Technologie et Science

Une bibliothèque de glace pour comprendre les secrets du réchauffement climatique – Archimag


L’Institut Niels Bohr de l’Université de Copenhague abrite une bibliothèque unique composée de 25 km de carottes de glace, collectées au Groenland. Ces échantillons fournissent un précieux patrimoine, permettant aux scientifiques de comprendre les variations climatiques.

A l’Institut Niels Bohr, de l’Université de Copenhague se cache une bibliothèque un peu spéciale. De la glace ! Voici ce qu’on trouve au sein des rayonnages de l’établissement : 
25 km de carottes de glace collectées principalement au Groenland et renfermant les secrets des variations climatiques aidant les scientifiques à comprendre ces changements. 

Un patrimoine précieux 

L’Institut Niels Bohr ne stocke pas de la glace ordinaire. Ces échantillons givrés sont d’autant plus exceptionnels car il ne s’agit pas d’eau gelée mais de neige compressée : “L’air entre les flocons de neige est emprisonné sous forme de bulles et cet air a le même âge que la glace”, explique Jørgen Peder Steffensen à l’AFP, professeur de glaciologie à l’Université de Copenhague. 

Pour bien entretenir ce patrimoine millénaire, la salle de conservation se situe autour des -30°C, où presque 40 000 carottes de glace sont préservées. “Ce que nous avons dans ces archives, c’est le changement climatique dès la Préhistoire, nous avons un relevé des activités de l’homme au cours des 10 000 dernières années”, décrit Jørgen Peder Steffensen à l’AFP. 

Comprendre le changement climatique 

C’est un travail de tous les jours qu’entreprennent Jørgen Peder Steffensen et son équipe de chercheurs. Les carottes de glace les plus récentes remontent à l’été dernier lorsque les scientifiques sont parvenus à atteindre la roche mère dans l’est du Groenland, à plus de 2,6 kilomètres de profondeur ! Ce dernier arrivage recèle des extraits d’il y a plus de 120 000 ans, datant de la dernière période interglaciaire. 

Grâce à cela, ces nouveaux fragments pourraient permettre aux scientifiques de comprendre l’élévation du niveau de la mer. De son côté, Jørgen Peder Steffensen espère pouvoir prédire le niveau de la mer dans 100 ans avec une marge d’erreur de 15 centimètres. Une grande amélioration par rapport aux 70 centimètres actuels.
 



Source link

Theo Lefevre

Dans le vaste océan du cyberespace, je suis Théo Lefèvre, un Journaliste Web captivé par les histoires qui se tissent à travers les fils numériques. Mon parcours à l'Université Américaine de Paris a façonné ma plume, tandis que mes curiosités se dévoilent à travers la science et la technologie, le monde des affaires, et l'athlétisme. Porté par mon passé de passionné de sport et d'économie, chaque article que je compose est un reflet transparent de mon engagement envers l'authenticité. Joignez-vous à moi pour explorer les méandres de l'innovation scientifique, les intrications du monde des affaires et les défis du terrain d'athlétisme, tout en partageant un voyage honnête et stimulant à travers mes écrits.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button