Économie

La migration comme produit de la mondialisation – Le Temps


Les débats d’été du «Temps»: L’Occident et les autres

Cet été, Le Temps confie à nouveau ses espaces dévolus aux opinions à plusieurs personnalités, chacune coordonnant une semaine autour d’un thème donné.

Des «anciennes aux nouvelles fractures» aux «déclins et alternances» en passant par les «valeurs et mesure»: la relation entre l’«Occident et l’autre» est à retouver dans le dossier concocté par le professeur Mohamed Mahmoud Mohamedou et ses invités

L’un des paradoxes du capitalisme est qu’il encourage le risque tout en mettant en garde à son encontre. Or, ce que l’on nomme «risque calculé» est seulement possible dans un marché réglementé dont les standards de prévisibilité obèrent les impulsions contradictoires. Si une telle régulation semble exhaustive, les tentatives d’exclure certains acteurs et certaines transactions du marché créent une zone économique parallèle. Cela a toujours été le cas pour le trafic illicite et la contrebande, mais les marchés non réglementés ont également été en croissance exponentielle en raison de la mondialisation. La mobilité et l’expansion que cette dernière permet ont été accompagnées par une large augmentation des exclusions telles les sanctions et autres restrictions de la participation des individus au marché formel. Ainsi, plus les marchés sont réglementés par le biais d’exclusions plus leurs «alter ego» prennent de l’ampleur. Et lorsque ceci a lieu, la prise de risque s’éloigne de l’évitement du risque et devient une valeur en soi.

Au-delà du monde de la finance, ce phénomène peut être observé dans le mouvement des individus et des biens à travers le monde. En juin dernier, par exemple, l’attention des médias s’est portée sur deux désastres maritimes qui ont eu lieu presque simultanément mais qui diffèrent sur tout le reste. L’un était l’implosion d’un sous-marin non réglementé qui transportait de richissimes individus vers l’épave du Titanic au fond de l’Atlantique; l’autre était le chavirement d’un bateau réglementé transportant des réfugiés qui se sont noyés par centaines dans la Méditerranée.

Le Temps publie des chroniques, rédigées par des membres de la rédaction ou des personnes extérieures, ainsi que des opinions et tribunes, proposées à des personnalités ou sollicitées par elles. Ces textes reflètent le point de vue de leurs autrices et auteurs. Elles ne représentent nullement la position du média.

Cet article vous intéresse?

Ne manquez aucun de nos contenus publiés quotidiennement – abonnez-vous dès maintenant à partir de 9.- CHF le premier mois pour accéder à tous nos articles, dossiers, et analyses.

CONSULTER LES OFFRES

Les bonnes raisons de s’abonner au Temps:


  • Consultez tous les contenus en illimité sur le site et l’application mobile

  • Accédez à l’édition papier en version numérique avant 7 heures du matin

  • Bénéficiez de privilèges exclusifs réservés aux abonnés

  • Accédez aux archives



Source link

Theo Lefevre

Dans le vaste océan du cyberespace, je suis Théo Lefèvre, un Journaliste Web captivé par les histoires qui se tissent à travers les fils numériques. Mon parcours à l'Université Américaine de Paris a façonné ma plume, tandis que mes curiosités se dévoilent à travers la science et la technologie, le monde des affaires, et l'athlétisme. Porté par mon passé de passionné de sport et d'économie, chaque article que je compose est un reflet transparent de mon engagement envers l'authenticité. Joignez-vous à moi pour explorer les méandres de l'innovation scientifique, les intrications du monde des affaires et les défis du terrain d'athlétisme, tout en partageant un voyage honnête et stimulant à travers mes écrits.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button