Culture et Société

Tags contre les touristes aux fêtes de Gràcia à Barcelone, l’explication – Equinox Magazine


Touristes malvenus aux fêtes de Gràcia à Barcelone. Dès le coup d’envoi du célèbre évènement du mois d’août, le quartier s’est paré de décors supplémentaires : des tags tourismophobes. Un phénomène récurrent, qui tient son explication. 

Fêtes de Grácia à peine commencées à Barcelone, et déjà inondées de décors “bonus”. Mais ceux-là, sont loin de rentrer dans les thèmes des 23 rues ornées par les habitants pour l’évènement. Dans les coins d’avenues, au détour d’un commerce ou en toile de fond des univers conçus en matériaux recyclés, se lisent en majuscule : “Tourist go home”. Des graffitis, en anglais pour la plupart, incitant les touristes à “rentrer chez eux”.

Photo : Betevé

Déjà lors de la dernière édition, ces tags avaient tâché le quartier dès l’ouverture des fêtes. Mais cette année, ils semblent avoir pris un degré supplémentaire. Au moins une vingtaine ont été observés mardi 15 août, pour le premier jour. L’un d’entre eux ajoute : “We spit in your beer”, soit “on crache dans ta bière” en français.

Autre cap franchi : celui d’écrire en catalan, la langue régionale. Histoire de rappeler aux visiteurs dans quelle région ils se trouvent. “Són festes de barri si hi ha més turistes que veïnes ?“, “Est-ce encore des fêtes de quartier s’il y a plus de touristes que de riverains?”

Plus que la colère, la peur de perdre des traditions

Il faut dire que dans le quartier, le ton est monté entre les touristes et les habitants. De nombreux étrangers auraient critiqué le bruit des derniers jours, entendu chaque soir dans les rues de Gràcia, à mesure que les décors se montaient. Des revendications qui, selon Josep Maria Contel, membre du comité des fêtes de Gràcia, illustrent une incompréhension de la culture méditerranéenne. “C’est dans nos gênes. Ici, les festivités se passent dehors, c’est notre manière de célébrer. C’est sûrement grâce au climat”, avait-il confié à Equinox lors d’un reportage au cœur de la préparation.

tags gracia scaledMais selon certains riverains, la colère ne gagne pas seulement les nouveaux arrivants. Des habitants de longue date aussi se plaignent, “surtout des politiques touristiques qui expulsent les habitants de Gràcia”, commentent-ils dans le média Metropoli Abierta. Et puis, si le sang froid se perd petit à petit, c’est aussi parce qu’il y a une tradition datant du 19e siècle en jeu.

Or pour la conserver, les bénévoles veulent une relève prête à porter fièrement la culture locale. “Mais avec les prix des loyers à Gràcia, est-ce seulement possible ?”, s’exclament-ils. De peur que peu à peu, les privilégiés non-barcelonais du quartier abandonnent ce qui l’anime chaque été, et attire spécifiquement des touristes qui permettent (aussi) de financer ces fêtes.

A lire aussi : Stocks, horaires : ce que prévoient les bars pour les fêtes de Gràcia





Source link

Elodie Dumas

Bonjour, je suis Elodie Dumas, une rédactrice d'articles en ligne qui dévoile le monde à travers ses mots. Ma formation à l'École Centrale de Nantes a façonné ma plume et éveillé ma passion pour l'écriture. Je parcours la toile avec des récits internationaux, explorant la culture, la société, et le monde du crime. Passionnée de sport et de voyages, j'explore aussi les coins les plus reculés. Mon engagement envers la transparence guide chacun de mes articles, apportant une authentique lumière à chaque sujet. Rejoignez-moi dans cette aventure où les mots peignent des images vives de cultures lointaines, de mystères criminels et d'horizons lointains.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button