Rugby

Gueules d’Ovalie : Virginie Boitel | La Dépêche Évreux – actu.fr


Voir mon actu
Virginie Boitel a été l’une des pionnières du rugby féminin à Évreux. Elle a tiré sa révérence alors qu’elle avait plus de 40 ans. ©Eure Infos / Ph. G.

Présentation

Si on la connaît au rugby sous le nom de Boitel, elle fut d’abord Virginie Marie (45 ans, née le 18 avril 1978 à Évreux), la basketteuse d’une équipe de l’EAC qui évoluait alors en Nationale 2 féminine. Passée par le tennis avec un classement de 30 obtenu l’espace d’un seul tournoi lors de ses études en STAPS, la demoiselle de 1,80 m a quitté le gros ballon orange d’intérieur pour celui, ovale, d’extérieur sur les conseils d’un certain Pascal Deleplanque, alors, comme de nouveau aujourd’hui, entraîneur des gaillards de l’Évreux AC Rugby. Ce dernier avait repéré le potentiel de la basketteuse d’alors et l’a conviée à un stage à Honfleur. Bingo ! Celle qui allait devenir la locomotive des équipes féminines d’Évreux en Fédérale et la femme courageuse de l’intenable Jean-Louis Boitel, venait d’entrer en Ovalie.

Ses premiers pas

« J’ai tout de suite adoré. J’ai eu la chance d’apprendre les bonnes bases du jeu grâce à la qualité de ce que proposait Stéphanie Provost, alors joueuse internationale de Caen. Je suivais déjà le rugby depuis mes 20 ans en même temps que je suivais aussi Jean-Louis. Mais j’ai vraiment commencé à le pratiquer à la fac, en STAPS. Puis après, au club d’Évreux. J’ai vraiment bifurqué du basket vers le rugby. Je trouvais l’ambiance différente entre les deux sports. Au rugby, il y avait un côté petite famille que je ne retrouvais pas au basket. »

Ses mentors

« Stéphanie Provost a été un modèle pour moi à Caen. C’était la capitaine de l’équipe de France féminine et j’avais tout à apprendre d’elle. Mais j’ai aussi beaucoup aimé Estelle Sartini, également Caennaise et membre de l’équipe de France. Je me suis d’ailleurs beaucoup inspirée de son jeu au pied. Et puis, comment ne pas citer Dominique Martine, que toute la Normandie du rugby connaît sous le nom de Doumé. Sa longévité et sa vaillance sont des exemples pour tout le monde. »

Ses joueurs phares

« J’avoue que j’aimais beaucoup Jonny Wilkinson et Dan Carter, respectivement demi d’ouverture de l’équipe d’Angleterre et de Nouvelle-Zélande. Pas parce qu’ils étaient moches (rire), mais pour la justesse de leur jeu, notamment au pied. Aujourd’hui, dans un autre style, j’adore Thomas Ramos, l’arrière toulousain. »

Ses premiers souvenirs

« Mon premier match amical à Dieppe. Il s’est vite terminé par une double fracture tibia-péroné ! J’ai donc dû arrêter six mois. Mais j’ai repris sans appréhension la saison d’après. Après, il y a eu aussi la finale du Top 8 des championnats de France universitaire avec Caen à Saint-Vincent de Tyrosse. C’était la première fois que je prenais l’avion. On avait gagné contre Saint-Orens et derrière, on a fait une fiesta vraiment mémorable. »

Son jour de gloire

« C’était en phase finale de Fédérale 2 avec Évreux, en 2017, je crois. On jouait un 1/8 e de finale contre Nevers et on gagne. Ce jour-là, j’ai fait, je crois, le match le plus complet de ma petite carrière. J’étais calme, j’ai bien organisé l’équipe, je me suis appuyée sur un jeu au pied très efficace ce jour-là. Avec ce plaisant sentiment qu’il ne pouvait rien nous arriver. »

Ses Coupes du monde de rugby

Son moment phare

« Mon premier souvenir de Coupe du Monde, c’est comme pour beaucoup, l’essai de Christophe Dominici contre les Blacks lors de la demi-finale de 1999 (NDLR : le 31 octobre à Twickenham). Avant, j’ai d’autres vagues souvenirs, car je regardais le rugby, mais je ne connaissais pas bien les règles. Ce jour-là, j’ai adoré le renversement de situation que le XV de France a su réaliser. »

Vidéos : en ce moment sur Actu

Son équipe référence

« Ça a longtemps été les All Blacks, car la Nouvelle-Zélande reste constante au plus haut niveau depuis toujours. Mais aujourd’hui, je suis fan de l’équipe de France construite par Fabien Galthié. Elle a tout pour réussir. »

Son joueur favori

« Curieusement, je pense au Sud-Africain Cheslin Kolbe. C’est un format de poche (NDLR : 1,71 m pour 75 kg), mais il était capable de percer toutes les défenses par sa vivacité et sa vista. Un vrai passe-partout. Son essai en finale de la dernière Coupe du Monde au Japon en 2020 contre l’Angleterre reste un modèle du genre. »

Son favori pour 2023

« La France ! J’ai confiance. Je pense même qu’on peut perdre le premier match contre les Blacks et rester dans la course. À condition de ne pas prendre une dérouillée quand même ! On a hérité d’une poule très relevée et du côté le plus dur pour le quart et la demi-finale. On a de gros matches qui nous attendent, mais je pense qu’on n’a jamais été aussi proche ni aussi prêt pour s’imposer. »

Et pourquoi le rugby ?

« Parce que tout le collectif est tourné vers un même objectif. Au rugby, personne ne tire la couverture à soi. C’est rare désormais dans le sport ! Les stats personnelles tuent le jeu, selon moi. Au rugby, elles restent secondaires. Et puis, ce que j’aime dans ce sport, c’est la multitude de profils qui existent et qu’on rencontre. Que tu sois petit, rond, grand, sec, boulanger, ouvrier ou ingénieur, sur le terrain, on est tous pareils. Et ensemble. »

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias favoris en vous inscrivant à Mon Actu.





Source link

Theo Lefevre

Dans le vaste océan du cyberespace, je suis Théo Lefèvre, un Journaliste Web captivé par les histoires qui se tissent à travers les fils numériques. Mon parcours à l'Université Américaine de Paris a façonné ma plume, tandis que mes curiosités se dévoilent à travers la science et la technologie, le monde des affaires, et l'athlétisme. Porté par mon passé de passionné de sport et d'économie, chaque article que je compose est un reflet transparent de mon engagement envers l'authenticité. Joignez-vous à moi pour explorer les méandres de l'innovation scientifique, les intrications du monde des affaires et les défis du terrain d'athlétisme, tout en partageant un voyage honnête et stimulant à travers mes écrits.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button