Environnement

Open Énergie, visée par plusieurs plaintes, a mis la clé sous la porte – Ouest-France


Le 8 août 2023, la société Open Énergie a été placée en liquidation judiciaire. Celle-ci vendait des panneaux solaires à des particuliers dans toute la France. Selon RMC, près de 200 clients avaient porté plainte, dénonçant des pratiques commerciales trompeuses.

Lire aussi : Parkings, bâtiments, autoroutes… Où les panneaux photovoltaïques sont-ils obligatoires ?

L’étude de faisabilité étant en fait « un bon de commande »

Dans l’Ouest, de nombreux particuliers seraient concernés, comme Frédéric Gemard près de Nantes. Ce grutier a fait poser des panneaux sur son toit l’année dernière. « On a été démarché par un commercial alors qu’on cherchait à se renseigner. Il nous a proposé une étude de faisabilité, raconte-t-il. En fait, ils nous ont fait signer un bon de commande. »

« Ils ont un discours bien rodé et on se fait vite endormir. Ils promettent une rentabilité en 7 à 10 ans. » Frédéric Gemard explique avoir été recontacté par la société 15 jours après pour venir réaliser l’installation. « Tout s’est passé très très vite ». Ce n’est que plus tard que Frédéric Gemard et sa compagne se seraient rendu compte que les documents signés étaient antidatés, ce qui les empêchait de se rétracter dans le délai imparti. Ensuite, Open Énergie leur aurait demandé de créer une société afin de percevoir un remboursement de TVA. Ce qu’ils ont refusé de faire, cela les aurait engagés à déposer leurs comptes chaque année.

Lire aussi : Loi sur les énergies renouvelables : l’industrie française du photovoltaïque en a assez d’attendre

« 10 000 € plus cher que le marché »

« On a ensuite compris qu’on avait payé 10 000 € au-dessus du marché. L’installation n’est pas du tout rentable, avec les intérêts du crédit. » Le couple a donc contacté l’association Groupement des Particuliers Producteurs d’Électricité Photovoltaïque (GPPEP), et porté plainte avant le premier prélèvement de leur crédit.

« L’urgence, c’est d’aider les gens qui payent mais dont l’installation n’est pas terminée, explique Joël Mercy, président du GPPEP. Ensuite, on a contacté des fabricants pour qu’ils puissent dépanner les producteurs qui en auraient besoin à moindre coût ». Car du fait de la fermeture de l’entreprise, les installations ne sont plus garanties.

Le GPPEP conseille aussi aux ex-clients de la société d’éviter de se précipiter pour porter plainte si leur installation fonctionne : « Il y a des avocats qui contactent des gens sur les réseaux sociaux pour en profiter. Mais les clients risquent de ne rien y gagner. » Dans tous les cas, le GPPEP se tient à disposition des particuliers pour les accompagner dans leur démarche vis-à-vis d’Open Énergie, ou pour réfléchir à une future installation, en évitant les entreprises éventuellement frauduleuses. Le président de l’association affirme que le tribunal correctionnel doit rendre sa décision début septembre. Contactée, la société n’a pas donné suite à nos sollicitations.



Source link

Hugo Dupuis

Dans un monde peint de nuances d'encre et d'imagination, je suis Hugo Dupuis, un Spécialiste du Blogging, en équilibre à la croisée de l'exploration et de l'expression. Avec les salles de l'Institut Catholique de Toulouse comme ma creuset créatif, j'ai forgé un chemin où les mots deviennent des fenêtres ouvertes sur des contrées indomptées. Du plateau géopolitique à la délicate tapisserie de la nature, de l'arène rugissante aux couloirs secrets du divertissement, mon clavier danse au rythme des histoires en attente d'être racontées. La transparence est mon étoile guide, illuminant chaque récit de la brillance de l'authenticité. Alors, entrez dans ce royaume d'encre et d'idées, alors que nous nous embarquons ensemble dans un voyage à travers le labyrinthe de la politique mondiale, la symphonie de l'environnement, le frisson du sport et l'énigme du showbiz.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button