Éducation

Rentrée scolaire : les profs ont-ils le droit d’exiger un choix de fourniture, un format ou une marque précise ? – Sud Ouest


Et pourtant tout pourrait être si simple. Depuis 2013, le ministère de l’Éducation nationale, bien conscient de ce point de crispation qui intervient avant même la rentrée des classes, a publié une note pacificatrice à l’attention des recteurs et des chefs d’établissement. « Par de justes recommandations en matière d’achat de fournitures scolaires, et par la mise en place de dispositifs favorables à la coopération et aux échanges de fournitures, et en particulier des bourses de fournitures. »

De telles organisations sont depuis longtemps déployées, localement, par les associations de parents, pour les livres qui sont souvent « loués » à l’année et ainsi réutilisés pour plusieurs générations d’élèves. Mais pour les fournitures, les listes sont souvent liées aux enseignants qui respectent plus ou moins les conseils de la note de 2013 : alléger les sacs, ne pas plomber les budgets et privilégier les objets recyclés et recyclables.

Stylos 4 couleurs interdits

Le ministère explique qu’un enseignant ne peut en aucun cas exiger l’achat d’un matériel d’une marque donnée. Et surtout que la liste des fournitures scolaires doit être arrêtée par le conseil d’école ou le conseil d’administration, de manière à limiter les écarts.

Mais dans les faits, la marque de colle, dans les fameux tubes jaunes, est souvent exigée, ou les stylos quatre couleurs la plupart du temps interdits. « Quand vous en avez un qui fait “clic-clic” à la rigueur, ça va. Mais quand vous en avez dix… », se remémore Guislaine David, co-secrétaire générale du syndicat enseignant SNUipp-FSU, interviewé par BFMTV.

Or la conformité de l’équipement des élèves par rapport aux souhaits de l’enseignant connote souvent le premier contact de la rentrée.

Achats mutualisés

Le groupement des achats pour éviter la corvée et préserver les budgets familiaux est régulièrement envisagé, rarement mis en place. Certaines collectivités passent commande pour les objets qui remplissent trousses et cartables, mais la participation demandée aux parents est parfois critiquée. Le gouvernement pourrait tout de même élargir ces dispositifs.

« Mieux accompagner les familles en faisant des achats groupés, je pense que c’est une bonne idée. Est-ce qu’on accompagne les communes ? Est-ce que l’Éducation nationale peut elle-même prendre l’initiative ? On va pouvoir travailler dessus dans les prochains mois », a lancé la Première ministre Élisabeth Borne au micro de France Bleu.

Cette initiative pilotée directement par le ministère de l’Éducation devra faire l’objet de réflexions et d’un appel d’offres. Le changement pourrait « peut-être » être mis en place « pour la prochaine rentrée » affirme Gabriel Attal.



Source link

Elodie Dumas

Bonjour, je suis Elodie Dumas, une rédactrice d'articles en ligne qui dévoile le monde à travers ses mots. Ma formation à l'École Centrale de Nantes a façonné ma plume et éveillé ma passion pour l'écriture. Je parcours la toile avec des récits internationaux, explorant la culture, la société, et le monde du crime. Passionnée de sport et de voyages, j'explore aussi les coins les plus reculés. Mon engagement envers la transparence guide chacun de mes articles, apportant une authentique lumière à chaque sujet. Rejoignez-moi dans cette aventure où les mots peignent des images vives de cultures lointaines, de mystères criminels et d'horizons lointains.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button