Rugby

Top 14 : « Mon retour agace les cons », à peine arrivé à Montpellier, Bernard Laporte règle ses comptes – Le Parisien


A sa manière, Bernard Laporte a réglé quelques comptes. On ne sait pas s’ils tomberont vraiment justes mais l’ancien président de la Fédération française, contraint de démissionner en janvier dernier et recruté en tant que directeur du rugby de Montpellier par le propriétaire du club Mohed Altrad pour redresser une équipe dernière du classement du Top 14, a asséné certaines vérités, les siennes, sur RMC dans le Bartoli Time.

Alors que la nouvelle association des deux hommes, condamnés en décembre dernier en première instance pour corruption et trafic d’influence, avant de faire appel, lors du procès Laporte-Altrad, pourrait surprendre, l’ancien sélectionneur des Bleus, ex-manageur du Stade Français puis de Toulon a vivement réagi ce dimanche soir. « Si je comprends que mon retour agace ? Non, a-t-il lancé. Il agace les cons mais des cons, il y en a partout et ceux-là ne m’intéressent pas. Il y a une loi en France. En France il y a une présomption d’innocence. Je suis convaincu que je n’ai rien fait. Il y a une justice et je la respecterai mais la présomption d’innocence, c’est la présomption d’innocence. Je ne suis pas empêché d’entraîner aujourd’hui, de travailler dans le rugby professionnel. Je ne vois pas pourquoi on me reprocherait quoi que ce soit à partir du moment où c’est légal.»

« Les jaloux et les aigris, je ne leur réponds pas et surtout je ne les écoute pas »

Laporte a donc validé son nouveau staff, construit selon ses dires à la va-vite. Patrice Collazo, dont l’aventure ne s’est pas franchement bien terminée à La Rochelle, à Toulon et à Brive, sera le manageur et il sera épaulé par Vincent Etcheto, ex-entraîneur de Bordeaux-Bègles, Bayonne et Soyaux-Angoulême, Christian Labit, ex-manageur de Carcassonne et Antoine Battut, joueur passé par le Racing, Montpellier et Bayonne.

« Les jaloux et les aigris, je ne leur réponds pas, et surtout je ne les écoute pas. C’est aussi simple que ça», a continué Laporte avant d’évoquer l’échec du XV de France, éliminé en quart de finale de la Coupe du monde par les Springboks (29-28) le 15 octobre dernier. « Je pense que certaines personnes ont tout cassé, a-t-il affirmé. On aurait dû être champions du monde.»

Selon lui, les dirigeants actuels du rugby français n’ont pas assez pesé auprès de World Rugby. « J’ai travaillé pendant six ans avec eux (les dirigeants de World Rugby), a-t-il poursuivi. Je sais de quoi je parle. J’ai été vice-président pendant deux ans, et pendant quatre ans au board. Ça a toujours été comme ça. Il faut être important. Alors ça ne veut pas dire que l’arbitre t’avantage, hein, ce n’est pas ce qu’il faut dire, mais là on avait l’impression de ne pas jouer la Coupe du monde à la maison. C’est une évidence. Aucun poids politique, rien, que des critiques permanentes… » Etrange. Car en quoi le pouvoir politique pourrait-il bien peser sur un match si ce n’est par son influence sur les arbitres ?



Source link

Theo Lefevre

Dans le vaste océan du cyberespace, je suis Théo Lefèvre, un Journaliste Web captivé par les histoires qui se tissent à travers les fils numériques. Mon parcours à l'Université Américaine de Paris a façonné ma plume, tandis que mes curiosités se dévoilent à travers la science et la technologie, le monde des affaires, et l'athlétisme. Porté par mon passé de passionné de sport et d'économie, chaque article que je compose est un reflet transparent de mon engagement envers l'authenticité. Joignez-vous à moi pour explorer les méandres de l'innovation scientifique, les intrications du monde des affaires et les défis du terrain d'athlétisme, tout en partageant un voyage honnête et stimulant à travers mes écrits.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button