Affaires

Les éditions du Cerf quitteront Interforum – ActuaLitté


Depuis son arrivée chez Interforum, Le Cerf n’aura cessé de perdre en chiffre d’affaires : des 6,3 millions € de 2019, la structure fondée par l’Ordre dominicain avait lourdement accusé le coup en 2020, avec 4,6 millions € réalisés. La barre se redressait post-pandémie, avec 5,4 millions € l’année suivante (chiffre d’affaires net remisé, print et digital). Mais sur 2022, l’éditeur accuse 242.000 € de CA en moins, à 5,208 millions €.

Paradoxal, puisque le résultat net, lui, a grimpé de 96.500 € en 2019 à 141.000 € sur 2021. Les données de 2022 n’ont pas pu être consultées. 

À LIRE – Placards et Libelles : une collection “révolutionnaire” au Cerf

Pourtant, assurait le président du directoire, Jean-François Colosimo, nommé en avril 2015, l’arrivée chez Interforum s’accompagnait de nouveaux projets éditoriaux. La maison déployait en effet une stratégie d’expansion vers les sciences humaines et la littérature générale. Objectif : renforcer le fonds religieux tout en explorant d’autres domaines éditoriaux, nécessitant un solide réseau de diffusion.

Un tel changement de diffusion/distribution ne se justifiait pas particulièrement en regard des catalogues que travaillaient les représentants d’Interforum. En revanche, la compétence des forces de ventes et la perspective d’une diversification éditoriale créaient une synergie sensée. 

En revanche, l’outil d’impression à la demande d’Interforum, Copernics, devait apporter un soutien pour une partie du catalogueLancé en 2017 par Eric Levy, alors PDG de la filiale d’Editis, répondait aux besoins de la société dont une partie du catalogue s’articulait précisément sur les services de POD. 

À LIRE – Auteurs, salariés ou éditeurs : Hachette interdit de racoler chez Editis

Précédemment client des Éditions du Net, puis de Média-Participations pour cet outil, Le Cerf poursuivait donc sa route chez Interforum. Laquelle s’achèvera au 1er janvier 2024, quand la structure basculera vers un autre opérateur.

Pierre Conte, alors directeur général du groupe éditorial, avait annoncé l’entrée en négociations exclusives fin juillet 2018 : Planeta négociait la vente d’Editis auprès de Vivendi. La transaction fut finalisée en novembre 2018 — pour 900 millions € –, et deux mois plus tard, Le Cerf était engagé avec Interforum. Le 30 septembre 2019, lui succédait Michèle Benbunan au poste de DG nommée par le Conseil d’administration.

Avec le rachat de Lagardère qui se profile, intégrant donc la galaxie Vivendi, Le Cerf renouerait-il avec la diffusion/distribution de Média-Participations, emboîtant le pas à l’arrivée Vivendi aux commandes pour 2024 ? Mais Le Cerf accepterait-il de jouer la carte de la concentration de la sorte ? ActuaLitté attend des précisions sur ces hypothèses.

Crédits photo : ActuaLitté CC BY SA 2.0

 





Source link

Theo Lefevre

Dans le vaste océan du cyberespace, je suis Théo Lefèvre, un Journaliste Web captivé par les histoires qui se tissent à travers les fils numériques. Mon parcours à l'Université Américaine de Paris a façonné ma plume, tandis que mes curiosités se dévoilent à travers la science et la technologie, le monde des affaires, et l'athlétisme. Porté par mon passé de passionné de sport et d'économie, chaque article que je compose est un reflet transparent de mon engagement envers l'authenticité. Joignez-vous à moi pour explorer les méandres de l'innovation scientifique, les intrications du monde des affaires et les défis du terrain d'athlétisme, tout en partageant un voyage honnête et stimulant à travers mes écrits.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button