Tennis

Gaël Monfils, qualifié pour les quarts à Doha après sa victoire contre Zhang Zhizhen : « Je rebouge bien » – L’Équipe


« Quel est votre sentiment après cette victoire contre Zhizhen Zhang (4-6, 7-5, 7-6 [2]), mercredi au deuxième tour de l’ATP 250 de Doha ?
Je suis quand même bien, beaucoup mieux que l’année dernière. Je rebouge bien. Je puise quand même pas mal physiquement, mais c’est ce genre de matches un peu raccroc, ce niveau moyen que je cherche. Ce n’est pas mon meilleur tennis, mais c’est un bon tennis. Je le tiens bien. J’ai encore des petits passages où j’ai du mal au service, à tenir sur ma ligne, je suis un peu trop loin, à tenir la cadence. Mais j’essaie de compenser avec d’autres choses, avec un peu d’expérience. Je sens que ça se structure bien mieux. À la fin, je sers mieux, je suis content. Tout est un peu mieux. Ça me donne de la confiance et ça fait plaisir surtout.

C’est la première fois depuis 2019 que vous gagnez un tie-break décisif…
Cette année et l’année dernière, j’en ai perdu des matches 7-6 au troisième… Sur (Fabian) Marozsan en début d’année (défaite 6-4, 6-7, 7-6 à Auckland début janvier). Ces matches, c’est ceux qui font du bien, ceux que tu as envie d’aller chercher. Je suis content parce qu’il (Zhang) jouait très bien. Même son coach me l’a dit, c’était un gros match.

« J’ai de moins en moins d’appréhension. J’ai remis des amorties de fou ! J’arrive à imposer une bonne solidité du fond, j’oblige le mec à en mettre un peu plus parce que, sinon, je vais être là »

Vous évoquiez vos qualités de déplacement : vous êtes allé chercher des balles que vous n’atteigniez plus ces derniers temps, non ?
C’est mieux. J’ai de moins en moins d’appréhension. J’ai remis des amorties de fou ! J’arrive à imposer une bonne solidité du fond, j’oblige le mec à en mettre un peu plus parce que, sinon, je vais être là. Mentalement, ça me fait du bien. Même la semaine dernière contre Sinner (défaite 6-3, 3-6, 6-3 à Rotterdam), je me déplaçais super bien. Je fais trois sets en couvrant bien le terrain parce qu’il en met des parpaings. Maintenant, il faut enchaîner, pas se blesser, bien récupérer.

En quarts de finale jeudi, vous affronterez un autre Français, Ugo Humbert. Comment abordez-vous ce duel ?
Ugo, il met des parpaings aussi ! Si je veux gagner, je sais que je vais courir. En plus, il est en confiance. Il joue vite des deux côtés, il met beaucoup de cadence. Ma couverture de terrain, j’espère qu’elle sera présente parce que ça va être très important pour moi. »



Source link

Elodie Dumas

Bonjour, je suis Elodie Dumas, une rédactrice d'articles en ligne qui dévoile le monde à travers ses mots. Ma formation à l'École Centrale de Nantes a façonné ma plume et éveillé ma passion pour l'écriture. Je parcours la toile avec des récits internationaux, explorant la culture, la société, et le monde du crime. Passionnée de sport et de voyages, j'explore aussi les coins les plus reculés. Mon engagement envers la transparence guide chacun de mes articles, apportant une authentique lumière à chaque sujet. Rejoignez-moi dans cette aventure où les mots peignent des images vives de cultures lointaines, de mystères criminels et d'horizons lointains.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button