Criminalité

Au Kenya, William Ruto cherche-t-il à assurer ses arrières ? – Jeune Afrique


C’est au tour des groupes de défense des droits humains de protester contre la décision du président William Ruto de ratifier le protocole de Malabo portant création de la Cour africaine des droits humains et des peuples (CADHP). Dans une déclaration commune, la Commission kényane des droits humains (KHRC) et les Musulmans pour les droits humains (Muhuri) affirment que cela offre désormais au chef de l’État, ainsi qu’à d’autres personnalités publiques, l’immunité contre d’éventuelles poursuites pour des crimes qui pourraient être commis pendant qu’ils sont en fonction.

À LireKenya : William Ruto, le self-made-man controversé qui a conquis la présidence

« William Ruto et ses hauts fonctionnaires ne seront pas poursuivis tant qu’ils n’auront pas quitté leurs fonctions », regrettent-ils, ajoutant que cela va ôter la possibilité à d’éventuelles victimes d’obtenir justice auprès de la Cour pénale internationale (CPI). « Cela vise clairement à saper [leur] droit fondamental à demander réparation et à être indemnisées », s’indignent-ils.

Vague d’indignation

Selon les défenseurs des droits humains, la clause d’immunité du protocole de Malabo viole le consensus international en accordant l’immunité aux chefs d’État et aux hauts fonctionnaires. « Aucune accusation ne peut être portée ou maintenue devant la Cour contre un chef d’État ou de gouvernement de l’Union africaine (UA) en exercice, ou contre toute personne agissant ou habilitée à agir en cette qualité, ou contre d’autres hauts fonctionnaires de l’État en raison de leurs fonctions, pendant la durée de leur mandat », stipule en effet l’article 46 A du protocole.

À LireAu Kenya, le duel entre William Ruto et Raila Odinga tourne aux manifestations violentes

Cette vague d’indignation intervient alors que la coalition d’opposition de Raila Odinga est en train de rassembler des preuves en vue de déposer une plainte auprès de la CPI contre le gouvernement de William Ruto pour avoir utilisé la police contre ses partisans lors des manifestations de ces dernières semaines – 20 personnes au moins ont été tuées. Le camp d’Odinga, candidat malheureux à la dernière présidentielle face à Ruto, accuse le chef de l’État d’avoir signé le protocole de Malabo pour échapper à la justice internationale.

Plainte devant la CPI ?

« Même si vous l’avez signé, nous vous poursuivrons devant la CPI », a déclaré Millie Odhiambo, avocate et députée de l’opposition, en s’adressant au président la semaine dernière, lors de l’enterrement de trois partisans qui auraient été tués par la police au cours des manifestations.

À LireJustice : quand les États tournent le dos à la Cour africaine des droits de l’homme

Le Kenya est le 16e État africain à signer le protocole. La ratification est, elle, prévue en septembre. En mai, alors qu’il s’adressait au Parlement panafricain en Afrique du Sud, William Ruto avait promis de signer le texte, une décision qu’il a décrite comme destinée à renforcer les institutions de l’UA. « Ces institutions aideront à développer des solutions africaines aux problèmes de l’Afrique », avait-il déclaré.

Mais selon l’analyste politique Brian Wanyama, il fait peu de doute que sa propre expérience à la CPI ait grandement influencé sa décision. En 2012, il avait en effet été inculpé à La Haye de crimes contre l’humanité qu’il était accusé d’avoir commis lors des violences qui sont suivi l’élection présidentielle de 2007. Et ce n’est qu’en 2016 que les charges avaient finalement été abandonnées. « Cette histoire de CPI a fait de lui un panafricain enthousiaste », résume Brian Wanyama.

À LireDérive sectaire et massacre : l’effroyable affaire de Shakahola au Kenya

Basée à Arusha, la CADHP est compétente pour juger 14 crimes, dont les crimes de génocide, les crimes contre l’humanité et les crimes de guerre. Trente-quatre États ont ratifié le protocole de Malabo, mais seuls huit d’entre eux ont déposé la déclaration reconnaissant la compétence de la Cour pour recevoir des requêtes introduites directement par des ONG et des individus.



Source link

Elodie Dumas

Bonjour, je suis Elodie Dumas, une rédactrice d'articles en ligne qui dévoile le monde à travers ses mots. Ma formation à l'École Centrale de Nantes a façonné ma plume et éveillé ma passion pour l'écriture. Je parcours la toile avec des récits internationaux, explorant la culture, la société, et le monde du crime. Passionnée de sport et de voyages, j'explore aussi les coins les plus reculés. Mon engagement envers la transparence guide chacun de mes articles, apportant une authentique lumière à chaque sujet. Rejoignez-moi dans cette aventure où les mots peignent des images vives de cultures lointaines, de mystères criminels et d'horizons lointains.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button