Santé

Un syndicat appelle à mieux protéger la santé mentale des agents de la GRC – ÉNERGIE


Le syndicat représentant les membres de la GRC de première ligne exhorte la Gendarmerie royale du Canada à aller au-delà des «solutions fragmentaires» pour protéger la santé mentale des agents, alors que l’on craint qu’ils soient confrontés à des risques croissants pour leur bien-être.

Dans un nouveau rapport, la Fédération de la police nationale demande à la GRC de mettre pleinement en œuvre sa stratégie de bien-être des employés, d’instaurer des contrôles de santé psychologique réguliers et de simplifier l’accès aux soutiens en santé mentale.

Le rapport publié mardi matin indique que les membres de la GRC sont quotidiennement confrontés à une myriade de facteurs de stress, de risques et de situations émotionnellement éprouvantes qui nuisent invariablement à leur bien-être psychologique.

Cela met en lumière le fait que la nature même de leur métier les expose à la violence, aux traumatismes, à des situations de forte pression et à une exigence constante de vigilance.

Le rapport indique que cette situation est aggravée par des sources de stress quotidiennes telles que les commentaires négatifs du public, la fatigue, le manque de personnel, le manque de ressources et les formalités administratives.

De plus, les agents de la GRC sont confrontés à la stigmatisation liée aux problèmes de santé psychologique et au manque de services et de soutiens en santé mentale complets et accessibles, ajoute le rapport.

Au fil du temps, il a été démontré que ces facteurs s’accumulent et conduisent à toute une série de problèmes de santé mentale – le trouble de stress post-traumatique, la dépression, l’anxiété et un risque accru de comportement suicidaire, selon le rapport.

«Il est primordial que le gouvernement investisse de toute urgence dans des programmes d’orientation, de formation et de traitement en matière de santé mentale pour les policiers, en particulier au sein de la GRC», est-il écrit.

Le rapport comprend les résultats d’un sondage mené par la fédération et l’Université de Regina auprès d’un échantillon représentatif de membres de la GRC de juin 2022 à février 2023.

 

Il a révélé que les membres étaient six fois plus susceptibles que la population en général d’être dépistés positifs pour un trouble de santé mentale. De tels chiffres sont considérés comme des indicateurs et non comme de véritables diagnostics nécessitant des entretiens cliniques avec des informations à l’appui.

Les membres étaient également beaucoup plus susceptibles que la population générale d’avoir envisagé ou planifié un suicide au cours de la dernière année.

«Le genre de travail que nous faisons n’est pas facile», a déclaré le commissaire de la GRC, Mike Duheme, lors du déjeuner. «Cela nécessite de la force sous toutes ses formes et beaucoup de soutien.»

M. Duheme a déclaré que la GRC «adoptait une approche plus holistique de la santé mentale en tant qu’organisation».

Des initiatives prometteuses

Le rapport indique que la stratégie de bien-être des employés de la GRC pour 2021 à 2024 met en avant «plusieurs initiatives prometteuses».

Cependant, la police nationale doit faire davantage en proposant «une approche étape par étape» pour faire face à la réalité actuelle à laquelle ses membres sont confrontés, ajoute le rapport.

«Ce plan doit être transparent et la GRC devrait régulièrement mettre à jour ses progrès.»

Alors que la récente stratégie de bien-être touche à sa fin, le vérificateur général fédéral devrait réaliser et publier un audit de la stratégie, indique le rapport.

Le rapport reconnaît que la GRC a fait des progrès importants en offrant et en appuyant des programmes visant à soutenir et à traiter la santé mentale réparatrice, ainsi qu’en offrant une variété d’avantages en matière d’accidents du travail et de prestations supplémentaires pour la santé mentale.

Cependant, les divers soutiens et programmes de santé mentale destinés aux membres peuvent être difficiles à naviguer, laissant les membres dépassés et sans soutien, selon le rapport.

«Ce qui est évident, c’est que les processus bureaucratiques, la stigmatisation et la méfiance à l’égard de la GRC en tant que fournisseur de soins de santé ont abouti à un système de soutien en santé mentale inefficace et à un accès limité.»





Source link

Hugo Dupuis

Dans un monde peint de nuances d'encre et d'imagination, je suis Hugo Dupuis, un Spécialiste du Blogging, en équilibre à la croisée de l'exploration et de l'expression. Avec les salles de l'Institut Catholique de Toulouse comme ma creuset créatif, j'ai forgé un chemin où les mots deviennent des fenêtres ouvertes sur des contrées indomptées. Du plateau géopolitique à la délicate tapisserie de la nature, de l'arène rugissante aux couloirs secrets du divertissement, mon clavier danse au rythme des histoires en attente d'être racontées. La transparence est mon étoile guide, illuminant chaque récit de la brillance de l'authenticité. Alors, entrez dans ce royaume d'encre et d'idées, alors que nous nous embarquons ensemble dans un voyage à travers le labyrinthe de la politique mondiale, la symphonie de l'environnement, le frisson du sport et l'énigme du showbiz.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button