Basket-ball

La Ligue réunionnaise de basket prend des mesures pour lutter contre les violences des “supporters insupportables … – Outre-mer la 1ère


Depuis quelques temps, l’ambiance lors des compétitions de basket est plus que tendue : les supporters des équipes, notamment les parents des jeunes joueurs, affichent des comportements violents envers les adversaires de leurs enfants. La Ligue réunionnaise de basket-ball a décidé de prendre les choses en main.


Johan Guillou, président de la ligue de basket-ball de La Réunion, ne cache pas son désarroi face à cette situation, qui dure depuis plus de deux ans. A la reprise des sports collectifs après la crise sanitaire liée au Covid-19, il a observé un changement d’ambiance autour des terrains de basket, lors des matchs. 

Regarder le reportage de Réunion La 1ère : 

Basket-ball : les violences augmentent à La Réunion, les parents des joueurs insultent les arbitres, les entraîneurs et même les joueurs adverses

Plus particulièrement, les rencontres des championnats U13, U15 et U17 posent problème. Des matchs où, vu le jeune âge des joueurs, ces derniers sont accompagnés de leurs parents. Le souci ? Ces parents sont pour certains des “supporters insupportables“, s’agace Johan Guillou. 

Car il ne s’agit pas là d’une simple manifestation d’un désaccord face à une décision de l’arbitre, ce qui peut arriver dans tous les sports, fait remarquer le président de la ligue. Mais cette minorité de parents n’hésite pas à faire preuve de violences verbales, voire physiques, envers les adversaires de leurs enfants, les dirigeants des clubs, les arbitres, et même les parents des joueurs de l’équipe adverse… 

Parfois, des parents ont poursuivi leurs invectives en pénétrant même sur l’aire de jeu à la fin du match, ce qui est strictement interdit par le règlement.  

“C’est une minorité de parents qui s’en prennent à des gamins adversaires de leurs enfants, qui critiquent, insultent, demandent à taper, à mettre au sol, qui déstabilisent en les moquant lors des lancers francs par exemple. Des dirigeants de clubs ont été menacés de mort, insultés. Ces mêmes parents dégradent l’ambiance constamment, et par moment, les violences verbales se transforment en violences physiques”. 

Johan Guillou, président de la Ligue réunionnaise de basket-ball

Ainsi, lors de la saison dernière, en juin 2023, une bagarre générale avait éclaté entre des parents lors d’un match U15 entre le Basket Club Dionysien et la Tamponnaise Basket Ball au gymnase de Champ Fleuri Saint-Denis. Des personnes avaient été légèrement blessées et une procédure pénale enclenchée, rappelle la ligue. 

Les conséquences de cette violence se font ressentir non seulement sur l’ambiance des rencontres, mais aussi sur les jeunes joueurs, qui se voient ainsi imposer une “pression phénoménale“, observe Johan Guillou. Alors qu’il ne s’agit là que de championnats jeunes et non professionnels. 

Résultat, selon le président de la ligue de basket-ball, certains adolescents ne veulent même plus jouer, car ils ont honte du comportement de leurs parents, ou parce qu’ils ressentent trop de pression voire de moqueries lors des matchs. “Il y a des gros potentiels parmi eux, mais à cause de ces parents-là, ils ne veulent plus continuer“, observe Johan Guillou.

D’autres eux, prennent exemple sur leurs parents et adoptent les mêmes comportements sur le terrain et en dehors, d’après la ligue. 

“Les parents doivent comprendre que les premiers à souffrir de leur comportement INTOLERABLE et INADMISSIBLE sont leurs propres enfants ! Parmi ces jeunes, certains rentrent à la maison en pleurant, d’autres ont honte et veulent arrêter le sport quand d’autres prendront exemple sur leurs parents. Rien de bon pour la santé mentale et physique des enfants. Rien de bon pour l’éducation des enfants.”

Johan Guillou, président de la Ligue de basket-ball de La Réunion

Pour contrer ce phénomène de violence, le comité directeur de la Ligue réunionnaise de basket-ball a décidé ce 21 février 2024 de mesures fortes : 

  • Lors de constatations d’insultes durant un match, les arbitres arrêteront la rencontre afin que le responsable de salle demande aux fauteurs de trouble de cesser les violences verbales. “On arrête la mascarade pour que le match puisse continuer“, signifie Johan Guillou.
    Si la prévention est comprise, le match pourra reprendre. Par contre, si les faits se réitèrent malgré l’avertissement donné, les arbitres siffleront la fin définitive du match qui sera reporté à une date ultérieure et se jouera à HUIS CLOS.
  • En fonction de la gravité des faits, la commission de discipline sera saisie. Il est bon d’informer que des sanctions peuvent être prises à l’encontre de parents de joueurs et même si les parents ne sont pas licenciés.
  • En fonction de la gravité des faits, le président de la ligue régionale et les présidents de clubs concernés, pourront déposer plainte auprès de l’autorité judiciaire.
  • Si la ligue de basket-ball n’a aucun pouvoir légal pour empêcher la pratique, elle a néanmoins demandé aux mairies d’appuyer sa décision de ne plus autoriser la vente d’alcool dans les buvettes. “L’alcool peut augmenter l’agressivité de certains consommateurs. De plus, l’alcool n’a pas sa place ni dans le sport ni là où il y a des mineurs” considère le comité directeur de la ligue. “Une mesure évidente“, selon Johan Guillou, car “même s’il s’agit d’alcool léger, à forte quantité ça devient problématique“. 

Ces mesures s’appliqueront rapidement, dès ce week-end. “Les clubs sont déjà au courant, et les arbitres et les mairies sont en train d’être notifiés“, précise Johan Guillou. 

“L’idée est de ne pas sanctionner le club ou l’enfant qui n’y sont pour rien, mais ceux qui n’ont pas leur place dans le gymnase”. 

Johan Guillou, président de la Ligue de basket-ball de La Réunion

Depuis quelques années, le nombre de pratiquants licenciés et d’équipes engagées est en forte augmentation, souligne-t-il. Actuellement, la ligue compte 8 000 licenciés, dont 4 800 en compétition, le reste en opération “basket-école”. Mais “hors de question que ceux qui gangrènent d’autres disciplines depuis des années viennent s’installer dans le basket aujourd’hui”, achève le président de la Ligue réunionnaise de basket-ball. 





Source link

Elodie Dumas

Bonjour, je suis Elodie Dumas, une rédactrice d'articles en ligne qui dévoile le monde à travers ses mots. Ma formation à l'École Centrale de Nantes a façonné ma plume et éveillé ma passion pour l'écriture. Je parcours la toile avec des récits internationaux, explorant la culture, la société, et le monde du crime. Passionnée de sport et de voyages, j'explore aussi les coins les plus reculés. Mon engagement envers la transparence guide chacun de mes articles, apportant une authentique lumière à chaque sujet. Rejoignez-moi dans cette aventure où les mots peignent des images vives de cultures lointaines, de mystères criminels et d'horizons lointains.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button