Culture et Société

9 chiffres à retenir sur l’UTMB, la course d’ultra-trail devenue mythique – Les Echos START


A l’approche de leurs 50 ans, Catherine et Michel Poletti, un couple d’anciens commerçants, lançaient une course un peu folle : l’Ultra-Trail du Mont-Blanc (UTMB). C’était il y a 20 ans.

Désormais, cette course de 171 km au départ de Chamonix (Haute-Savoie) est l’un des rendez-vous d’ultra- trail les plus prisés au monde, au même titre que la Diagonale des fous sur l’île de La Réunion ou que le Marathon des sables dans le désert marocain. Chaque année, des milliers de coureurs – amateurs comme athlètes – espèrent décrocher leur dossard pour y participer. Sont notamment attendues sur la ligne de départ cette saison les têtes d’affiche de la discipline : le Français Mathieu Blanchard, l’Américain Jim Walmsley, le Britannique Tom Evans, l’Américaine Courtney Dauwalter…

L’engouement est tel que le couple aux manettes de l’événement a créé de nouvelles courses pour répondre à la demande. Désormais, l’UTMB s’inscrit dans ce que ses fondateurs appellent la « Dacia UTMB Mont-Blanc », du 28 août au 3 septembre 2023, une semaine durant laquelle s’enchaînent à Chamonix des courses de différents formats. La marque s’est aussi exportée, en organisant des courses sur quatre continents. Retour sur les chiffres clés de ce groupe familial.

10.000

C’est le nombre de coureurs attendus du 28 août au 3 septembre pour prendre part à la Dacia UTMB Mont-Blanc, un événement qui comprend sept courses allant de quelques kilomètres à 171, avec des dénivelés et parcours différents. 118 nationalités sont représentées.

2.300

C’est le nombre de coureurs attendus sur la ligne de départ de l’épreuve reine : l’UTMB. Un parcours de 171 km et 9.963 mètres de dénivelé positif, à travers trois pays : la France, l’Italie et la Suisse. Pour cette épreuve, l’organisation a reçu 7.000 demandes.

Le départ sera donné vendredi 1er septembre à 18h. Les participants devront franchir la ligne d’arrivée en 46h30 maximum. L’année passée, c’est l’Espagnol Kilian Jornet qui s’est imposé en 19h49’30”, remportant l’épreuve pour la quatrième fois. Celui-ci est absent cette année en raison d’une blessure.

Le Catalan Kilian Jornet sur la ligne d’arrivée de l’UTMB en 2022, qu’il remporte alors pour la quatrième fois.Paul Brechu/UTMB

40

C’est la moyenne d’âge des participants à cette épreuve. Parmi les participants, 10 % sont des femmes (contre 22 % en moyenne sur l’ensemble des courses organisées durant la semaine), «  une proportion encore trop faible même si elle est en constante augmentation », indique Isabelle-Viseux-Poletti, directrice d’UTMB France et fille des cofondateurs du groupe.

355

C’est la somme, en euros, que déboursent les participants à l’UTMB pour prendre part à cette épreuve mythique. Un tarif qui comprend entre autres « un tee-shirt coureur et une veste finisher , une vidéo souvenir personnalisée (basée sur les images webcam), le suivi de 100 % des coureurs sur UTMB Live, les ravitaillements, le chronométrage, le rapatriement en cas d’abandon, la sécurisation du parcours par près de 250 membres du personnel médical et paramédical… » précise Isabelle Viseux-Poletti.

10.000

C’est la somme, en euros, qu’empochent, chacun, le premier homme et la première femme à franchir la ligne d’arrivée. L’UTMB rétribue les sportifs qui arrivent en tête depuis 2018. Les dix premiers hommes et les dix premières femmes sont récompensés à hauteur égale, avec des sommes oscillant entre 1.000 et 10.000 euros.

Les mêmes prize money sont attribués aux dix premiers hommes et aux dix premières femmes dans deux autres courses qui se déroulent durant la semaine : la CCC (un parcours en semi-autonomie de 100 km et plus de 6.000 mètres de dénivelé positif depuis Courmayeur en Italie à Chamonix) et l’OCC (une course en semi-autonomie de 55 km et près de 3.500 mètres de dénivelé positif depuis Orsières en Suisse à Chamonix).

2.500

C’est le nombre de bénévoles et prestataires mobilisés lors de la semaine « Dacia UTMB Mont-Blanc » et une partie de l’année. « Les rôles sont multiples : nous avons des ambassadeurs de l’environnement qui accompagnent coureurs comme spectateurs dans l’action de protection de l’environnement, des personnes en charge des ravitaillements, de l’accueil, des fermeurs, des baliseurs et débaliseurs, des chronométreurs, des bénévoles médicaux et paramédicaux mais aussi des caméramans, photographes, speakers, guides, logisticiens, etc. » énumère Isabelle Viseux-Poletti.

2021

C’est l’année durant laquelle l’UTMB Group a noué un partenariat avec l’entreprise américaine Ironman, spécialisée dans les triathlons longue distance et devenue actionnaire du groupe haut-savoyard. Ensemble, ils ont monté un circuit de trail à l’international appelé UTMB World Series.

36

C’est le nombre de courses organisées par l’UTMB Group à travers le monde durant l’année 2023. Pour qu’une course rejoigne le circuit, elle doit répondre à certains critères : « des paysages remarquables, un dénivelé suffisant pour garantir une vraie expérience de course en montagne, des parcours en très grande majorité sur des sentiers en évitant l’asphalte, une ville ou des villages d’accueil présentant une vraie identité locale, un accès facile, des capacités d’hébergements pour accueillir les coureurs », explique Frédéric Lénart, directeur général de l’UTMB Group, auparavant à la tête des 24 Heures du Mans. Le groupe espère monter à 45 courses en 2024. A noter : pour espérer participer à l’UTMB, il faut au moins avoir participé à une course de l’UTMB World Series.

69

C’est le nombre de collaborateurs de l’UTMB Group. Le groupe est une véritable entreprise familiale : les deux enfants des fondateurs et leurs conjoints respectifs y assurent des postes « importants », fait savoir Isabelle Viseux-Poletti. Quid du chiffre d’affaires ? La directrice d’UTMB France botte en touche mais indique que durant la semaine de courses à Chamonix, « le budget d’organisation des courses est couvert par les recettes d’inscription et les budgets de communication par les recettes de sponsoring ».



Source link

Elodie Dumas

Bonjour, je suis Elodie Dumas, une rédactrice d'articles en ligne qui dévoile le monde à travers ses mots. Ma formation à l'École Centrale de Nantes a façonné ma plume et éveillé ma passion pour l'écriture. Je parcours la toile avec des récits internationaux, explorant la culture, la société, et le monde du crime. Passionnée de sport et de voyages, j'explore aussi les coins les plus reculés. Mon engagement envers la transparence guide chacun de mes articles, apportant une authentique lumière à chaque sujet. Rejoignez-moi dans cette aventure où les mots peignent des images vives de cultures lointaines, de mystères criminels et d'horizons lointains.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button