Actualités internationales

Le basket en Indonésie, une discipline en plein essor – TrashTalk


Co-organisatrice de la Coupe du Monde 2023 avec le Japon et les Philippines, l’Indonésie n’est pas vraiment réputée comme étant une grande terre de basket-ball. Néanmoins, la balle orange tient une place de plus en plus importante dans le paysage sportif local, et le Mondial que nous sommes en train de vivre pourrait bien venir booster la popularité du basket au sein du plus grand archipel du monde.

Jamais, dans toute l’histoire de la Coupe de la Monde FIBA, l’Indonésie n’avait fait partie des pays organisateurs de la compétition. Une grande première qui symbolise bien la montée en puissance du basket dans l’archipel, portée notamment par une jeunesse de plus en plus intéressée par la pratique de la balle orange.

À la base, le basket est un sport qui vit dans l’ombre de plusieurs pratiques très populaires en Indonésie. On pense surtout au foot et au badminton, sans oublier le volley et les courses de canards volants (aucune blague dans la phrase). Mais le merveilleux sport inventé par le Dr. James Naismith – arrivé dans l’archipel au cours des années 1920-1930 à travers les immigrants chinois – a gagné en popularité depuis une vingtaine d’années. Comment ?

Sur la scène internationale, sous l’impulsion notamment de la légende locale Mario Wuysang (2003-18), la sélection indonésienne a décroché sept médailles au SEABA Championship (tournoi d’Asie du Sud-Est) entre 1994 et 2017, dont une en or (1996) dans ce qui représente le seul titre majeur de l’histoire du basket indonésien à ce jour. Mais c’est surtout grâce à la structuration de la pratique sur la scène nationale que le basket peut correctement se développer en Indonésie. Et c’est spécifiquement ce qu’on va voir dans les paragraphes qui suivent.

La IBL et la DBL, ligues structurantes du basket indonésien

Créée en 2003, l’Indonesian Basketball League (IBL) est le principal championnat professionnel local, qui structure la pratique de la balle orange dans l’archipel. Elle est composée de 16 équipes au total réparties dans 12 villes (5 d’entre elles sont basées dans la capitale Jakarta) et est en pleine expansion depuis 2016.

Cette année-là, la ligue a non seulement changé de nom (elle était nommée la National Basketball League auparavant), mais elle a surtout été réorganisée par la fédération indonésienne pour booster son développement après plusieurs années difficiles. En l’espace de sept ans, le nombre d’équipes en IBL a doublé (8 en 2016, 8 de plus entre 2020 et 2022) et la ligue s’est solidement structurée : salary cap, draft annuelle (une pour les joueurs indonésiens, une pour les étrangers), divisions, All-Star Week, trophées individuels comme en NBA (MVP, Rookie de l’Année, Défenseur de l’Année…), affiliation avec la FIBA… tout ça avec un nombre croissant de partenaires et une belle présence sur les différentes plateformes médiatiques (TV, réseaux sociaux).

Bref, des bases solides pour mettre en avant le championnat, et permettre à l’IBL de continuer à se développer auprès d’une fanbase qui grandit année après année.

Avec cette ligue en pleine expansion, de plus en plus d’étrangers – et en particulier des Américains – débarquent en IBL. Néanmoins, pour éviter que les joueurs indonésiens soient laissés de côté, seulement deux étrangers sont admis par équipe chaque saison. On voit que le développement du basket indonésien reste donc au cœur de la stratégie globale de l’IBL.

Cet objectif est également partagé par la Development Basketball League (DBL), une ligue créée en 2004 qui est réservée aux jeunes joueurs et lycéens indonésiens (garçons et filles). Elle est composée de plus de 200 équipes réparties dans différentes régions de l’Indonésie, et se structure à travers la mise en place de compétitions qui rassemblent chaque année 1,5 million de jeunes et d’étudiants-sportifs. Autant dire que c’est une organisation qui pèse dans le pays. En plus de ça, la DBL fait en sorte de proposer des opportunités aux prospects les plus prometteurs, certains ayant carrément l’occasion de fouler des parquets américains à la mi-temps de matchs NBA. Elle gère également des sélections de jeunes, des académies, des camps avec certains joueurs NBA (Danny Granger en 2008, David Lee, Trevor Ariza, Nate Robinson par la suite), tout ça dans le but de repérer et maximiser des talents.

L’Indonésie, un marché séduisant aux yeux de la NBA

Peu importe où l’on se trouve sur la planète, la NBA restera toujours le meilleur produit pour faire grandir le basket à l’étranger. C’est en NBA que les plus grandes stars font étalage de leur immense talent, c’est en NBA que l’on retrouve le plus de spectacle, et c’est à travers la NBA que de nombreux gamins finissent par tomber amoureux de la balle orange jusqu’à en faire leur sport favori. Ça tombe bien, l’Indonésie est un marché qui intéresse beaucoup la Grande Ligue américaine, elle qui ne se met aucune limite pour son développement à l’international.

Avec une population dépassant les 270 millions de personnes, l’Indonésie est le quatrième pays le plus peuplé du monde derrière la Chine, l’Inde et les États-Unis. Et qui dit pays très peuplé dit gros potentiel aux yeux de la NBA en matière de visibilité, de marketing, et de développement global de la Ligue.

En novembre dernier, la NBA a signé un nouveau contrat de plusieurs années avec Emtek’s Vidio (une plateforme indonésienne de vidéo streaming), cinq ans après un premier deal entre les deux parties. Plus de 250 matchs NBA sont ainsi accessibles par saison, en anglais et en indonésien. La chaîne NBA TV est également disponible 24/7 (24 heures sur 24, 7 jours sur 7) dans le cadre du deal, avec en bonus d’autres contenus bien sympathiques comme des documentaires et des émissions diverses. Une couverture bien complète donc qui permet de toucher au mieux la fanbase indonésienne dans le but de la faire grandir de plus en plus.

Le programme Jr. NBA (Junior NBA), qui vise à développer le basket et ses valeurs chez les jeunes (garçons et filles) partout dans le monde, est également présent en Indonésie. À travers des camps, des ligues, des tournois et différents challenges, cette initiative lancée en 2014 à Jakarta a touché 24 millions de gamins sur la décennie. À l’été 2018, un certain Jaylen Brown des Boston Celtics est d’ailleurs allé visiter la capitale indonésienne pour participer au Jr. NBA Indonesia National Training Camp, qui permet de repérer de jeunes talents.

Tout ça pour dire que les fondations sont posées pour développer encore plus la NBA en Indonésie.

.#NBA

Momen saat Jaylen Brown bermain basket di SMAN 82 Jakarta pada bulan Juli 2018.

Adakah diantara kalian yang pernah bersekolah disini?#BleedGreen pic.twitter.com/AqdQ4KO2kn

— USSE (United States Sports & Entertainment) (@usse_id) August 13, 2023

Aujourd’hui, le quatrième pays le plus peuplé du monde n’a pas encore de véritable tête d’affiche en NBA (comme Yao Ming avec la Chine il y a 20 ans) pouvant booster le développement de la balle orange.

À l’heure de ces lignes, Jakarta n’a pas encore accueilli de match NBA comme d’autres capitales ont pu le faire récemment (comme Abu Dhabi aux Émirats Arabes Unis, Bombay en Inde, et Saitama au Japon), pour de la présaison ou même de la saison régulière.

Au 26 août 2023, la Grande Ligue américaine ne possède pas certains de ses bureaux ou des académies en Indonésie comme ça peut être le cas dans d’autres pays (la Chine, l’Inde, le Sénégal…) du monde.

Mais tout ça, ça pourrait bien se concrétiser à l’avenir au vu du potentiel de l’Indonésie et les moyens mis en place par la NBA.

Le Mondial, tremplin pour le développement du basket en Indonésie

“L’opportunité d’une vie.”

Voilà précisément les mots utilisés par le directeur exécutif du Mondial 2023 David Crocker, quand il a parlé de l’organisation de la Coupe du Monde en Indonésie. Si la capitale Jakarta représentait déjà la terre d’accueil de la Coupe d’Asie 2022, c’est évidemment incomparable avec un Mondial de basket, qui représente la deuxième compétition internationale la plus prestigieuse en basket après les Jeux Olympiques.

En faisant partie des pays organisateurs de la Coupe du Monde, l’Indonésie voit débarquer sur son sol certaines des meilleures équipes de la planète basket, ainsi que des grands noms NBA (Rudy Gobert, Shai Gilgeous-Alexander, R.J. Barrett) pour la toute première fois. L’Équipe de France, le Canada et l’Espagne font notamment partie des nations qui jouent leurs matchs du premier tour à l’Indonesia Arena de Jakarta, une toute nouvelle salle de 16 500 places construite spécialement pour l’occasion (et qui pourrait pourquoi pas accueillir des matchs NBA à l’avenir, emoji yeux). De quoi enflammer le public indonésien et mettre des étoiles dans les yeux de gamins qui n’ont jamais vu un tel de niveau de jeu auparavant.

“Dans moins de 100 jours, le champion du monde en titre, l’Espagne, jouera à Jakarta. Il y aura la France, l’équipe qui est actuellement vice-championne olympique et qui a battu les États-Unis lors du premier tour à Tokyo. Le fait de pouvoir regarder les meilleurs joueurs du monde jouer à Jakarta, dans une nouvelle salle magnifique, c’est quelque chose d’immanquable.”

David Crocker, il y a trois mois

Autour de l’organisation de ce Mondial, de nombreuses activations sont évidemment réalisées pour surfer sur la vague. Parmi elles, le programme “Revamp My Court”, mis en place par le comité d’organisation local et en collaboration avec la FIBA, qui consiste à la rénovation de plusieurs terrains outdoor à Jakarta. L’objectif ? Bien évidemment, c’est d’abord de proposer de meilleures conditions pour jouer en extérieur. Cela est très important pour permettre l’accès à la pratique, surtout dans un pays où le climat tropical peut parfois en décourager certains. Mais à travers cette initiative, l’autre objectif est de permettre à de jeunes talents de se développer pour éventuellement porter haut les couleurs du basket indonésien un jour.

Jadi makin gak sabar nonton #FIBAWC di Indonesia Arena gak sih? 😱✨

Jangan lupa buat ikutin keseruannya lewat NBA App ya! 📲 https://t.co/00rsMiLbKa#FIBAWC x #WinForAll #NBA #NBAIndonesia #Jakarta #TimnasBasketIndonesia #BasketballEvent #BasketIndo #FansBasket pic.twitter.com/Bu4wLba3Za

— NBA Indonesia (@NBA_Indonesia) August 18, 2023

Vous l’avez compris, peut-être qu’il y aura un avant et un après Mondial 2023 en Indonésie.

On l’a vu par le passé, pour de nombreux sports et dans beaucoup de pays, il y a des disciplines qui ont changé immédiatement de dimension suite à l’organisation d’un événement de l’ampleur d’une Coupe du Monde. Alors certes, l’équipe nationale de l’Indonésie n’y participe pas malgré son statut de pays co-organisateur, mais ça reste une magnifique opportunité pour le développement du basket dans l’archipel.

__________

Sources texte : FIBA, NBA, Sports Pro Media, iblindonesia.com, dblindonesia.com, josecolorado.com, Wikipédia





Source link

Elodie Dumas

Bonjour, je suis Elodie Dumas, une rédactrice d'articles en ligne qui dévoile le monde à travers ses mots. Ma formation à l'École Centrale de Nantes a façonné ma plume et éveillé ma passion pour l'écriture. Je parcours la toile avec des récits internationaux, explorant la culture, la société, et le monde du crime. Passionnée de sport et de voyages, j'explore aussi les coins les plus reculés. Mon engagement envers la transparence guide chacun de mes articles, apportant une authentique lumière à chaque sujet. Rejoignez-moi dans cette aventure où les mots peignent des images vives de cultures lointaines, de mystères criminels et d'horizons lointains.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button