Actualités internationales

Gabon : cinq choses à savoir sur ce pays riche en pétrole, bois et … – Le Point


Pays d’Afrique centrale, le Gabon est à un tournant important puisqu’il s’agit de prolonger ou d’interrompre le bail qu’il a avec la même famille, les Bongo, au pouvoir depuis plus de 55 ans. Le pays a compté seulement trois présidents depuis son indépendance de la France en 1960. Léon Mba de 1960 à 1967, Omar Bongo de 1967 à 2009, enfin Ali Bongo depuis 2009. Omar Bongo, respecté pour ses médiations dans plusieurs crises africaines, fut un pilier de la « Françafrique », système de cooptation politique, réseaux et chasses gardées commerciales entre Paris et ses anciennes colonies du continent. À peine élu, son fils Ali a ostensiblement pris ses distances avec l’ancienne puissance coloniale. Neuf autres enfants d’Omar Bongo sont mis en examen dans l’enquête menée depuis 2010 par la justice française sur les « biens mal acquis », patrimoine immobilier constitué en France avec de l’argent public détourné du Gabon. Une de ses filles, Pascaline, a eu une liaison avec la légende du reggae Bob Marley qu’elle a invité à venir jouer au Gabon pour l’anniversaire de son père. Ce furent les premiers concerts en Afrique du chanteur jamaïcain, en janvier 1980. Sinon, le Gabon, c’est aussi :

Un pays riche en pétrole, bois et manganèse

Le Gabon est l’un des pays les plus riches d’Afrique en PIB par habitant (8 820 dollars en 2022), grâce à son pétrole, son bois et son manganèse notamment, et une faible population (2,3 millions d’habitants). Il est parmi les tout premiers producteurs d’or noir d’Afrique subsaharienne.

En 2020, cette ressource a représenté 38,5 % de son PIB et 70,5 % de ses exportations, selon la Banque mondiale. Mais l’économie, que le pouvoir ne parvient pas à diversifier suffisamment, dépend encore trop fortement des hydrocarbures, et un habitant sur trois vivait sous le seuil de pauvreté fin 2022, selon la Banque mondiale.

À LIRE AUSSIGabon : une année charnière pour l’économie

Un pays occupé à 88 % par des forêts

Le pays de 268 000 kilomètres carrés, dont 88 % du territoire sont occupés par la forêt, est décrit par la Banque mondiale comme « un absorbeur net de carbone et un leader dans les initiatives d’émission nette zéro », grâce notamment aux efforts déployés pour réduire les émissions et préserver sa vaste forêt tropicale. Il dispose d’un riche écosystème.

Ses parcs nationaux abritent des espèces endémiques et des mammifères emblématiques tels que l’éléphant de forêt, le gorille, le chimpanzé, le léopard ou encore plusieurs espèces de pangolins. Le pays a un des taux d’urbanisation les plus élevés du continent, avec plus de quatre Gabonais sur cinq vivant en ville. Libreville et Port-Gentil, la capitale économique, recensent à elles seules près de 60 % de la population.

À LIRE AUSSIOne Forest Summit : après la feuille de route, le plus dur reste à faire

Un pays qui organise des élections générales ce 26 août

L’enjeu de ce scrutin qui se déroule à trois niveaux (présidentiel, législatif et local) est de continuer avec les Bongo ou de repartir avec un nouvel attelage à la tête de l’État. N’ayant officiellement gagné que de 5 000 voix en 2016 contre Jean Ping, Ali Bongo est d’autant plus sous pression que la principale plateforme de l’opposition a réussi à se mettre d’accord sur le nom d’Albert Ondo Ossa pour la représenter à la présidentielle.

Ali Bongo Ondimba propose un programme intitulé « Mon pacte pour le Gabon » par lequel il invite ses concitoyens « à lui accorder un nouveau mandat afin de bâtir un nouveau pacte social républicain, qui ressoudera les liens entre chaque enfant et chaque terre du Gabon ». Objectif mis en avant : lutter contre la vie chère et augmenter le pouvoir d’achat des Gabonais.

En face, Albert Ondo Ossa propose une alternance sous forme de rupture, une rupture qui redonnerait aux Gabonais de la dignité. En résumé, tourner la page de 55 ans d’un système qui veut encore se donner un quinquennat de plus.

À LIRE AUSSIGabon : qui est Albert Ondo Ossa, qui affronte Ali Bongo à la présidentielle ?

Un pays qui abrite l’iboga

Plante aux effets psychotropes, l’iboga, arbuste endémique de la forêt équatoriale d’Afrique centrale, est utilisée au Gabon sous forme de poudre d’écorce tirée de sa racine, dans les cérémonies du « bwiti », un rite traditionnel d’initiation. La plante est sortie de son usage purement traditionnel depuis une cinquantaine d’années en raison des vertus médicinales de l’ibogaïne, un de ses principes actifs, qui aurait notamment des propriétés anti-addictives. Cependant, l’ibogaïne est considérée comme un stupéfiant aux États-Unis ou plusieurs pays d’Europe comme la France.

L’essentiel de l’ibogaïne utilisée dans des cliniques qui ont fleuri autour du monde (Costa Rica, Mexique, Nouvelle-Zélande, Pays-Bas…), pour sevrer des toxicomanes ou aider des victimes de stress post-traumatique, provient de l’exportation illégale. Craignant un épuisement de sa ressource par la cueillette illégale, le Gabon s’est doté d’un nouveau cadre pour en faire commerce.

Le pays de Pierre-Emerick Aubameyang

L’international de 34 ans est le footballeur le plus connu du Gabon. Il vient de s’engager avec l’Olympique de Marseille pour trois ans après être passé par Lille, Monaco, Saint-Étienne, le club allemand du Borussia Dortmund et l’anglais Arsenal, après avoir été formé à l’AC Milan.

dmp



Source link

Elodie Dumas

Bonjour, je suis Elodie Dumas, une rédactrice d'articles en ligne qui dévoile le monde à travers ses mots. Ma formation à l'École Centrale de Nantes a façonné ma plume et éveillé ma passion pour l'écriture. Je parcours la toile avec des récits internationaux, explorant la culture, la société, et le monde du crime. Passionnée de sport et de voyages, j'explore aussi les coins les plus reculés. Mon engagement envers la transparence guide chacun de mes articles, apportant une authentique lumière à chaque sujet. Rejoignez-moi dans cette aventure où les mots peignent des images vives de cultures lointaines, de mystères criminels et d'horizons lointains.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button