Affaires

Canicule : Greenpeace accuse les industries fossiles européennes … – Libération


«Le thermomètre explose, merci à l’industrie fossile». Mardi 22 août, quelques militants de Greenpeace France ont construit, dans le quartier d’affaires de la Défense aux portes de Paris, un faux derrick de pétrole. Banderoles en mains, narguant les locaux de TotalEnergies. L’ONG environnementale accuse les gaziers et pétroliers européens de ne «rien faire» pour la transition énergétique et d’être responsable de la vague de chaleur qui s’abat sur la France. La combustion des énergies fossiles est l’une des principales causes du réchauffement de la planète : elle représente à elle seule plus de 80 % des émissions de gaz à effet de serre.

«Les compagnies européennes de pétrole et de gaz ne sont pas du tout engagées dans la transition» même, si «elles prétendent l’être», a déclaré Jakub Gogolewski de Greenpeace. Celui-ci présentait, en pleine canicule, l’analyse d’un rapport de 110 pages écrit par un politologue allemand spécialisé dans l’énergie, Steffen Bukold. Selon ce rapport intitulé «La sale douzaine» qui compile les résultats 2022 de douze groupes européens, dont BP, TotalEnergies et Shell, seulement 0,3 % de leur production totale a été effectuée dans le domaine des énergies renouvelables.

En moyenne, «seulement 7,3 % des investissements» des douze entreprises ont porté sur les énergies vertes, alors que 92,7 % ont permis de financer des activités liées aux énergies fossiles comme le gaz et le pétrole, dénonce l’ONG environnementale. «Et la situation a empiré en 2023». La majorité des compagnies pétro-gazières européennes prévoient «de maintenir, voire d’augmenter leur production de pétrole et de gaz au moins jusqu’en 2030», alors qu’elles se sont pour la plupart engagées à supprimer leurs émissions de CO2 d’ici 2050, note l’ONG. En parallèle, la consommation mondiale de charbon a touché à son «plus haut historique» en 2022, selon l’Agence Internationale de l’Energie (AIE).

Une mauvaise nouvelle pour le climat, alors que le mois de juillet 2023 a été le plus chaud jamais enregistré sur la planète. Comme cela avait été fait pour le charbon, Greenpeace appelle les gouvernements européens à réguler l’activité des énergéticiens pour les obliger à «réduire» leur propre industrie, car «l’autorégulation ne fonctionne pas». Elle souhaite ainsi que les Etats et la Commission fixent «un objectif obligatoire de réduction de la consommation de pétrole», préconise Jakub Gogolewski. Un appel qui tombera sans aucun doute dans l’oreille d’un sourd : les subventions des Etats aux énergies fossiles n’ont jamais été aussi élevées que ces dernières années.



Source link

Theo Lefevre

Dans le vaste océan du cyberespace, je suis Théo Lefèvre, un Journaliste Web captivé par les histoires qui se tissent à travers les fils numériques. Mon parcours à l'Université Américaine de Paris a façonné ma plume, tandis que mes curiosités se dévoilent à travers la science et la technologie, le monde des affaires, et l'athlétisme. Porté par mon passé de passionné de sport et d'économie, chaque article que je compose est un reflet transparent de mon engagement envers l'authenticité. Joignez-vous à moi pour explorer les méandres de l'innovation scientifique, les intrications du monde des affaires et les défis du terrain d'athlétisme, tout en partageant un voyage honnête et stimulant à travers mes écrits.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button