Actualités internationales

Bagnères-de-Bigorre. Le capitaine Marc Grimaud à la tête de la … – LaDepeche.fr


l’essentiel
Au 1er août, le capitaine Marc Grimaud a pris la tête de la compagnie de Gendarmerie de Bagnères-de-Bigorre. Un commandant de terrain, et féru de rugby, qui mise sur le travail collectif.

“Je salue le travail que mon prédécesseur a mené à la compagnie de Bagnères-de-Bigorre. La transition s’est faite dans les meilleures conditions et j’ai pris en compte une très bonne équipe, solide, professionnelle et dotée d’un état d’esprit remarquable”, tient à souligner le nouveau commandant qui arrive en Bigorre depuis la Normandie où, pendant quatre ans, il a officié en tant que second de la compagnie de Louviers.

De Nantes à Bagnères-de-Bigorre

Son affectation dans les Hautes-Pyrénées, à 45 ans, s’inscrit dans la continuité d’une carrière militaire démarrée en 2005, à l’école de gendarmerie de Châteaulin et ce, après un master en droit pénal obtenu dans sa ville, à Nantes. “J’ai toujours eu une attirance pour le métier”, confie-t-il. Un premier poste en tant que sous-officier dans une unité des Alpes-de-Haute-Provence l’ayant conforté dans son choix, et enrichi de l’expérience du travail de terrain, il a transformé l’essai à la gendarmerie d’Aix-en-Provence où “j’ai pu découvrir le spectre important de la délinquance”.

Droit pénal, stratégie de la sécurité, sciences criminelles

Après deux ans de formation à l’école des officiers de Melun, assortie d’un deuxième master, en droit “stratégie de la sécurité” celui-là, et d’un diplôme universitaire en sciences criminelles, le voilà promu, en 2015, commandant de la brigade de La Chapelle-sur-Erdre. Et s’il reconnaît la “chance (qu’il a eue) de commencer dans l’environnement familial et amical”, ce premier poste de commandement l’a également amené à plonger dans le grand bain avec la mobilisation de ses équipes à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes.

“C’était une expérience particulière et intense, très éprouvante. Un travail de fond engageant”, se souvient-il. De quoi lui permettre d’ajouter une corde à son arc, fort utile, quelle que soit son affectation, car, observe-t-il, “il n’y a pas de territoire préservé de l’action radicale du quotidien, l’environnement étant de plus en plus défavorable partout. La contestation a toujours existé mais on constate aujourd’hui une montée de son intensité et une sur réaction qu’on se doit de maîtriser en privilégiant l’action des militaires en toute sécurité”.

“L’aspect environnemental me tient à cœur”

Sur l’arrondissement de la sous-préfecture, qui comprend six unités réparties entre Bagnères-de-Bigorre, Lannemezan, Loures-Barousse, Vignec et Saint-Lary, s’il évoque un climat “plutôt favorisé”, il sera confronté à d’autres problématiques, allant des atteintes aux personnes à la protection de sites sensibles Pic du Midi, Arkema, tunnel de Bielsa et la frontière espagnole), en passant par la spécificité montagne et des évènements exceptionnels (visites des autorités, Tour de France, …). Il pourra compter sur ses hommes, une centaine, dont il loue la richesse “en termes de qualifications techniques pour aborder toutes les situations”, mais aussi sur la coopération internationale avec la Guardia Civil.

“L’objectif est que ça continue ainsi. Je souhaite poursuivre la dynamique tout en fixant des axes d’amélioration, un point de vue neuf est utile pour tendre vers une amélioration du service de la population”, déclare-t-il.

Marié et père de trois enfants, ce Nantais a d’ores et trouvé ses repères au pied du Tourmalet, tant professionnellement que personnellement, et il ne cache pas apprécier son nouveau cadre de travail et de vie. “J’ai eu un accueil très chaleureux et avoir un bureau avec vue sur le Pic du Midi, c’est quand même exceptionnel…”, glisse-t-il, même s’il n’aura pas beaucoup de temps pour en profiter. Celui qui se définit comme un “chef de terrain” mise sur un contact étroit avec la population, les élus et les acteurs de son territoire. “Un territoire vaste, varié et dynamique”, selon ses mots. Ce “féru de rugby et pratiquant de tennis” aura aussi de quoi occuper son temps libre en terre bagnéraise.

“Je ne connaissais pas du tout le pays et je commence déjà à l’apprécier, pour son cadre mais aussi pour la qualité des premiers contacts”, loue le capitaine Grimaud.



Source link

Elodie Dumas

Bonjour, je suis Elodie Dumas, une rédactrice d'articles en ligne qui dévoile le monde à travers ses mots. Ma formation à l'École Centrale de Nantes a façonné ma plume et éveillé ma passion pour l'écriture. Je parcours la toile avec des récits internationaux, explorant la culture, la société, et le monde du crime. Passionnée de sport et de voyages, j'explore aussi les coins les plus reculés. Mon engagement envers la transparence guide chacun de mes articles, apportant une authentique lumière à chaque sujet. Rejoignez-moi dans cette aventure où les mots peignent des images vives de cultures lointaines, de mystères criminels et d'horizons lointains.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button