Criminalité

Le tribunal d’Aurillac dégradé en marge d’une manifestation … – La Montagne


La manifestation avait commencé par un mélange de slogans féministe et anti-police. À midi, place de l’Hôtel-de-Ville, plusieurs centaines de manifestants et surtout manifestantes se sont rassemblées, seins nus, avant de défiler dans le centre-ville d’Aurillac.

Là, la mobilisation a pris une ampleur importante, dépassant le milier de personnes. Les slogans se sont enchaînés, toujours un mélange de thématiques féministes et anti-police, avec également des chants anti-fascistes. La manifestation s’est déroulée sans aucun heurt, dans un esprit joyeux, entraînant le soutien des festivaliers croisant le cortège.

premium Une festivalière poursuivie pour avoir marché seins nus dans les rues d’Aurillac pendant la canicule

C’est devant le palais de justice que la situation s’est tendue, brusquement. Alors qu’un clapping était organisé spontanément au soutien de Marina, femme poursuivie pour avoir marché seins nus dans la rue mercredi 23 août, des manifestants s’en sont pris à la porte du palais de justice. Quelques minutes plus tôt, des membres du cortège, le plus souvent masqué, avaient décroché les drapeaux français devant le tribunal, et avaient mis le feu à certains.

La manifestation dégénère

La situation est restée tendue plusieurs dizaines de minutes, sous les yeux du commissaire Jean-Philippe Roth, de Frédéric Remy, directeur artistique d’Éclat, association organisatrice du Festival, et Pierre Mathonier, maire, rappelant la triste scène des émeutes de la place des Carmes, en 2016.Les deux derniers ont fait le choix d’aller au charbon, grimpant les marches du palais et tentant de parler aux manifestants les plus proches de la porte du tribunal, fracturée et taguée. Leur intervention a permis de faire redescendre tout le monde au niveau du Square, un dialogue relatif a pu s’instaurer.

Le tribunal a été saccagé, l’image, on va la garder pendant plusieurs années. Je vous demande d’arrêter avant que cela ne dégénère. Si cela dégénère, je ne sais pas s’il y aura de festival l’an prochain.

Ces mots, plus la promesse de l’annulation de l’ordonnance pénale de Marina, qui lui a été faite par la Ville, a permis de faire redescendre la pression. Le mouvement s’est peu a peu disloqué vers 14 heures. L’heure était au bilan, dans la salle des pas perdus du tribunal, dégradée. Frédéric Remy expliquait sur place qu’il n’y avait pas de changement dans le déroulé du Festival pour sa dernière après-midi, mais ses mots sur l’avenir de l’édition 2024 flottait encore en l’air. 

[Vidéo] Affrontements entre forces de l’ordre et festivaliers à Aurillac

Pierre Chambaud et Camille Moreau



Source link

Elodie Dumas

Bonjour, je suis Elodie Dumas, une rédactrice d'articles en ligne qui dévoile le monde à travers ses mots. Ma formation à l'École Centrale de Nantes a façonné ma plume et éveillé ma passion pour l'écriture. Je parcours la toile avec des récits internationaux, explorant la culture, la société, et le monde du crime. Passionnée de sport et de voyages, j'explore aussi les coins les plus reculés. Mon engagement envers la transparence guide chacun de mes articles, apportant une authentique lumière à chaque sujet. Rejoignez-moi dans cette aventure où les mots peignent des images vives de cultures lointaines, de mystères criminels et d'horizons lointains.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button