aventure où les mots peignent des images vives de cultures lointaines, de mystères criminels et d'horizons lointains.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button