Criminalité

RoboCop : Pourquoi la série mérite une seconde chance ? – Eklecty-City


Diffusée en 1994, la série Robocop a été boudée par les fans du film original. Pourtant, cette série recèle des qualités indéniables, qui méritent d’être redécouvertes aujourd’hui.

La série Robocop, malgré les critiques négatives qu’elle a reçues, est un « trésor » caché qui vaut la peine d’être découvert ou redécouvert. Si l’adaptation épisodique se détache de la violence qui caractérise l’univers de Robocop, elle se concentre sur la satire sociale de l’Amérique, un élément clé du film original, et sur la psychologie d’Alex Murphy. La série explore la dimension humaine et complexe de Robocop, en le confrontant à ses souvenirs, à ses émotions et à ses dilemmes moraux.

L’adaptation en série de Robocop est un témoignage fascinant de la télévision et de la pop culture des années 90, qui mérite d’être revisitée, surtout dans le contexte actuel où notre société ressemble de plus en plus à une dystopie capitaliste. Face aux inégalités croissantes entre les pauvres et les riches, à la domination des multinationales, à la course à l’espace des milliardaires ou au combat de MMA entre Elon Musk et Mark Zuckerberg, la série Robocop nous offre une satire pertinente de notre époque.

Un film culte et une série méconnue

En 1987, RoboCop de Paul Verhoeven a fait sensation par sa violence, son humour noir et sa satire sociale. Le personnage de RoboCop, un policier tué en service et transformé en cyborg par une multinationale, est devenu un symbole de la science-fiction et du cinéma d’action. Il a dénoncé les dérives du capitalisme, de la corruption et des médias dans une Amérique dystopique.

Le film a connu deux suites, sorties respectivement en 1990 et 1993. Ces suites ont été réalisées par des réalisateurs différents, et ont été écrites sans la participation des scénaristes originaux. Bien que le second opus soit un film solide, ces suites ont déçu la critique et le public, et ont terni l’image de la franchise, sans parler du remake de 2014.

En 1994, la franchise a tenté de se relancer sous la forme d’une série télévisée, diffusée en syndication. La série RoboCop se déroule quatre ans après le premier opus, et ignore les événements des films suivants. Elle suit les aventures de RoboCop, alias Alex Murphy, qui lutte contre le crime à Old Detroit. L’adaptation a été produite par Skyvision Entertainment et MGM, avec la participation des scénaristes originaux, Edward Neumeier et Michael Miner.

Afin de viser un public familial, la série a réduit la violence pour mettre l’accent sur la satire et a également introduit de nouveaux personnages, de nouvelles intrigues et de nouveaux thèmes. RoboCop a été diffusée pendant une saison de 22 épisodes, avant d’être annulée faute d’audience et de critiques positives. Elle a été largement méprisée par les fans du film original, qui lui reprochaient son manque de fidélité et de qualité. Pourtant, cette série avait des qualités indéniables, qui méritent d’être redécouvertes aujourd’hui.

La genèse de la série télévisée

En 1993, Orion Pictures, le studio qui avait produit les films RoboCop, a été racheté par MGM. La société voyait encore du potentiel dans la franchise, et a décidé de créer une série télévisée basée sur le personnage de RoboCop. Le studio a confié la production de la série à Skyvision Entertainment, une société canadienne spécialisée dans la syndication. MGM a aussi fait appel aux scénaristes originaux du film origial, Edward Neumeier et Michael Miner, pour écrire le pilote de la série.

Neumeier et Miner ont saisi cette occasion pour ressusciter leur scénario original de RoboCop 2, connu sous le nom de RoboCop II : The Corporate Wars, qui avait été rejeté par Orion parce qu’il était jugé trop étrange. Ils ont revisité ce scénario pour en faire le pilote (un double épisode) de la série télévisée RoboCop, en y apportant quelques modifications.

La série a été conçue pour être diffusée en syndication, c’est-à-dire sans être rattachée à un réseau de télévision spécifique. Destinée au public familial, la série a du respecter certaines normes de violence et de langage. Elle a aussi été pensée pour être indépendante des films, ce qui signifiait de changer certains personnages et certains événements.

Ed Neumeier : ‘Cela nous ramène au premier film en ce sens que la relation avec OCP est beaucoup plus proche de ce qu’elle était dans le premier film. Même s’ils étaient en quelque sorte de mauvais cadres, le président, le vieil homme du film, était en fin de compte un tyran bienveillant. Nous ne sommes jamais entrés dans ce genre de monde où il y a de bons et de mauvais flics et des policiers d’entreprise qui font du mal aux sans-abri. Cela semblait un peu trop collant pour ce qui est essentiellement un spectacle d’espionnage. Cela n’a jamais été très intéressant pour moi‘.

Michael Miner : ‘Nous avons toujours pensé que RoboCop était un héros solitaire qui ne pouvait pas s’exprimer. La série télévisée est l’occasion d’explorer le perfectionnement éthique du personnage de RoboCop dans un cadre plus proche de la science-fiction‘.

Ed Neumeier : ‘RoboCop est aussi une comédie, une satire sociale au sens de la radiodiffusion. Nous étions toujours en train de réfléchir au prochain personnage, nom de lieu ou situation loufoque qui mettrait au pilori nos institutions existantes‘.

Les défis techniques et artistiques

La production de la série Robocop a commencé en 1993, après l’achèvement du pilote. Elle a été tournée au Canada, principalement à Toronto, pour des raisons de coût et de facilité. Chaque épisode avait un budget d’environ 1,25 million de dollars américains, ce qui était assez élevé pour une série télévisée à l’époque.

Le producteur exécutif était Kevin Gillis, qui avait travaillé sur des séries animées comme The Christmas Raccoons ou Le Prince Casse-Noisette. Le producteur délégué était Stephen Downing, qui avait été scénariste et producteur sur des séries policières comme MacGyver ou Magnum. Le coordinateur des effets spéciaux était Dennis Pawlik, qui avait travaillé sur des films comme Terminator 2 ou Total Recall. Le coordinateur des cascades était Larry McLean, qui avait participé à des séries comme Star Trek : La Nouvelle Génération ou Highlander.

La production de la série Robocop a rencontré plusieurs défis techniques et artistiques, liés à la nature du personnage principal et à son adaptation au petit écran.

Un nouvel acteur pour Alex Murphy

robocop-the-series-picture-04

Le premier défi était de trouver un acteur pour incarner RoboCop, après le refus de Peter Weller et Robert Burke, qui avaient joué le rôle dans les films. Skyvision a choisi Richard Eden, un acteur canadien qui avait joué dans des séries comme Santa Barbara ou Street Legal. Eden a accepté le rôle et s’est entraîné pour imiter les mouvements et la voix de Peter Weller. Eden a aussi apporté sa propre touche au personnage, en lui donnant plus d’émotion et d’humanité.

Des effets spéciaux variés

Le deuxième défi était de créer les effets spéciaux et les cascades nécessaires pour rendre crédibles les scènes d’action et les situations futuristes. La série a utilisé des effets spéciaux variés, comme des explosions ou des prothèses. Elle a aussi fait appel à des cascadeurs professionnels pour doubler Richard Eden.

La série a essayé d’être inventive et originale dans ses effets spéciaux et ses cascades, tout en respectant les contraintes budgétaires et les normes télévisuelles. Le matte painting de John Fraser crée l’illusion des décors diurnes et nocturnes de Delta City. Un immense écran bleu est suspendu à l’extérieur de la fenêtre du décor du bureau du président. Ces peintures représentent la fusion des lignes d’horizon du présent et du futur Detroit avec la ligne d’horizon de Toronto. Pour certains bâtiments, ils ont repris les décors et ont construit des maquettes de gratte-ciel autour de chaque décor. La ville entière est modélisée sous forme de fichiers informatiques. La saisie d’objectifs et de lieux spécifiques permet de créer et d’améliorer n’importe quel point de vue.

S’émanciper des films

Le troisième défi était de différencier la série du film, tout en restant fidèle à l’esprit du personnage et à l’univers créés par Verhoeven. Pour des raisons de droit, la série n’a pas pu utiliser le robot ED-209. Si les évènements du film original se sont bien passés dans l’univers de la série, certains personnages ont été remplacés.

Ainsi, la série a remplacé la partenaire de RoboCop, Anne Lewis, par Lisa Madigan, une inspectrice ambitieuse et indépendante, mais aussi le chef de la police, Warren Reed, par le sergent Stan Parks, un officier expérimenté et paternaliste. Elle a également introduit de nouveaux personnages, comme Charlie Lippencott, le technicien en chef de RoboCop, Diana Powers, une secrétaire de l’OCP dont le cerveau a été transféré dans le cyberespace, ou Pudface Morgan, un criminel défiguré qui devient l’ennemi juré de RoboCop. Certains lieux ont été modifiés, comme le commissariat de police, qui est devenu Metro South au lieu de Metro West, ou Delta City, qui est une ville déjà construite au lieu d’un projet en cours.

Enfin, certaines scènes du film original ont été retournées avec les nouveaux acteurs pour son générique d’ouverture. On retrouve seulement quelques images du premier, l’assassinat de Murphy, en flashback dans la série.

Les acteurs et leurs personnages

robocop-the-series-picture-02

Le rôle de Lisa Madigan a été attribué à Yvette Nipar, une actrice américaine qui avait joué dans des séries comme 21 Jump Street ou Matlock. Nipar a remplacé Nancy Allen, qui avait joué le rôle d’Anne Lewis dans les films. Nipar a incarné Madigan avec énergie et conviction, en faisant une femme forte et courageuse, mais aussi sensible et loyale. Yvette Nipar a su créer une alchimie avec Richard Eden, en faisant de Madigan une partenaire et une amie de RoboCop.

Les autres acteurs ont également livré des performances notables, en incarnant des personnages variés et attachants. Blu Mankuma a interprété le sergent Stan Parks, le chef de la police honnête et intègre, mais aussi pragmatique et réaliste.
Ed Sahely
a joué Charlie Lippencott, le technicien en chef de RoboCop, sympathique et comique, mais aussi loyal et dévoué. Andrea Roth a joué Diana Powers, l’intelligence artificielle de MetroNet. James Kidnie a joué Pudface Morgan, le criminel défiguré et obsédé par la vengeance contre RoboCop.

La touche familiale de la série, Gadget, est interprétée par Sarah Campbell. Ellen Murphy, la femme de RoboCop, a également été rebaptisée ‘Nancy Murphy’, un personnage récurrent interprétée par Jennifer Griffin. Le fils de Murphy, Jimmy, apparaît également avec une certaine régularité. Il est joué par Peter Costigan.

Dans la série, Murphy découvre que même s’il a épargné à sa famille le chagrin de savoir qu’il est maintenant un cyborg, leurs problèmes sont loin d’être terminés. Le PDG de l’OCP, au lieu d’être appelé ‘le vieux’, a été rebaptisé ‘le président’. Il est interprété par David Gardner qui campe un président raisonnablement bienveillant, même s’il reste un homme d’affaires.

Tous ces acteurs ont su donner de la personnalité et de la crédibilité à leurs personnages, en créant des relations complexes et émouvantes avec RoboCop.

RoboCop : Une série audacieuse

robocop-the-series-picture-03

Si le film de Paul Verhoeven reste la référence absolue pour Robocop, la série n’en est pas moins intéressante, notamment pour son esprit satirique et critique, tout en développant les personnages et les intrigues. Elle nous plonge dans un univers futuriste où la technologie, la corruption et la violence sont omniprésentes.

Plusieurs épisodes ont marqué les esprits. Nous pouvons citer « The Human Factor », qui oppose RoboCop et le père de Murphy, lui-même ancien flic, à un criminel sur le thème de l’araignée, déterminé à détruire l’OCP, qui avait été capturé par le père de Murphy avant son départ à la retraite. Dans un épisode ultérieur, RoboCop et le père d’Alex Murphy collabore à nouveau, un épisode qui aboutit à la révélation de l’identité de Robocop à son « père ». L’épisode « Prime Suspect », basé sur la mini-série de bande dessinée RoboCop de l’époque, voit RoboCop piégé pour le meurtre d’un télévangéliste véreux, et aboutit à la traque de RoboCop lorsqu’il refuse d’être arrêté.

Robocop est une série qui a du cœur, qui mérite d’être reconsidérée et réévaluée.

Tout savoir sur RoboCop :



Source link

Elodie Dumas

Bonjour, je suis Elodie Dumas, une rédactrice d'articles en ligne qui dévoile le monde à travers ses mots. Ma formation à l'École Centrale de Nantes a façonné ma plume et éveillé ma passion pour l'écriture. Je parcours la toile avec des récits internationaux, explorant la culture, la société, et le monde du crime. Passionnée de sport et de voyages, j'explore aussi les coins les plus reculés. Mon engagement envers la transparence guide chacun de mes articles, apportant une authentique lumière à chaque sujet. Rejoignez-moi dans cette aventure où les mots peignent des images vives de cultures lointaines, de mystères criminels et d'horizons lointains.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button