Culture et Société

Landes : on a testé pour vous le petit-déjeuner aux tripes, « la … – Sud Ouest


Ce matin, devant la caserne de Mimizan, une foule rouge et blanche s’est formée. On fait la queue pour goûter les fameuses tripes des fêtes. « C’est la tradition du Pays de Born ! », scandent les habitués dans la file. Les plus motivés sont arrivés à 8 heures pour l’ouverture du self. Parmi les gourmands, Marie-Hélène, sa fille Adeline ainsi que sa petite-fille : « On a bien fait de…

Ce matin, devant la caserne de Mimizan, une foule rouge et blanche s’est formée. On fait la queue pour goûter les fameuses tripes des fêtes. « C’est la tradition du Pays de Born ! », scandent les habitués dans la file. Les plus motivés sont arrivés à 8 heures pour l’ouverture du self. Parmi les gourmands, Marie-Hélène, sa fille Adeline ainsi que sa petite-fille : « On a bien fait de venir si tôt », s’exclament-elles en s’amusant de la queue qui va désormais jusqu’à la rue. Ce matin du jeudi 24 août, elles ont été parmi les premières à s’installer aux tables de la caserne. Cela fait deux ans qu’elles viennent ici pour le petit-déjeuner aux tripes. Cette fois, elles n’ont pas pris le menu complet, mais seulement le plat de tripes, « parce qu’elles sont trop bonnes », certifie Marie-Hélène, avec son foulard « I love Mimizan », en fervente partisane de sa région.


Au self, les clients sont ravis de pouvoir échanger avec les pompiers.

É. G.-T.

Cette tradition landaise rassemble chaque année plus de 300 personnes. Cela fait dix-neuf ans que l’Amicale des sapeurs-pompiers de Mimizan organise ce rendez-vous festif et les pompiers sont heureux de voir que les tables ne désemplissent pas. « L’argent récolté au moment des calendriers nous permet d’organiser des animations comme celle-ci, au profit de la population, pendant les fêtes », explique le chef de centre, Laurent Vigneau.

Une recette secrète

Au total, ils sont une trentaine à préparer l’événement, depuis 6 h 30 le matin. Aux marmites, l’équipe des cuisiniers s’active : « On ne s’arrête jamais de tourner, il ne faut pas que ça accroche ! » Les tripes commandées il y a deux mois au boucher Chez Jérôme, à Saint-Julien-en-Born, arrivent déjà précuites. La recette, elle, est secrète : chaque boucher y met sa touche personnelle.

Après s’être affairés à la préparation, les membres de l’Amicale des pompiers profitent tous d’un casse-croûte ensemble, avant que chacun reparte à son poste à 8 heures : certains accueillent les clients, d’autres servent les plats ou s’occupent du pain et du dessert. Jusqu’à 10 h 30, tout le monde est sur le pont.

Les tables sont complètes et la queue ne désemplit pas pour goûter aux tripes de la caserne.


Les tables sont complètes et la queue ne désemplit pas pour goûter aux tripes de la caserne.

É. G.-T.

Des Mimizannais gourmands

Pour les plus gros mangeurs, l’Amicale propose un plateau composé d’un plat de tripes, une part de gâteau, un morceau de fromage, un verre de vin et un café. C’est l’option qu’ont choisie Christelle et Jacquie : « C’est par gourmandise », admet la première. Originaire de Mimizan, elle vient depuis quelques années avec le père de son mari déguster ce petit-déjeuner traditionnel : « Nous sommes les deux seuls de la famille qui aimons les tripes », avoue-t-elle en rigolant.

Il est aussi possible de prendre les tripes à emporter, comme Julien. Ce Mimizannais a l’habitude de manger ce plat en famille, et c’est la première année qu’il vient à la caserne. Il s’est levé à 7 heures du matin pour venir les chercher et les ramener à ses proches. « Ça va devenir mon rendez-vous maintenant ! Je suis très heureux de découvrir ça », sourit-il.

Le vendredi matin des fêtes de Mimizan signe le traditionnel rendez-vous à la caserne des pompiers pour le petit-déjeuner aux tripes.


Le vendredi matin des fêtes de Mimizan signe le traditionnel rendez-vous à la caserne des pompiers pour le petit-déjeuner aux tripes.

É. G.-T.

Dans la caserne, les plateaux de self défilent et les assiettes se vident. Les clients sont ravis d’échanger ce moment de convivialité avec les pompiers et en oublient la file d’attente. Le service a lieu jusqu’à 10 h 30 pour donner des forces aux Mimizannais avant le week-end de festivités. À la fin de la matinée, les pompiers avaient vendu 173 kilos de tripes.



Source link

Elodie Dumas

Bonjour, je suis Elodie Dumas, une rédactrice d'articles en ligne qui dévoile le monde à travers ses mots. Ma formation à l'École Centrale de Nantes a façonné ma plume et éveillé ma passion pour l'écriture. Je parcours la toile avec des récits internationaux, explorant la culture, la société, et le monde du crime. Passionnée de sport et de voyages, j'explore aussi les coins les plus reculés. Mon engagement envers la transparence guide chacun de mes articles, apportant une authentique lumière à chaque sujet. Rejoignez-moi dans cette aventure où les mots peignent des images vives de cultures lointaines, de mystères criminels et d'horizons lointains.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button