Actualités internationales

Soirée suisse aux Championnats du monde d’athlétisme: Pas de … – Le Temps


A noter encore que la championne du monde en titre Tobi Amusan a terminé sixième. Sa suspension provisoire pour manquements au règlement anti-dopage avait été levée à quelques jours des Mondiaux, comme je vous le racontais ici.


21h22. Ditaji Kambundji dans l’arène

A peine le temps de souffler pour les supporters suisses, dont certains agitent des cloches de vache en tribunes: c’est au tour de Ditaji Kambundji d’entrer en piste pour la finale du 100 m haies. La petite soeur de Mujinga n’est clairement pas favorite, mais il se dit volontiers «qu’avec les haies, tout peut arriver». La Bernoise de 21 ans s’élancera dans le couloir 9.


21h17. Simon Ehammer en veut un peu à la «VAR»

Après un aller-retour au niveau de la piste qui me laisse fort essoufflé (les escaliers, la chaleur), je suis de retour en tribune de presse. Simon Ehammer est franchement amer après son concours. «Ça fait mal, a-t-il lancé aux journalistes suisses qui l’attendaient nombreux en zone mixte. Ça fait mal parce que je ne peux pas me battre jusqu’au bout, alors que je sais que j’ai le niveau pour terminer dans le top 8, voire pour aller chercher une médaille. Mais ma foi, c’est comme ça.»

Surtout, il en veut un peu à la nouvelle technologie de détection des sauts mordus. Selon lui, son deuxième essai n’était pas loin d’être un saut parfait. A la vidéo, il n’avait d’ailleurs pas été détecté comme mordu, avant que le logiciel remarque qu’il avait mordu de 7 millimètres. «Mon saut n’aurait été jugé faux par personne, râlait Simon Ehammer. Combien de sauts parfaits du genre y a-t-il eu dans le passé? Mon avis, c’est que cette technologie ne fait pas forcément du bien à notre sport. Mais elle est là, on doit faire avec, et donc j’ai mordu…»


20h27. Savez-vous pourquoi il n’y a plus de lanceurs de haut niveau en Suisse?

Je me trouve assez loin de Simon Ehammer, mais il a l’air d’accuser le coup. Il est toujours assis à scruter le vague depuis son élimination.

Pour les lanceuses de marteau, en revanche, la finale commence à peine. On ne va pas suivre ça de très près, mais je partage avec vous la réflexion de mon confrère Alexandre Lachat, du Quotidien jurassien, à ma gauche donc, qui me demandait l’autre jour si je savais pourquoi il n’y aurait plus jamais de bons lanceurs (de poids, de marteau, de disque) en Suisse. «Non», répondis-je benoîtement. «A cause de la lutte, m’a-t-il expliqué. Les costauds ont tendance à pratiquer cette discipline, chez nous, parce qu’on peut être adulé chaque week-end par des milliers de spectateurs, et avoir des sponsors, etc.» Et tant pis pour la succession de Werner Günthör, trois fois champion du monde du lancer du poids…


20h19. C’est fini pour Simon Ehammer

Et voilà comment s’évapore une chance de médaille… Simon Ehammer n’ira même pas au bout du concours de saut en longueur. Il a validé son troisième essai, mais, certainement un peu sur la retenue après ses deux «mordus», il n’a pu se poser qu’à 7m87. Cela le classe au neuvième rang provisoire; il fallait être huitième pour bénéficier de trois tentatives supplémentaires. Grosse déception probablement pour l’Appenzellois, qui avait privilégié le saut en longueur au détriment du décathlon pour maximiser ses chances de podium.

Je vais descendre en zone mixte pour recueillir sa réaction.


20h01. Ça se complique pour Simon Ehammer

Deuxième essai, deuxième faute pour le Suisse… Cette fois, c’est vraiment une affaire de millimètres (sept pour être exact), mais comme en football, l’arbitrage vidéo est implacable. Simon Ehammer doit absolument réussir son troisième essai pour avoir une chance de continuer le concours.

Pour l’instant, le concours est dominé par le Grec Miltiadis Tentoglou, auteur d’un bond à 8m50. Le Jamaïcain Wayne Pinnock suit à 8m40. La meilleure performance personnelle de Simon Ehammer, établie en 2022, est de 8m45.


19h46. Simon Ehammer mord lors de son premier essai

L’Appenzellois s’envole très loin lors de son premier essai, mais il n’est même pas mesuré. C’est mordu. Un problème assez récurrent pour Simon Ehammer, qui a tendance à prendre un maximum de risques à chaque tentative. Avec lui, ça passe ou ça casse et pour l’instant… ça ne passe pas.

Un petit mot sur le déroulement de la finale. Les douze sauteurs ont trois essais, après quoi les huit meilleurs en ont trois de plus. Il s’agit donc, pour commencer, de passer le «cut».


19h45. Jonas Raess ne va pas en finale du 5000 m

Jonas Raess, à droite, n’a pas tenu la distance. — © ATTILA KISBENEDEK / AFP

Le Zurichois n’a pas pu suivre lorsque les meilleurs ont accéléré. Il boucle sa série à la douzième place, et ses Mondiaux sont terminés.


19h31. Simon Ehammer rayonne avant le début de son concours

Les finalistes de chaque épreuve sont présentés au public via des petits clips vidéo marrants, où chacun bouge à sa guise. Certains sont clairement plus à l’aise dans l’exercice que d’autres, et Simon Ehammer ne s’en sort pas si mal. Il a l’air franchement détendu avant le début du concours. Rappelons qu’il a pris le cinquième rang ex aequo des qualifications. Voici d’ailleurs les forces en présence pour la finale:


19h22. C’est parti pour Jonas Raess

Le coureur de fond du LC Regensdorf doit terminer parmi les huit premiers de sa série du 5000 m pour se hisser en finale. Il se positionne dès le départ au milieu d’un peloton assez étiré, tandis que derrière lui, la finale du concours de saut en longueur est sur le point de commencer pour Simon Ehammer.


19h03. En place!

Voici la vue depuis ma place de travail, juste en-dessus de la ligne d’arrivée. Les journalistes sont regroupés par nationalités, et dans le cas de la Suisse, par régions linguistiques. A ma gauche travaille l’envoyé spécial du Quotidien jurassien, à ma droite celui du site leMultimedia.info. Les confrères de Sport Center (24 Heures, Tribune de Genève, Le Matin Dimanche, 20 Minutes) ne sont pas loin non plus.

Depuis le début des Mondiaux, les tribunes du stade (qui peuvent accueillir près de 40 000 personnes) sont plutôt bien garnies. En l’occurrence, elles en sont encore à se remplir alors que la première série du 5000 m masculin a débuté.


18h30. Bienvenue au Centre national d’athlétisme de Budapest!

A soirée potentiellement spéciale, dispositif spécial! En raison du nombre de Suisses en lice avec de belles ambitions, nous vous proposons de suivre en direct la session dite «d’après-midi» du sixième jour des Championnats du monde d’athlétisme.

Depuis ma place dans la tribune de presse du Centre national d’athlétisme de Budapest, «Nemzeti Atlétikai Központ» en version originale, je vais tâcher de vous rendre compte des événements dès qu’ils se produisent. Parmi les temps forts de la soirée, les finales du saut en longueur masculin dès 19h30 ainsi que du 100 m haies féminin à 21h22 (l’athlétisme est un univers de précision).

L’Appenzellois Simon Ehammer chassera sa deuxième médaille mondiale lors de la première, la Bernoise Ditaji Kambundji s’élancera sans pression (mais pas sans l’espoir de créer la surprise) lors de la seconde. Je vous en parlais ici et .

On suivra aussi Jonas Raess sur 5000 m (dès 19h) et William Reais en demi-finale du 200 m (à 20h38), en plus de quelques stars en lice, dont le fantasque américain Noah Lyles.

Pour patienter, vous pouvez lire l’article que nous avons consacré aujourd’hui à Simon Tesfay, qui représentera la Suisse lors du marathon des Mondiaux six mois après avoir obtenu son passeport rouge à croix blanche.

Bonne soirée!



Source link

Elodie Dumas

Bonjour, je suis Elodie Dumas, une rédactrice d'articles en ligne qui dévoile le monde à travers ses mots. Ma formation à l'École Centrale de Nantes a façonné ma plume et éveillé ma passion pour l'écriture. Je parcours la toile avec des récits internationaux, explorant la culture, la société, et le monde du crime. Passionnée de sport et de voyages, j'explore aussi les coins les plus reculés. Mon engagement envers la transparence guide chacun de mes articles, apportant une authentique lumière à chaque sujet. Rejoignez-moi dans cette aventure où les mots peignent des images vives de cultures lointaines, de mystères criminels et d'horizons lointains.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button